Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:46

tchornohora.jpg

L’histoire commence en 1973 comme un conte de fée. Il était une fois… un groupe d’immigrés ukrainiens* installés en France avant et après la Seconde Guerre mondiale qui, nostalgiques de leur pays d’origine, étaient tombés sous le charme d’une localité d’Ardèche, dont les montagnes ressemblaient en tous points aux Carpates de Bukovine où certains étaient nés. Parmi eux, on comptait des adultes tels que MM. Malynovitch, Kortchak, Klem, Sligouk, Bilak, Saly… mais aussi de jeunes gens nés en France de parents ukrainiens. Ils s’étaient mis en tête de dénicher un lieu propice à l’accueil de camps d’été destinés à la communauté ukrainienne. Après de longues pérégrinations dans le sud de la France, ils avaient finalement atteint leur but.

Tchornohora est l’aboutissement des camps de vacances qui ont existé dès le début des années cinquante en des lieux tels que Vésines-Chalette (Loiret), Beaucaire et Notre-Dame de Primecombe (Gard), Saint-Clémentin (les Deux-Sèvres) ou le Morvan, mais il fallait les louer chaque année. Nos prospecteurs conçurent donc l’idée d’acquérir une propriété dotée de locaux et d’un terrain assez vastes aux abords attrayants et paisibles et avant tout d’un prix abordable. Dès l’automne 1972 et durant toute l’année suivante, le « commando » sillonna les routes en vain car les sites visités s’avéraient trop petits, mal situés ou trop onéreux. Le découragement menaçait. C’est alors que de bonnes fées vinrent à la rescousse de nos vaillants Ukrainiens en les projetant comme par enchantement au cœur d’un décor reproduisant à l’identique les collines boisées et les vallons verdoyants des Carpates de leur enfance. Au bord de la route en lacets menant de Rochepaule à Saint-Agrève, tapie au fond d’une vallée près d’un antique pont de pierre se dressait une robuste bâtisse flanquée d’un bâtiment annexe et entourée d’un beau lopin de terre. Alentour, ce n’était que forêts de résineux escaladant les collines tandis qu’une rivière murmurait en contrebas du terrain. Le coup de foudre fut immédiat, ils avaient trouvé la perle rare et le conte de fée connaissait une fin heureuse. Renseignements pris, la propriété dénommée la Grangeasse était à céder et l’accord de vente fut signé en 1973, c’était il y a quarante ans.

Restait à rendre habitable cette maison abandonnée depuis longtemps et dépourvue de tout confort qui avait jadis abrité une activité de moulinage de la soie puis une colonie de vacances. C’est là qu’intervinrent de nombreux et courageux bénévoles, Lyonnais pour la plupart, qui armés de pelles, pioches, scies et pinceaux consacrèrent leurs week-ends à aménager les locaux d’habitation, dortoirs, cuisine… Rendons ici un hommage particulier à M. et Mme Szemet qui firent un don substantiel pour la remise en état de la bâtisse. Les travaux allèrent bon train et à l’été 1974 on put accueillir les premiers vacanciers de la maison que l’on appellerait désormais Tchornohora (Чорногора en ukrainien, signifie « la montagne noire ») en souvenir d’une région homonyme des Carpates.

Adressons ici un coup de chapeau reconnaissant à tous ceux qui suèrent sang et eau pour réhabiliter la maison. Après le confort spartiate des premières années, les conditions de vie furent progressivement améliorées pour satisfaire notamment aux normes de sécurité. Au tout début, cohabitèrent ici plusieurs générations et au fil des ans les plus anciens cédèrent la place aux plus jeunes. Très vite furent institués des cours de langue, d’histoire, de musiques, de danses et de chants appartenant au patrimoine ukrainien puis aussi de pyrogravure, de pysanky (œufs peints),… Les animateurs passionnés parmi lesquels MM. Kravtchenko et Mardak, le père Babiak ou M. et Mme Kokoc furent si nombreux que nous ne pouvons les citer, qu’ils veuillent bien nous pardonner mais il faudra un jour en dresser la liste.

Avec le temps, on vit passer ici des Ukrainiens de tous horizons et, après l’accession de l’Ukraine à l’indépendance en 1991, des visiteurs venus de la mère-patrie tel son excellence Monsieur Kochubey, à l’époque ambassadeur d’Ukraine en France, à l’occasion des 20 ans de Tchornohora. De 1993 à 2006, après le camp de vacances de juillet, la Grangeasse se muait en conservatoire de musique. Durant 3 semaines, le groupe Vychyvanka travaillait d’arrache-pied, répétant musiques et chants ukrainiens en prévision des 3 ou 4 concerts donnés dans la région sous la houlette de Mykola Hvozd, un grand chef d’orchestre venu de Kiev,  hélas aujourd’hui disparu.

De nos jours, alors que nous célébrons les 40 ans de son acquisition, Tchornohora est plus vivante que jamais. Chaque année en juillet, le camp rassemble une cinquantaine de jeunes qui viennent puiser ici à la source de la culture ukrainienne. Ils s’initient à la langue de leurs aïeux, apprennent à chanter et à danser sous la conduite d’animateurs mais profitent également d’une merveilleuse nature au cours d’activités de plein air.

A la fin du séjour, ils présentent un spectacle de qualité en forme de comédie musicale orchestrée et mise en scène par Youry Bilak, artiste professionnel, metteur en scène, photographe et actuellement président de la FAVAL (Famille, Vacances, Loisirs et Culture), association qui gère Tchornohora. Les parents des enfants ainsi que des habitants de Rochepaule y sont conviés, ce qui au cours des années a permis de tisser des liens d’amitié avec les villageois et leurs édiles qui ont une bonne connaissance de la culture ukrainienne.

N’oublions pas non plus les bénévoles qui tout au long de l’année maintiennent la maison en état, la préparent pour le camp de vacances et la remettent en ordre après le départ des enfants. Sans eux, Tchornohora ne serait pas ce qu’elle est. Souhaitons-lui longue vie à l’occasion de ses 40 ans, ce qui se traduit en ukrainien par Многая літа ! (Mnohaya lita).


maison-Tchornohora.jpg
* Membres notamment de l’association Відродження (Vidrodzhennia = Renaissance) de Lyon appuyés par l’ОУМУФ (Організація Української Молоді У Франції = Organisation de la jeunesse ukrainienne en France).


Basil Chrin

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Tourisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche