Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 13:50

A2_Parisianer_new-version.jpgUne exposition très originale a eu lieu à Kiev, en Ukraine, entre le 9 et le 26 octobre 2014. 100 artistes, français et étrangers, ont créé les couvertures d’un magazine imaginaire : « The Parisianer ». Grâce à cette initiative, les kiéviens ont pu flâner dans un Paris peu ordinaire et inattendu, admirer les images inspirées par la ville Lumière. En décembre 2014, le livre issu du projet a vu le jour. Perspectives a rencontré Aurélie Pollet, co-directrice artistique et illustratrice de « The Parisianer ».

Comment ce projet a-t-il vu le jour ?

Nous avons travaillé sur ce projet avec Michaël Prigent, l’illustrateur. Cela faisait longtemps que l’on voulait organiser un projet collaboratif. Nous avions envie de rassembler des artistes.

Tout au début, j’ai résidé à La cité Internationale des Arts. Nous avions auparavant développé un projet de bande dessinée en autoédition, avec une trentaine d’illustrateurs. Cela nous a plu et on a voulu faire d’autres projets, avec d’avantages d’artistes.

Depuis longtemps Michaël avait une idée en tête : créer un équivalent parisien du magazine « The New Yorker ». Ces couvertures sont véritablement des références pour les illustrateurs. Il nourrit notre imaginaire. C’est en quelque sorte un rêve : devenir un jour un artiste assez important pour réaliser une des couvertures du « The New Yorker ».

Notre projet, c’était un moyen de proposer aux artistes de réaliser ce rêve au travers d'un exercice de style. Ce qui nous intéressait, en réalité, ce sont les couvertures et pas forcément le magazine en lui-même.

The-Parisianer-vernissage2.jpg« The Parisianer » est un magazine imaginaire, dont on ne crée que les couvertures. C’est surtout un prétexte de raconter Paris un peu différemment. Paris, c’est une ville qui a un rayonnement international, à laquelle on associe plein d’images, l’amour, le prestige… Ce qu’on voulait, c'était les grands clichés, offrir une interprétation d'un maximum des personnes, des artistes qui pourraient donner leur regard sur la ville, créer une nouvelle identité un peu décalée.

On a proposé ce projet à "La Cité Internationale des Arts", pour organiser une exposition. Nous avions à notre disposition un lieu de 500m2 pour 3-4 jours. C’était le point de départ.

Pour réaliser la gestion administrative et logistique du projet, nous avons créé une association : "La Lettre P", qui aujourd’hui promeut les arts graphiques et leurs auteurs auprès du grand public, par des actions fédératrices.

Et nous avons commencé à contacter des illustrateurs, un par un. On a travaillé pratiquement à temps plein pendant un an. Beaucoup d’efforts pour une exposition de seulement 3 jours. En parallèle nous avions envie qu’il existe un objet éditorial, un livre d’exposition, afin de pérenniser ce projet. Pour le financer, nous avons fait appel au site de « crowdfunding » KissKissBankBank. C’était la seule manière pour nous de réaliser ce projet car nous n’avions pas de subventions.

Notre première exposition a duré trois jours et cela a été un grand succès : nous avons accueilli six mille personnes. On a beaucoup travaillé en amont sur la communication. Notre livre d’exposition est sorti en mars 2014.

COUV-The-Parisianer--2-.jpgComment vous avez eu l’idée de partir exposer en Ukraine ?

Quelque temps après, nous avons été contactés par l’Institut Français en Ukraine. Ils cherchaient une exposition qui aurait pour but de valoriser la culture française en Ukraine.

L’idée de la présentation positive de Paris leur a plu.

Nous nous sommes demandé si c’était le bon moment pour faire cette exposition à Kiev. Peut-être que le public avait autre chose à penser… Ou était-ce peut-être un peu trop superficiel… Mais ce projet était, bien au contraire, le bienvenu. Nous avons été contactés au mois de mai 2014 par les représentants de l’Institut Français en charge des manifestations culturelles.

Nous sommes allés à Kiev le 3 octobre pour installer l’exposition qui a été inaugurée les 6 et 7 octobre. L’exposition devait durer 15 jours au Musée des Trésors spirituels de l'Ukraine.

Nous étions contents d’être là-bas. Cela nous a permis de montrer notre travail et parler aux Ukrainiens. Nous sommes allés faire une présentation du projet à l’Académie des Beaux-Arts et à la faculté de l’architecture. Nous avons pu échanger avec les étudiants Ukrainiens en art. C’était une très belle expérience. Le directeur nous a fait visiter l’école, a montré comment les étudiants travaillaient, quelle était la pédagogie artistique, les méthodes de travail. Nous avons été stupéfaits par la qualité technique impressionnante des réalisations des étudiants. Mais leur approche est tournée vers le classique et l’académique, manière moins expérimentale comparée à notre formation.

Après avoir montré notre projet aux étudiants, nous avons voulu mettre en avant ce qui nous intéressait le plus : le côté collaboratif, le fait que plusieurs artistes se rassemblent pour travailler. C’est un point important pour nous, car trop souvent les artistes travaillent en free-lance. On a trouvé que nous étions plus forts ensemble et on a pu éviter l’esprit de concurrence. Grâce à ce projet, les illustrateurs qui étaient peu connus font maintenant les couvertures pour Télérama, travaillent pour la RATP… Après les étudiants, nous avons pu rencontrer à Kiev les artistes « révolutionnaires » de Maïdan. C’était une vraie rencontre artistique, car ce sont véritablement des artistes engagés qui, grâce à leur démarche, mènent un combat pour la liberté.

Actuellement, nous organisons, dans une galerie parisienne, la Slow Galerie : une exposition (qui aura lieu du 13 au 26 avril 2015) avec des peintres et illustrateurs qui font partie des nombreux artistes ukrainiens à avoir exprimé de manière forte leur perception des événements de Maidan. Vous pourrez découvrir le travail de Kristina Yaroch, Yvan Semesyuk, Olexa Mann et les frères Braty. Suivez nos annonces !

 

Les artistes-créateurs des couvertures de The Parisianer:

Aki, Baptiste Alchourroun, Aseyn, Magali Attiogbé, Thomas Baas, Morgane Bader, Yann Bagot, Juliette Baily, Vincent Bergier, Karine Bernadou, Camille Besse, Ugo Bienvenu, Serge Bloch, Tristan Bonnemain, Vincent Boudgourd, Jérémy Boulard Le Fur, Paul Bourgois, Wassim Boutaleb J., Marc Boutavant, Annabelle Buxton, Philippe Caron, Astrid de la Chapelle, Camille Chevrillon, Chez Gertrud, Charline Collette, Julien Couty, Dominique Corbasson, Cruschiform, Jessica Das, Idir Davaine, Antoine Doré, Perrine Dorin, El don Guillermo, Estocafich, Clément Fabre, Amélie Falière, Malika Favre, Jacques Floret, Fräneck, Charlotte Fréreau, Cécile Galland, Caroline Gamon, Claire de Gastold, Iris Hatzfeld, Tom Haugomat, Antony Huchette, Icinori, Marie Jacotey-Voyatzis, Martin Jarrie, Jean Jullien, Yann Kebbi, Camille Lavaud, Gwendal Le Bec, Kevin Lucbert, Pierre-Emmanuel Lyet, Vincent Mahé, Kevin Manach, Jean-François Martin, François Maumont, Catherine Meurisse, Philippe Mignon, Mima, Virginie Morgand, Mügluck, Bénédicte Muller, Julien Phoque, Vincent Pianina, Aude Picault, Alain Pilon, Nicolas Pinet, Placid, Aurélie Pollet, Clémence Pollet, Emiliano Ponzi, Charlie Poppins, Jeff Pourquié, Michael Prigent, Federica Del Proposto, Anne-Margot Ramstein, Romuald Reutimann, Lou Rihn, Ludovic Rio, Rocco, Bruno Salamone, Tom Schamp, Lionel Serre, Signecopine, Anne Simon, Karolis Strautniekas, Erwann Surcouf, Caroline Sury, Sandrine Thommen, Sébastien Touache, Charlotte Trounce, Brecht Vandenbroucke, Quentin Vijoux, Stephen Vuillemin, Olimpia Zagnoli, Lisa Zordan, Ping Zhu.

 

Propos recueillis par Olena Codet

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche