Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 08:46

Depuis le limogeage du premier gouvernement de Mme Tymochenko en septembre 2005, un conflit larvé avec le Président Iouchtchenko s'est installé. Dans le contexte politique ukrainien actuel tout semble focalisé sur cet antagonisme ; les autres forces politiques ne jouent que les seconds rôles, s'efforçant de profiter de la perte de la popularité de l'un ou de l'autre des anciens acteurs de la Révolution orange.

 

Le parlement ukrainien n'a eu l'opportunité qu'à de trop rares occasions de travailler de façon efficiente depuis l'actuelle législature  qui a débuté en septembre 2007. Convaincus de son inefficacité et de la décrédibilisation de cette institution, les parlementaires ne se sont pas privés de partir en vacances.

 

Profitant de cette pause parlementaire, le Président et la Première ministre ont eu le champs libre pour régler leurs comptes. Un premier lieu en août dernier, le Président a lancé une accusation de trahison d'Etat à l'encontre de Mme Tymochenko s'appuyant sur le fait  que durant le conflit russo-géorgien, la première ministre n'a pas soutenu la mention qui condamnait l'agression russe dans le Caucase.

 

La contre-attaque  n'a pas tardé à intervenir. Ainsi dès la deuxième journée de travail du parlement, le parti des Régions (dirigé par Viktor Ianoukovitch, résolument « pro-russe », et grand perdant des dernières présidentielles de 2004), le parti Communiste ainsi que le bloc de Ioulia Tymochenko (BUT) ont constitué une majorité de circonstance qui a voté trois lois destinées à limiter le pouvoir présidentiel. La première facilite la procédure de destitution du président, la deuxième affaiblit ses prérogatives en faveur du premier ministre. Selon la troisième loi, le Service de la sécurité d'Ukraine (organisme qui en charge de l'enquête d'inculpation pour trahison d'Etat de Mme Tymochenko) est désormais subordonné au premier ministre en personne.

 

En réaction, le parti pro-présidentiel NU-NS, deuxième composante avec le BUT de la fragile coalition, a quitté la majorité. Dans ces conditions, le président demande la création d'une nouvelle coalition – probablement entre le parti des Régions et le bloc de Mme Tymochenko, ce qui aura des conséquences désastreuses pour la popularité de l'actuelle première ministre  (elle ne peut pas « officiellement » se rallier avec son « ennemi juré » M.Yanoukovitch). Dans l'hypothèse où cette recomposition des alliances resterait lettre morte, le président serait amené à dissoudre le parlement (pour la deuxième fois en trois ans).

 

La réplique de BUT ne s'est pas faite attendre. Le Bloc a proposé d'augmenter le seuil de représentation au parlement de 3% actuellement à 10%. Cela signifierait que, lors des prochaines législatives, le parti pro présidentiel n'entrerait pas au parlement.

 

La crise dans le Caucase a aggravé les antagonisme au sommet de l'Etat en raison du sujet complexe que constituent les relations avec la Russie. Or, compte tenu du contexte géopolitique et militaire tout particulièrement tendu, la crise gouvernementale arrive au mauvais moment. Certes, les craintes d'une action militaire russe en Ukraine ne paraissent pas fondées pour l'heure. Mais il n'en reste pas moins que les ambitions réaffirmées de Moscou représentent une menace pour Kiev qui aspire comme la Géorgie à des alliances occidentales. L'adhésion à l'UE et à l'OTAN sont toujours déclarées comme les objectifs stratégiques, mais les dirigeants européens n'arrivent pas trouver d'interlocuteur stable et conséquent dans ce pays.

 

L'Ukraine a un impérieux besoin d'unité et de consensus, en aucun cas de luttes électorales. C'est sur des enjeux et de réels projets stratégiques que  les partis devraient réfléchir dans les dix prochains jours nécessaires pour valider la dissolution de la coalition.

 

Dans ces conditions il est à craindre que L'Euro-2012 et les programmes de développement des infrastructures soient victimes de ce revirement politique. Ainsi, la loi sur les concessions n'est toujours pas votée ce qui retarde, entre autres, le lancement de l'appel d'offres pour des projets très importants pour le pays.

 

Image en provenance du http://alex-glbr.livejournal.com/243406.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche