Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 14:21

Antoine-arjakovsky.jpgAntoine Arjakovsky est un historien français, qui codirige aujourd'hui le département « Société, Liberté, Paix » du pôle de recherche du Collège des Bernardins à Paris. Après 20 ans passés entre Moscou, Kyiv, Lviv et Paris, en juin 2014 il a publié son nouveau livre « Russie - Ukraine. De la guerre à la paix ? ».

 

 

- Les événements de Maidan de l'hiver dernier sont entrés dans la mémoire collective comme la Révolution de la Dignité, que cela t'inspire-t-il ?
Cette expression de « révolution de la dignité » apparaît en Ukraine dès le mois de décembre 2013. Je l’ai trouvée dans une déclaration de l’Université catholique d’Ukraine le 11 décembre et le lendemain dans un article du théologien orthodoxe ukrainien Serge Hovoroun. Aujourd’hui, jeudi 26 juin c’est Petro Porochenko, le nouveau président ukrainien qui utilise cette expression dans son discours à l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

 

Si cette formule a fait très vite consensus c’est d’abord parce que le peuple ukrainien s’est indigné le 1er décembre que la police d’Etat puisse frapper jusqu’au sang des manifestants pacifiques. Cette indignation et le soulèvement qui s’en est suivi n’a fait que renforcer le motif de la manifestation initiale, à savoir le désir des Ukrainiens d’appartenir à la grande famille des nations européennes unies par le même attachement à la Convention européenne des droits de l’homme. Cette expression a été utilisée également parce que cette révolution s’est déroulée dans le respect de la constitution ukrainienne de 2004. Elle ne fut donc pas un coup d’Etat.

- Pour quelle raison l'Est de l'Ukraine s'est-il si soudainement et si brutalement embrasé au printemps dernier ?
Ce n’est pas l’Est de l’Ukraine qui s’est soulevé, mais le président Poutine qui a cherché à déstabiliser l’Ukraine dès la victoire de la révolution de la dignité le 22 février. On sait aujourd’hui que les pseudo-référendums en faveur du rattachement à la Russie, de mars en Crimée, et de mai dans le Donbass, n’ont été approuvés que par une faible partie de la population. Les experts estiment à 35% en moyenne le nombre de personnes qui les ont soutenus. Je cite en particulier dans mon livre  les chiffres de Mustafa Djemilev (ndr:chef de file reconnu du Mouvement national des Tatars de Crimée) et de Svetlana Gannouchkina (ndr: défenseure des droits humains en Russie).

 

En revanche en mai dernier partout où des élections ont pu se tenir en présence d’observateurs internationaux envoyés par le Conseil de l’Europe et les Nations Unies, les Ukrainiens se sont prononcés en faveur du maintien de l’unité du pays. On sait aussi que des troupes russes stationnent depuis février à la frontière Est de l’Ukraine, ce qui est extrêmement déstabilisant pour une population qui se sent abandonnée depuis que le président Yanoukovytch est au pouvoir. Il faut ajouter qu’à deux reprises tous les responsables religieux d’Ukraine sans exception se sont prononcés en faveur du maintien de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Enfin il suffit de regarder la nationalité des principaux « séparatistes » en Ukraine, comme le colonel Guirkine à Donetsk, pour s’apercevoir qu’il s’agit tout simplement de citoyens russes !

La vraie question pour moi est donc plutôt de s’interroger sur les raisons pour lesquelles la Russie a voulu déstabiliser l’Ukraine. L’analyse que je développe dans mon livre est que les causes politiques, économiques, et militaires classiques sont insuffisantes pour répondre à cette question. La résurgence du nationalisme contredit en effet le souci du président V. Poutine de créer une union eurasiatique. Le Donbass et la Crimée n’apportent pas grand-chose au plan économique à la Russie. Et, malgré ce que l’on croit, la Russie disposait, à part le port de Sébastopol, d’autres accès à la mer Noire. Le vrai ressort de cette guerre est donc fondamentalement de nature mythologique. Il a trait à l’identité de la nation russe. Or en ce cas seul un traitement théologico-politique du problème permet de trouver des issues de paix. Car malheureusement le patriarche Kirill Gundyaev, avec son discours sur le « monde russe » est largement responsable des errances mythologiques du Kremlin.

- Dans quelle mesure le spectre du communisme continue-t-il de peser sur les relations russo-ukrainiennes ?
Les politologues du monde entier se sont empressés en 1989-1991 de déclarer la mort du communisme. C’était ici encore prendre ses désirs pour la réalité. En réalité la structure de l’organisation administrative de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie a très peu changé par rapport à la période soviétique. On trouve encore quantité de statues de Lénine dans ces pays. Le mausolée de Lénine trône encore sur la place Rouge à Moscou. Et Staline reste un des plus grands personnages des manuels d’histoire. Le malheur de ces pays est qu’il ne s’est pas trouvé de génération suffisamment instruite et déterminée pour instruire le procès du communisme dans les années 1990-2000. Or ces pays n’ont pas d’alternative. Soit ils suivent le chemin de leurs voisins polonais ou baltes et ils mettent en place une véritable politique de lustration des crimes du communisme. Soit ils continuent à faire semblant de croire que ce travail est impossible et ils seront confrontés à une nouvelle mutation de la mythologie totalitaire.

Mais pour prendre conscience de cette alternative ils doivent au préalable intégrer une idée simple : Le mythe est indissociable du concept pour comprendre la vie des nations. Négliger la puissance du concept et de la réflexion historique est aussi inconséquent que de mépriser la soif de justice et la quête identitaire des nations. En d’autres termes il faut aujourd’hui que les historiens des pays concernés écrivent ensemble une histoire réconciliée en n’omettant aucun sujet épineux. Car, même si ce travail est douloureux, seule la vérité existentielle, historique et spirituelle donne le courage de comprendre, de pardonner, et d’accéder enfin au bonheur insouciant.

Propos reccueillis par Olga Gerasymenko

 

russie-ukraine-de-la-guerre-a-la-paix.jpg"Russie/Ukraine De la guerre à la paix?" sera présenté par son auteur au Collège des Bernardins le 2 juillet 2014 à 11h00. Inscrivez-vous ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Rencontre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche