Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 11:16
logoKyiv-POst.jpg30/01/2010 par George Woloshyn

Nous avons tous lu et avons entendu beaucoup de choses sur le niveau élevé de corruption qui règne en Ukraine. Certains observateurs semblent simplement la regretter ; tandis que d'autres la montrent du doigt et la trouvent préjudiciable au pays. Comme ancien Inspecteur général d'une agence gouvernementale américaine, je suis la dernière personne au monde à excuser la corruption ou à minimiser son importance primordiale dans une Ukraine frustrée de son désir d'une vie et d’une société civile normale. Pourtant, si la corruption - comme une tumeur cancéreuse sur un organisme social - doit être vaincue, nous devons connaître ses origines et les moyens grâce auxquels elle prospère.

Mais d'abord, soyons clairs sur un point : aucun pays n'est (ou n’a jamais été) à l’abri de la corruption. Même des pays riches et développés comme les Etats-Unis, avec toutes ses capacités techniques, ses ressources et sa tradition de transparence publique et privée ne peuvent pas rendre compte de la destination de dizaines de milliards de dollars de fonds publics; ni garantir l'intégrité de ses processus électoraux; ou faire passer les plus importantes mesures législatives sans prendre en compte les intérêts de quelques circonscriptions électorales, des intérêts « spéciaux » ou ceux des donateurs des campagnes. Que ceux qui sont sans péchés jettent la première pierre.

La corruption était étendue partout dans l'ex-Union soviétique, mais c'était plus subtil – elle ne s’affichait pas d’une manière aussi publiquement éhontée qu’elle ne l’est dans l'Ukraine "démocratique" d'aujourd'hui. De même que les sociétés s'adaptent à certains niveaux de gaspillage, de disparités non justifiées, d’abus et d’inefficacité, elles s'adaptent aussi à une certaine mesure de corruption. Éliminer toute corruption exigerait un trop grand prix en mesures de contrôles lourdes et inopportunes. Mais le niveau actuel de corruption – qui place l'Ukraine dans le quart inférieur sur 180 pays – va bien au-delà de ces "normes". C'est équivalent à une paralysie de la société.

Ainsi qu'est-il arrivé après 1990 ? Qui est responsable de l’introduction de cette affliction sur l'Ukraine ? Et que peut-on faire pour y remédier ?
Premièrement, jetons un coup d'œil sur le "Qui". Regardez qui avait accès aux leviers de commande en 1990 – c’est-à-dire ceux qui pouvaient faire ou défaire, ou appliquer de manière sélective des lois en toute impunité et sans rendre de comptes. Regardez qui avait les clés permettant de disposer des caisses de l’Etat et des réserves des banques. Regardez qui avait "des connexions" financières, y compris des amis douteux dans des places comme Brighton Beach. Regardez qui étaient les directeurs d’usines et de kolkhozes qui ont vendu le bétail et les équipements à des prix ridiculement bas, privant ainsi des millions de compatriotes de leurs gagne-pain et de leurs biens. Regardez qui a repris le système bancaire. Et regardez les dinosaures de l'Ère marxiste qui sont encore en place et pèsent sur le paysage politique et économique de l’Ukraine.

Au début de l’année 2009 un "Forum des Ukrainiens de la République tchèque" a accompli une étude sur la "Présence probable d'agents du KGB et de communistes de haut rang, ainsi que de membres du Komsomol de l'ancienne URSS, parmi les fonctionnaires d'État de l'Ukraine indépendante". Pour préparer son rapport d'enquête, le Forum a utilisé la méthodologie et les normes figurant dans la loi "de lustration" tchécoslovaque de 1991. La loi de lustration en 1991 avait été mise en place pour interdire à tout citoyen, né avant le 1er décembre 1971, et qui avait été fonctionnaire de haut rang du Parti communiste, membre du Service de Sécurité d'État, diplômé d'écoles supérieures du KGB soviétique, ainsi que de plusieurs autres catégories, de détenir des positions importantes dans le gouvernement tchèque, dans l'armée, dans le domaine de l’application des lois, dans les média publics et les fonctions électives.

Le rapport a été en grande partie rédigé à partir de sources publiquement disponibles et comprenait des études biographiques sur 909 fonctionnaires occupant des postes clés dans l’Etat Ukrainien et de députés chargé de mission (à partir de mai 2009) au Secrétariat Présidentiel, au Gouvernement, à la Banque nationale, à la Verkhovna Rada (Parlement), à la Commission Centrale Electorale, dans les Ministères et les partis politiques. Pourtant, les auteurs du rapport ont admis que les sources publiquement disponibles “ne comprennent pas toujours d’informations complètes sur la formation scolaire et la carrière des anciens fonctionnaires de la RSS d’Ukraine »; et que les 909 fonctionnaires listés ne sont donc que « le sommet de l’iceberg ».

Les rédacteurs ont réparti les 909 fonctionnaires en deux catégories : (1) KGB connu et probable; et (2) Communistes connus et probables. Les résultats sont surprenants. En regardant les niveaux supérieurs de gouvernement (les branches exécutives, législatives et judiciaires), 51 % des 909 membres du groupe retenu étaient d’anciens agents reconnus du KGB ou ayant une « haute probabilité d’avoir coopéré » avec le KGB de l’ère soviétique.
De même, en recherchant le pourcentage de communistes dans les niveaux supérieurs du gouvernement, un total de 61 % était des communistes connus ou probables. Pour ceux qui sont intéressés, le rapport énumère nominalement les 909 individus et leur répartition dans les hautes sphères législatives et exécutives du gouvernement ainsi que dans les partis politiques.

Particulièrement intéressant est le sentiment "résiduel" – 20 ans après – qui se manifeste toujours dans le vote de beaucoup de ces députés. En 2009 le chef de Parti communiste Symonenko a soumis un projet de résolution à la Verkhovna Rada visant à commémorer “le 90ème anniversaire de la fondation du Komsomol de l'Ukraine”. La résolution est passée et a reçu presque 60 % des votes; seulement 23 des 431 députés de la représentation nationale ont voté contre. En plus du Parti communiste, le Bloc Lytvyn a unanimement soutenu la résolution, de même que 150 membres du Parti de Régions (moins 25 abstentions).

Dans les articles à suivre, j'écrirai sur ce qui s’est passé au cours des 20 ans d'indépendance et sur ce qui peut être fait. Mais, je pense qu’il est important que le lecteur comprenne clairement que le désordre et la corruption en Ukraine ne sont pas l’œuvre "des démocrates" ou "des patriotes" … mais des mêmes coquins, renégats et rétrogrades qui ont servi la tyrannie marxiste et furent complices de la sujétion de la nation à Moscou – aussi bien volontairement que par indifférence. Ils ont aussi été les plus grands bénéficiaires de ce désordre.

Sans doute il y a beaucoup d'anciens communistes, peut-être même d’agents du KGB, qui ont ouvert les yeux face à l'injustice et l'exploitation dont ont été l’objet leurs compatriotes au cours du siècle passé. Pourtant, il y a un vieux proverbe qui dit : “la pomme ne tombe pas loin de l'arbre”. Les Tchèques l'ont reconnu en 1991 et sont aujourd'hui classés au sommet parmi les 30 % de pays qui ont réussi avec succès à maîtriser le problème de la corruption. L'Ukraine se fait attendre pour entreprendre un élagage.

Traduit de l'anglais par Tymko
Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Politique intérieure ukrainienne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche