Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 22:21
Un communiqué adressé au Président Iouchtchenko est paru récemment dans le journal français Le Figaro. Cette publication aurait coûté plus de 20.000 € à ses commanditaires pro-kremlin.

Un communiqué adressé au Président Iouchtchenko a été publié dans le journal de référence Le Figaro. Y était exprimé des préoccupations sur des divergences existant dans notre pays et en particulier au sujet de « tentatives des autorités d’aborder l’histoire ukrainienne séparément de celle de la Russie ». Les auteurs affirment que c’est avant tout grâce à ses voisins du nord que l’Ukraine peut jouir de son indépendance. De plus, toujours d’après les auteurs, la réhabilitation des soldats de l’OUN-UPA est une chose impossible.


Cette lettre est signée par 37 personnalités. Parmi les signataires, seuls 9 personnes peuvent se prévaloir de la qualité d’historien. Les autres sont des fonctionnaires et des élus de Conseils municipaux et régionaux d’Ukraine orientale et de Crimée, des dirigeants d’associations ukrainiennes et des députés du Parti des Régions.


La presse russe a aussitôt repris cette publication et l’a largement diffusée sur Internet. Le message qu’elle voulait faire passer était le suivant : « même la presse occidentale est attentive à la démarche de l’intelligentsia ukrainienne qui se lève contre la politique ‘russophobe’ de la Bankova (l’administration présidentielle) ».


Néanmoins, des experts en media ont exprimé des doutes. « Il est impossible que Le Figaro se soit impliqué de sa propre initiative dans cette affaire purement politique » - dit la Directrice exécutive de l’Institut des mass media, Viktoriya Sumar – La presse française n’accorde pas autant de place aux dossiers ukrainiens, même à ceux de la plus haute importance. Si des situations soulèvent des questions, la rédaction délègue un journaliste pour enquêter d’une manière indépendante ».


Delo a essayé de retrouver l’original de cette publication sur le site du Figaro, mais l’article recherché était introuvable. De plus, la rédaction du journal nous a informé qu’aucun journaliste ne travaillait sur ce sujet.


Alors, nous nous sommes adressés à l’Ambassade de France en Ukraine. L’édition papier du journal nous a été présentée et, en effet, à la page 6, un communiqué à l'adresse de M. Iouchtchenko avait été publié en français. Sa mise en forme révèle de quelle façon cette catégorie de publication peut paraître dans la presse européenne. L’article lui-même occupe un quart de page et est placé en bas, dans un coin. Les caractères utilisés sont différents de ceux habituellement utilisés pour les articles. De toute évidence, il s’agit d’un encart publicitaire.


Le correspondant de Delo, après s’être présenté comme représentant d’un parti politique ukrainien, a demandé combien pouvait coûter ce genre de publication. Après un bref échange, le chiffre de 21.000 € a été avancé.


Qui a donc payé pour que le monde entier prenne conscience de la politique « antirusse » de Iouchtchenko ?  Il n’est pas facile de découvrir les noms des personnalités et des organismes qui ont rédigé le texte et qui ont réuni les signataires. La plupart des historiens et des fonctionnaires qui ont signé n’ont pas pu expliquer dans quelles conditions cela s’était produit. Le professeur de l’Université Nationale de Kharkov, Serhiy Koudelko, interrogé sur cette question, s’est éclipsé en prétextant la préparation urgente d’étudiants pour une conférence scientifique internationale. Le Vice-Président du conseil de la région de Zaporijjya, Anatoly Svetlitskiy, a également esquivé la réponse.


Selon une information que Delo a réussi à trouver, les signatures du document a été obtenues lors de la conférence internationales « La Deuxième Guerre Mondiale : tentatives de réviser les résultats ». Celle-ci a débuté le 5 septembre (2008) à Kyiv et s’est terminée le 8 septembre (2008) à Paris. Son organisateur principal était l’Institut russe des études politiques, qui est dirigé par le tristement célèbre député de la Douma d’Etat russe Serguey Markov.


Les politologues supposent que c’est cette organisation russe qui a payé cet encart contre le président Iouchtchenko. Dans une interview donnée à Delo, Markov a confirmé qu’il savait où et sur quelle page avait été publié ce texte. Mais il n’a pas reconnu avoir un lien direct avec sa publication. Selon Markov, il n’était pas présent à la conférence à Yalta étant, persona non grata, les gardes frontières ukrainiens ne l’ont pas laissé passer. « Ce n’est pas grave, nos amis Ukrainiens cribleront d’attaques Iouchtchenko », a-t-il conclu.


Ces derniers temps, des attaques politiques sur commande paraissent régulièrement dans la presse française. « Tout récemment, dans le journal Le Monde, on a pu lire un article anti-ukrainien de Michaël Prazan ‘L’Ukraine, pays européens ?, Pas évident' » - a signalé à Delo le professeur de sciences politiques de l’Académie Kyivo-Mohylyanska Oleskiy Haran. – « La presse française est utilisée comme base pour discréditer l’Ukraine. En effet, la France est actuellement à la tête de l’U.E. et les perspectives d’adhésion de l’Ukraine dépendent beaucoup d’elle ».


publié 30/09/2008

Source

traduction réalisée avec le concours du Forum Ukrainien

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Franco-ukrainien - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche