Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 18:53

forum-des-images.jpgUkraine : un cinéma en quête d’indépendance

 

Depuis l’indépendance politique du pays en 1991, le cinéma ukrainien, en perpétuelle quête d’autonomie et de repères, cherche sa voie. Longtemps identifié au système soviétique, il produit pourtant des œuvres contestataires qui montrent le chemin

 

Un pays, une frontière ?

Depuis la chute du bloc soviétique, l’Ukraine, à la croisée de l’Europe et de la Russie, cherche son équilibre, entre volonté d’exister en dehors de l’influence de la seconde et problèmes de corruption qui gangrènent le pays. La Révolution orange de 2004 tente de changer la donne, sans succès. En novembre 2013, Kiev suspend les négociations avec l’Union européenne. S’ensuit une vague de manifestations protestataires, place Maïdan, violemment réprimées. En février 2014, le président prorusse Viktor Ianoukovitch est destitué. Très rapidement, la Crimée est rattachée à la Russie après un référendum controversé. Une guerre civile dans l’est de l’Ukraine majoritairement russophone entraîne encore aujourd’hui des milliers de morts.

 

Un cinéma de résistance

À l’époque soviétique, le cinéma ukrainien est particulièrement florissant. Au sein même du système, des réalisateurs (S. Paradjanov, Y. Illienko) ouvrent la voie à un cinéma plus contestataire, attaché à la terre et à l’histoire ukrainienne. À bien des égards, Les Chevaux de feu constitue une œuvre politique. Les instances qui souhaitent voir le cinéaste revenir vers le réalisme socialiste qualifient le film « d’expression du nationalisme ukrainien ». Réalisé sur la base de documents témoignant des événements de Tchernobyl en avril 1986, La Désintégration de Mikhail Belikov est au-delà du genre catastrophe. Véritable brûlot politique sans complaisance, il montre de façon prémonitoire une société et un système prêts à s’effondrer.

 

L’émergence d’une nouvelle génération

Depuis 1991, le cinéma ukrainien cherche sa voix. L’industrie connaît une période sombre, marquée par l’effondrement de sa production et de la fréquentation. Les années 2000 voient cependant l’arrivée de réalisateurs alternatifs, prêts à démontrer que le cinéma ukrainien existe par lui-même et constitue un précieux outil pour la reconstruction de l’identité nationale. À l’instar du remarqué The Tribe ou de Maïdan, présentés à Cannes cette année, les films ukrainiens occupent désormais une place à part au sein du cinéma international.

Conseiller à la programmation : Lubomir Hosejko

 

Pour voir le programme relatif au Forum des images, cliquez ici.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site.

 

LES SEANCES:
08/11/2014, à 20h00 - La Desintegration (Raspad) de Mikhail Belikov
09/11/2014, à 17h30 - Les chevaux de feu (Tini zabutykh predkiv) de Serguei Paradjanov
09/11/2014, à 19h30 - La terre outragée de Michale Boganim (en présence de la réalisatrice)
10/11/2014, à 17h00 - Maïdan de Sergei Loznitsa
11/11/2014, à 15h00 - The green jacket (Zelena kofta) de Volodymyr Tykhyy
11/11/2014, à 20h30 - The tribe (Plemya) de Myroslav Slaboshpytskyy
13/11/2014, à 14h30 - The green jacket (Zelena kofta) de Volodymyr Tykhyy
14/11/2014, à 17h00 - Maïdan de Sergei Loznitsa

 

 

 

 

MARDI 11 NOVEMBRE À 18H

 table-ronde-20141111.jpg

TABLE RONDE

UKRAINE : ENTRE INTÉGRATION ET DÉSINTÉGRATION

animée par Lubomir Hosejko (historien du cinéma ukrainien, auteur de « Histoire du cinéma ukrainien », éditions A. DIE) avec Alexandra Goujon (politologue spécialiste des pays de l’Europe de l’Est), Julia Sinkevych (productrice exécutive du Festival international du film d’Odessa), Denis Ivanov (producteur)

 

durée : 1h30

 

D’une révolution à l’autre, le cinéma peut-il encore jouer un rôle de passeur culturel dans la crise identitaire ? Le bilinguisme limite-t-il ou renforce-t-il l’idée d’une exception nationale dans la création cinématographique ? Face aux déferlantes russe et américaine, la nouvelle vague ukrainienne surprend par sa volonté de résister à la tourmente économique et politique, tandis que les cinéastes et producteurs indépendants, aux portes de l’Europe, se tournent vers la coproduction internationale.

ENTRÉE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Cine-club
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche