Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 14:21

Antoine-arjakovsky.jpgAntoine Arjakovsky est un historien français, qui codirige aujourd'hui le département « Société, Liberté, Paix » du pôle de recherche du Collège des Bernardins à Paris. Après 20 ans passés entre Moscou, Kyiv, Lviv et Paris, en juin 2014 il a publié son nouveau livre « Russie - Ukraine. De la guerre à la paix ? ».

 

 

- Les événements de Maidan de l'hiver dernier sont entrés dans la mémoire collective comme la Révolution de la Dignité, que cela t'inspire-t-il ?
Cette expression de « révolution de la dignité » apparaît en Ukraine dès le mois de décembre 2013. Je l’ai trouvée dans une déclaration de l’Université catholique d’Ukraine le 11 décembre et le lendemain dans un article du théologien orthodoxe ukrainien Serge Hovoroun. Aujourd’hui, jeudi 26 juin c’est Petro Porochenko, le nouveau président ukrainien qui utilise cette expression dans son discours à l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

 

Si cette formule a fait très vite consensus c’est d’abord parce que le peuple ukrainien s’est indigné le 1er décembre que la police d’Etat puisse frapper jusqu’au sang des manifestants pacifiques. Cette indignation et le soulèvement qui s’en est suivi n’a fait que renforcer le motif de la manifestation initiale, à savoir le désir des Ukrainiens d’appartenir à la grande famille des nations européennes unies par le même attachement à la Convention européenne des droits de l’homme. Cette expression a été utilisée également parce que cette révolution s’est déroulée dans le respect de la constitution ukrainienne de 2004. Elle ne fut donc pas un coup d’Etat.

- Pour quelle raison l'Est de l'Ukraine s'est-il si soudainement et si brutalement embrasé au printemps dernier ?
Ce n’est pas l’Est de l’Ukraine qui s’est soulevé, mais le président Poutine qui a cherché à déstabiliser l’Ukraine dès la victoire de la révolution de la dignité le 22 février. On sait aujourd’hui que les pseudo-référendums en faveur du rattachement à la Russie, de mars en Crimée, et de mai dans le Donbass, n’ont été approuvés que par une faible partie de la population. Les experts estiment à 35% en moyenne le nombre de personnes qui les ont soutenus. Je cite en particulier dans mon livre  les chiffres de Mustafa Djemilev (ndr:chef de file reconnu du Mouvement national des Tatars de Crimée) et de Svetlana Gannouchkina (ndr: défenseure des droits humains en Russie).

 

En revanche en mai dernier partout où des élections ont pu se tenir en présence d’observateurs internationaux envoyés par le Conseil de l’Europe et les Nations Unies, les Ukrainiens se sont prononcés en faveur du maintien de l’unité du pays. On sait aussi que des troupes russes stationnent depuis février à la frontière Est de l’Ukraine, ce qui est extrêmement déstabilisant pour une population qui se sent abandonnée depuis que le président Yanoukovytch est au pouvoir. Il faut ajouter qu’à deux reprises tous les responsables religieux d’Ukraine sans exception se sont prononcés en faveur du maintien de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Enfin il suffit de regarder la nationalité des principaux « séparatistes » en Ukraine, comme le colonel Guirkine à Donetsk, pour s’apercevoir qu’il s’agit tout simplement de citoyens russes !

La vraie question pour moi est donc plutôt de s’interroger sur les raisons pour lesquelles la Russie a voulu déstabiliser l’Ukraine. L’analyse que je développe dans mon livre est que les causes politiques, économiques, et militaires classiques sont insuffisantes pour répondre à cette question. La résurgence du nationalisme contredit en effet le souci du président V. Poutine de créer une union eurasiatique. Le Donbass et la Crimée n’apportent pas grand-chose au plan économique à la Russie. Et, malgré ce que l’on croit, la Russie disposait, à part le port de Sébastopol, d’autres accès à la mer Noire. Le vrai ressort de cette guerre est donc fondamentalement de nature mythologique. Il a trait à l’identité de la nation russe. Or en ce cas seul un traitement théologico-politique du problème permet de trouver des issues de paix. Car malheureusement le patriarche Kirill Gundyaev, avec son discours sur le « monde russe » est largement responsable des errances mythologiques du Kremlin.

- Dans quelle mesure le spectre du communisme continue-t-il de peser sur les relations russo-ukrainiennes ?
Les politologues du monde entier se sont empressés en 1989-1991 de déclarer la mort du communisme. C’était ici encore prendre ses désirs pour la réalité. En réalité la structure de l’organisation administrative de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie a très peu changé par rapport à la période soviétique. On trouve encore quantité de statues de Lénine dans ces pays. Le mausolée de Lénine trône encore sur la place Rouge à Moscou. Et Staline reste un des plus grands personnages des manuels d’histoire. Le malheur de ces pays est qu’il ne s’est pas trouvé de génération suffisamment instruite et déterminée pour instruire le procès du communisme dans les années 1990-2000. Or ces pays n’ont pas d’alternative. Soit ils suivent le chemin de leurs voisins polonais ou baltes et ils mettent en place une véritable politique de lustration des crimes du communisme. Soit ils continuent à faire semblant de croire que ce travail est impossible et ils seront confrontés à une nouvelle mutation de la mythologie totalitaire.

Mais pour prendre conscience de cette alternative ils doivent au préalable intégrer une idée simple : Le mythe est indissociable du concept pour comprendre la vie des nations. Négliger la puissance du concept et de la réflexion historique est aussi inconséquent que de mépriser la soif de justice et la quête identitaire des nations. En d’autres termes il faut aujourd’hui que les historiens des pays concernés écrivent ensemble une histoire réconciliée en n’omettant aucun sujet épineux. Car, même si ce travail est douloureux, seule la vérité existentielle, historique et spirituelle donne le courage de comprendre, de pardonner, et d’accéder enfin au bonheur insouciant.

Propos reccueillis par Olga Gerasymenko

 

russie-ukraine-de-la-guerre-a-la-paix.jpg"Russie/Ukraine De la guerre à la paix?" sera présenté par son auteur au Collège des Bernardins le 2 juillet 2014 à 11h00. Inscrivez-vous ici.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 10:20

rodina-mat.jpgUn nouveau cap vient d’être franchi dans le conflit russo-ukrainien après l’élection du nouveau président Petro Porochenko. En effet, malgré les élections qui se sont bien déroulées en Ukraine et que l’élection du nouveau pouvoir vient d’être reconnue par le monde entier y compris par la Russie (elle a dépêché son ambassadeur lors de l’intronisation du nouveau président). Or, le 19 juin des troupes russes sont entrées dans les régions de l’Est de l’Ukraine.


Le président ukrainien a décrété une trêve d’une semaine à partir de vendredi 20 juin, elle doit durer une semaine, elle permet entre autre, une amnistie générale pour les «pro-russes » qui n’ont pas de sang sur les mains de pouvoir regagner à la vie civile, cela doit permettre pour la grande majorité d’entre eux de rentrer en Russie…


Quel a été la réponse des « pro-russes » depuis ce vendredi ?... ce fut un redoublement des attaques contre  l’armée  ukrainienne puis un ultimatum de Poutine demandant au pouvoir ukrainien de faire partir l’armée ukrainienne du Donbass. Ce dimanche après une conversation téléphonique  avec Angela Merkel et François Hollande, Vladimir Poutine approuve le plan de paix du président ukrainien Petro Porochenko, changement de ton… Moscou souffle «  le chaud après le froid »...


Ce dimanche 22 juin à Paris une manifestation de solidarité a eu lieu pour l’Ukraine dont le mot d’ordre est la paix. Un petit peu plus tôt dans un autre endroit de Paris, une autre manifestation s’est déroulée sous le même slogan, mais cette fois organisée par les fidèles à Poutine, là-bas des personnes qui avaient des pancartes dénonçant l’agression du Kremlin contre l’Ukraine furent refoulées sans ménagement de cette manifestation. Là aussi le chaud et le froid, d’un côté un appel « pour tous ceux qui veulent la paix en Ukraine » et, d’un autre côté, expulsion de toutes les personnes qui ne sont pas d’accord avec Poutine.


A travers ces deux exemples, on constate, l’un dans le Donbass et l’autre en région parisienne…un double langage de Moscou! ! !


Des pourparlers ont commencé ce lundi en Ukraine sous la présidence de l’OSCE entre le pouvoir ukrainien et les pro-russes, une accalmie s’est faite sur le terrain brièvement… Seul le dialogue sous auspice d’une organisation comme  l’OSCE pourra débloquer la situation… en espérant que LA PAIX revienne enfin dans cette région.

Par  Bogdan   MYTROWYTCH

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 08:55

Le Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik-2014 va à Maxim Dondyuk, photographe ukrainien, originaire de Nova Kakhovka, pour son travail réalisé l'hiver dernier sur Maïdan.

 

http://images.eu.viewbook.com/57708f3cb4c0ab21023505220c4f7ea8_medium.jpg
Retenu par différents directeurs photo de magazines internationaux, le jeune photographe pourra bénéficier d'une exposition personnelle dans le cadre de la prochaine édition du prestigieux festival "Visa pour l'image" de Perpignan (30 août-14 septembre).

 

Pour voir les travaux de Maxim Dondyuk, rendez-vous sur son site.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 16:41

fete-de-la-musique-21062014-choeur-st-volodymyr.jpg

Partager cet article

Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 21:18

Invit_Soiree-Petlura.jpg

Partager cet article

Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 21:46

 

Quels sont vos projets aujourd’hui ?

Notre tragédie (je fais référence aux événements en Ukraine de novembre 2013 jusqu’à aujourd’hui) nous a réunis, Ukrainiens et Français. Je suis venu présenter une nouvelle initiative qui s’appelle «l’Ukraine de la Nuit » qui a lieu le 14 mai à Paris, à la Bellevilloise.

 

C’est à la fois une discussion politique et une soirée musicale. C’était mon idée à la base, donc j’ai contacté Natalka Pasternak, présidente du Comité représentatif de la communauté ukrainienne en France. Beaucoup de gens ont répondu à cette initiative... Le malheur passera un jour, mais nous, nous devons rester actifs et solidaires. Nous nous sommes réunis afin de discuter de nos projets, des perspectives de collaboration. Il faut être très créatif et actif. Je suis venu pour la première fois en France à l’époque soviétique. Les Français ne connaissaient pas du tout les Ukrainiens. Lorsque nous avions joué de l’accordéon ici à Montmartre, les gens nous prenaient pour des Tsiganes ou bien des Juifs ou des Russes. Aujourd’hui, la situation a bien changé. Nous avons un statut différent, on nous perçoit et nous reçoit différemment.

 

 

Nous avons beaucoup de choses en commun, les Ukrainiens et les Français. Je peux citer quelques

personnalités qui font le lien entre les deux pays : Serge Lifar et Vaslav Nijinski (qui sont nés à Kiev) ou Gogol, Vertinski... Pendant très longtemps nous ne soupçonnions pas qu’il y a tant de liens entre nos cultures. Aujourd’hui je vois les Français qui connaissent mieux les Ukrainiens, qui sont devenus plus proches, plus attentifs... Je pense que la solidarité traditionnelle des Français s’est transformée en compassion, en chaleur humaine, en entreaide, ce qui est un trait de notre culture. Ce qui nous manquait à nous les Ukrainiens, c’est cette capacité et cette détermination à se battre pour ses droits, ténacité qui caractérise les Français.

 

D’autres projets à venir ?

Je vais me mettre à « rêver », car je suis le « rêveur » numéro un ! Mais si je dois parler sérieusement, je vais rencontrer mes partenaires et on va travailler sur des projets concrets, sur les « business plans ». Nous vivons des temps difficiles. Il y a beaucoup d’inquiétude quant à l’avenir de l’Ukraine.

 

Qu’est -ce que vous ressentez personnellement ? Quelle est votre position ?

Bien sûr, nous nous inquiétons pour l’avenir, nous avons peur pour nos proches... Nous entendons un grand nombre de conseils sur la façon de sortir de cette situation. Malheureusement, on entend toujours que « quelqu’un doit faire quelque chose », en Ukraine nous avons de grandes attentes vis-à-vis de notre Etat ou de notre gouvernement. Ma recette est très simple : dans des temps si difficiles, il faut se consacrer à des choses que nous savons bien faire, il faut avancer, rester actif, respirer, s’unir, travailler sur des sujets positifs. Il faut penser au jour où le malheur sera passé. Il faut réfléchir à ce que l’on doit faire pour que cela arrive, pour résoudre les problèmes. On doit imaginer un meilleur avenir et essayer de le créer.

 

 

Quels sont vos projets à venir en Ukraine ? Vous organisez toujours le festival « Kraïna Mriy » (« le Pays des rêves ») ?

D’ abord j’aurai quelques concerts dans les villes ukrainiennes avec le groupe « VV » (Vopli Vidopliassova). Je vais également donner quelques concerts de jazz. Nous préparons actuellement la 11ème édition du festival « Kraïna Mriy» dans un nouveau format, je l’appellerai « faisons le festival ensemble ». J’ai été inspiré par le festival d’Avignon auquel j’ai participé. Il y a deux parties : le programme « in », fait par les organisateurs et le programme « off » proposé par des associations, des groupes, des individus... Nous allons faire la même chose en Ukraine. Nous allons proposer une assistance technique (la scène, la lumière, la publicité etc.) aux participants afin qu’ils puissent réaliser leurs idées, leur programme. Nous avons un nouveau terrain pour le festival, un grand parc avec des lacs...

 

Nous avons déjà reçu des propositions intéressantes. Le moment est assez particulier pour réaliser ces idées. Même les Français remarquent que les Ukrainiens aujourd’hui proposent un nouveau modèle de société. L’organisation sur Maïdan a été extraordinaire ! Qui sait, peut-être, nous serons capables de trouver des solutions à des problèmes graves de la société moderne ?

 

Notre festival sera une sorte d’expérimentation sociale. Il est possible que dans l’avenir le festival soit entièrement pensé et réalisé grâce à des initiatives extérieures, à des groupes des participants eux-mêmes.

Propos recueillis par Olena Codet

Partager cet article

Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 20:04

forum-acuf.jpg

 

Mardi 17 juin 2014 à 19h au Centre Culturel de l'ambassade d'Ukraine (22 avenue de Messine 75008 Paris) se tiendra le 5ème Forum de l'ACUF.

Il sera co-organisé par deux associations - l'Association des cadres ukrainiens en France et l'Association des Etudiants ukrainiens en France.

Ce cinquième forum s’inscrit dans la continuité des quatre premiers organisés en 2006, 2008, 2010 et 2012. Il a pour but de développer les réseaux professionnels des spécialistes ukrainiens en France en réunissant des professionnels travaillant dans des entreprises françaises et des étudiants ukrainiens en master ou en doctorat dans des grandes écoles ou universités françaises. Dans chacun de nos secteurs d’activité (ingénierie, finance, export, ressources humaines, social, tourisme…), les cadres et les étudiants ukrainiens s’interrogent sur la meilleure façon de faire progresser leur carrière et de contribuer aux échanges économiques entre la France et l’Ukraine.

 

"Ce forum doit être l’occasion d’échanges entre nous sur nos expériences professionnelles et personnelles en France et en Ukraine" selon Larissa Baratin, présidente de l'ACUF.

 

Pour s'inscrire, remplissez un formulaire ici.

 


12 ateliers thematiques seront annimés:
- banque et finance
- commercial et export
- étude, conseil et développement
- marketing, communication et PR
- RH
- ingénierie
- transport et logistique
- droit
- médécine, biologie et chimie
- tourisme
- interpretariat et traduction
- social et associatif.

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 09:38

olga-Camel.jpgEn février 2014, Olga Camel a donné une conférence à l’Inalco s’intitulant « Les femmes créatrices ukrainiennes dans le domaine de l’art et de la littérature », à l’occasion de la parution du « Dictionnaire universel des créatrices » (Editions Des Femmes). Elle a écrit les articles consacrés aux femmes ukrainiennes et raconte à « Perspectives Ukrainiennes » comment s’est déroulé son travail.

 

Tout d’abord, de quel ouvrage s’agit-il ?

Voici la présentation de l’éditeur : « Le Dictionnaire universel des créatrices » est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l’histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation. Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d’engagement et de travaux en France, dans le monde et à l’Onu avec le comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) qui a aujourd’hui Nicole Ameline à sa tête. Renouant avec une généalogie jusque-là privée de mémoire, il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine. Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes. Créatrice, toute femme qui fait oeuvre. »

 

Olga Camel : Il s’agit d’un dictionnaire encyclopédique, car il est sorti en 3 tomes. C’est un travail de très grande envergure : 165 pays ont participé, presque tous les pays du monde, 1600 auteurs de tous les continents, 12 000 articles, près de 5 000 pages… Des lettrines ont été réalisées par Sonya Rykiel, la grande prêtresse de la mode. Elles sont très colorées. Un code couleurs a été créé pour chaque domaine : le rouge pour les arts, le vert pour la littérature, le mauve pour la science. Plusieurs femmes célèbres ont assisté au lancement officiel du dictionnaire. On m’a sollicitée pour diriger la partie sur l’Ukraine. Mes domaines de prédilection sont la littérature et les arts (notamment le théâtre). Dans l’ouvrage figurent des actrices, chanteuses, écrivaines, compositrices, réalisatrices, peintres, mais aussi des scientifiques – mathématiciennes, économistes… J’ai demandé si les femmes politiques étaient considérées comme des créatrices. Il y a eu un débat au sein de la rédaction à l’issue duquel il a été décidé que oui, elles sont aussi des créatrices et elles méritent d’être mentionnées.

 

Lessya-oukrainka.jpgJ’ai été très contente de diriger le « Secteur Ukraine ». Comment ai-je fait mon choix ? J’ai essayé d’écrire le maximum d’articles afin d’inclure le plus grand nombre de créatrices ukrainiennes, mais à la fin il a fallu faire un choix, car il y avait trop d’articles. J’ai proposé une cinquantaine de personnages et une quarantaine a été retenue. Un détail important : lorsque j’ai exprimé mon regret de ne pas avoir pu inclure dans cet ouvrage tous les articles que j’ai écrits, ma rédactrice en chef m’a proposé de lui envoyer mes articles. Il est possible que cela devienne un projet de livre à part entière sur les femmes ukrainiennes créatrices. Parmi celles qui ne figurent pas au dictionnaire, il y a par exemple Anne de Kiev. Les rédacteurs de l’ouvrage ont considéré qu’elle n’avait pas joué un rôle politique considérable ! Ce qui n’est pas tout à fait correct ! Mais on peut y trouver Roxolana (Roxelane), sultane turque, une femme politique de première importance et un personnage presque romanesque. Elle avait 15 ans lorsqu’elle a quitté son village natal dans les Carpates (ça c’est ma région !), et a été capturée par les Turcs. Elle s’est retrouvée dans le harem de Soliman le Magnifique. Elle est devenue une femme très influente de son époque : parlant plusieurs langues, elle a traité avec des diplomates ; par amour pour elle Soliman a chassé 36 femmes de son harem. C’est une très belle histoire…kira mouratova

 

Un article assez important a été écrit sur Ioulia Timochenko et son parcours politique. Parmi celles que j’ai présentées, il y a Kira Muratova – une figure emblématique du cinéma. Parmi les actrices, j’ai évoqué uniquement Maria Zankovetska, la plus grande actrice ukrainienne du XIXe siècle. Mais il y a d’autres actrices qui auraient mérité d’y être : Natalia Oujvii, qui était extraordinaire. Un peu moins importante - la femme de Les’ Kourbas, Valentyna Tchystiakova… Je voudrais mentionner Kateryna Naletova (1787-1869) – comédienne et chanteuse du premier théâtre en Ukraine, qui a collaboré vec Ivan Kotliarevsky, le directeur artistique du théâtre de Poltava et le fondateur de la littérature ukrainienne moderne.

 

Ces pièces constituent les fondements du théâtre ukrainien. Naletova a marqué son époque ! Au XIXe siècle le théâtre ukrainien et la langue ukrainienne ont été interdits en Ukraine par l’empire russe. Les troupes ukrainiennes se sont fait connaître en Russie, ils ont joué notamment à St-Petersbourg et à Moscou. Si le projet du livre dont j’ai parlé voit le jour, j’écrirai sur les femmes de cette époque-là.

 

Marko-Vovtchok.jpgMaintenant en ce qui concerne les femmes de lettres : la première femme de lettres ukrainienne était Marko Vovtchok (née Maria Vilinska). Elle était russo-ukrainienne, de langue maternelle russe. Elle a épousé Opanas Markovytch, ethnographe, et l’a converti à la cause ukrainienne. Elle a dénoncé dans son oeuvre la condition des serfs et la misère paysanne. Marko Vovtchok a vécu en Europe Occidentale, notamment en France. A Paris elle devient l’amie et collaboratrice du célèbre éditeur P-J Stahl (pseudonyme Hetzel) et publie en français des contes pour enfants. Elle est l’auteur original de « Maroussia », récit pour enfant, ouvrage couronné par l’Académie française. Elle fait partie des femmes très courageuses. Lessya Oukraïnka, poétesse et dramaturge, a contribué au réveil du sentiment national ukrainien. Exploitant des thèmes de la littérature mondiale, elle était à l’avant-garde des forces créatrices qui ont amené la littérature ukrainienne à un niveau universel. Natalya Kobrynska, romancière et pionnière du mouvement féministe en Galicie (l’Ukraine occidentale). Olha Kobylianska, originaire de Bukovine, a trouvé un chemin vers les lettres ukrainiennes et s’est surtout fait connaître par la prose. Ces deux écrivaines se sont battues pour les droits des femmes.

 

J’aimerais évoquer Valentine Marcadé, qui a écrit un ouvrage sur l’art en Ukraine (« Art d’Ukraine », L’Age d’Homme Editions, 1990). Elle a fait des recherches très approfondies. Sonia Delaunay et Alexandra Exter y figurent en tant que peintres ukrainiennes. Un article est consacré aussi à Lina Kostenko, figure essentielle de la renaissance poétique d’après 1956. Elle est l’une des représentantes principales de la « génération des années 60 ». Pendant longtemps elle a été en conflit avec le pouvoir soviétique, elle a fait la grève de la faim et a refusé de se plier et de produire des oeuvres dans l’esprit de l’idéologie officielle.

dictionnaire-femmes-creatrices.jpg

Comment avez-vous entendu parler de ce projet de dictionnaire ?...  Le processus même a été intéressant ?

C’est l’édition qui m’a contactée à l’INALCO, où j’ai enseigné la littérature ukrainienne. J’étais ravie de leur dire oui ! Je suis contente des résultats de notre collaboration. En France l’on s’intéresse de plus en plus à l’Ukraine, surtout depuis les récents événements. Ce dictionnaire sera disponible dans plusieurs bibliothèques parisiennes. La parution de cet ouvrage est très importante pour la culture ukrainienne. Il faut comprendre le contexte dans lequel les créatrices ukrainiennes ont travaillé, sous les différents régimes, de l’empire austro-hongrois à l’empire russe et au régime stalinien, souvent sous le poids de la censure et leur rendre un bel hommage. Aujourd’hui, heureusement, de  nombreuses femmes peuvent créer librement.

 

Dans le nouveau projet, mon livre, ça serait bien de parler des femmes actuelles qui écrivent de plus en plus. Dans ce dictionnaire encyclopédique figurent également les écrivaines contemporaines, par exemple Maria Matios, une très bonne romancière, traduite en plusieurs langues, qui fait en même temps de la politique, ou encore Evguenia Kononenko et Oksana Zabouzko pour ne citer que les plus connues…

Propos recueillis par Olena Codet

Partager cet article

Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 00:05

Le bulletin de Juin 2014 de Perspectives Ukrainiennes est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes ou en cliquant ici

 

Au sommaire:

 

p. 2 - 4 : Entretien avec Olga Camel, contributrice du dictionnaire universel des créatrices
p. 5 - 6 : Rencontre avec Oleg Skrypka, leader du groupe Vopli Vodopliassova
p. 7- 9 : Rendez-vous franco-ukrainiens
p. 10 : Actualité du livre

Partager cet article

Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 17:24

http://images.unian.net/photos/2014_03/1395075471-1011.jpgLe 18 mai de cette année ce fut la commémoration de la déportation des tatars de Crimée en 1944. Officiellement c’est 180 014 personnes, en fait beaucoup plus, d’après les données des tatars, il y en a eu 423 000 personnes dont la majorité était des femmes, des enfants et des vieillards. Ces déportations se sont faites vers les républiques de l’Asie centrale, surtout vers l’Ouzbékistan. Il y a eu 7889 décès pendant le voyage, source officiel… d’après le mouvement de libération tatar, on avance le chiffre de 195 000 personnes en incluant les six premiers mois « de séjour ».

 

Cette année après l’invasion russe et le soit disant referendum, la Crimée se retrouve isolée du monde. Les tatars n’ont tout simplement pas pu commémorer cette date à Simféropol, qui marqua cette tragédie. Quelques milliers ont pu le faire aux portes de Simféropol malgré le bruit des hélicoptères russes qui passaient en rase motte pour gêner la commémoration.

 

Le lundi 2 juin à l’Institut des langues orientales à Paris (l’INALCO) s’est tenu un colloque sur les tatars de Crimée. Très bonne initiative car malheureusement le peuple des tartares passe progressivement « aux oubliettes de l’information ». Un des leaders des tatares de Crimée, Refat Tchoubarov, qui est le président du Mejlis (le parlement tartare) a fait un exposé fort brillant. Il a demandé aux gouvernements français et européens de ne pas laisser tomber les tatares de Crimée, qui sont en ce moment 300 000 sur la péninsule, soit 14% de la population sur une population comptant un peu plus de 2 millions d’habitants (58% sont des russes et 25% d’ukrainiens).

 

Les habitants de Crimée connaissent en ce moment des moments difficiles, le rouble est devenu monnaie usitée depuis le début de juin, il parait que déjà 9000 personnes sont déjà parti vers l’Ukraine occidentale depuis l’agression russe, en majorité se sont des ukrainiens. Tout est bloqué au niveau de la société, les banques ukrainiennes sont parties, les ONG et les journalistes ont été mis au pas, de même que les religions. Le prêtre gréco-catholique de Simféropol a été expulsé, les églises orthodoxes sous l’autorité du patriarche de Kiev ont été fermées et les imams qui ne sont pas d’accord avec les nouvelles autorités sont traités d’extrémistes. Seul l’église orthodoxe sous l’autorité du patriarche de Moscou est épargnée…ce n’est pas un hasard ! ! !

 

_----------1965.jpg

D’après Refat Tchoubarov, on est revenu à situation de 1987, date à laquelle les tatares de Crimée ont pu commencer à revenir en masse vers la Crimée, sans d’ailleurs demander la permission des autorités qui ne voulaient pas qu’ils reviennent…suite aux recommandations de la commission de la Douma, présidé par un certain Andrei Gromyko… et là ils ont eu à faire aux colons qui étaient venus habiter à leur place. Tel est la situation aujourd’hui…. On a le sentiment que cette situation va perdurer, après ce pseudo-référendum… à titre de comparaison j’aimerai vous faire partager ma propre expérience de mon séjour en Crimée, que j’ai eu lors des élections législatives de 1997 en Ukraine.

 

Je fus envoyé comme observateur international du Congrès Mondial des Ukrainiens avec beaucoup d’autres personnes dans toute l’Ukraine. Ce fut Sébastopol pour moi, c’était le 30 septembre 2007, j’étais en compagnie des collègues dont la plupart étaient des Etats-Unis. Pendant le jour de vote on a visité plusieurs bureaux de vote, après 20 h on a assisté au décompte des voix. Le bureau clos au public, un milicien devant la porte, la commission électoral qui commence le dépouillement des bulletins de vote (qui sont des grandes paperasses pliantes), l’opération a duré une bonne partie de la nuit et se termina vers quatre heures du matin.

 

Il faut signaler que lors du vote, tout comme lors du dépouillement on avait droit de prendre les photos, de signaler au chef du bureau si des anormalités étaient constituées, les observateurs pouvaient prendre la parole après l’avoir demandé au chef du bureau. En tout cas ils ne pouvaient pas le faire directement. On portait sur notre veste un badge qui voulait dire que l’on est observateur. Lors du décompte de voix la langue la plus usitée était le russe et…l’ukrainien. Tout s’est passé tranquillement et à la fin j’ai eu le procès-verbal de la séance. Le jour suivant, je suis parti sur les ruines grecques du Chersonèse qui bordait la plage, puis j’ai nagé avec d’autres collègues dans la mer le 1er octobre, l’eau était fraiche et peu salée, bref j’ai un bon souvenir de ce séjour en Crimée. Ah j’oubliais… lorsque je me levais, je voyais de ma fenêtre deux mosquées, et entre les deux une cathédrale orthodoxe, vers midi j’entendais les prières des imams en haut des mosquées. La Crimée même s’il y avait des problèmes, les rapports entre les diverses communautés n’étaient pas aussi tendu qu’aujourd’hui, et malgré les gigantesques monuments staliniens dédiés aux soldats de la seconde guerre mondiale qui ornent Sébastopol, je me sentais à l’aise, à l’époque, je ne parlais pas encore le russe, et lorsque je parlais en ukrainien, je n’ai pas ressenti d’animosité à mon égard.

 

Aujourd’hui en 2014, les rapports entre les gens se sont dégradés, la communication s’est amenuisée. Selon Refat Tchoubarov, les nouvelles autorités pro-russes veulent faire partir les tatares de Crimée  en leur rendant la vie impossible dans la péninsule… Le seul moyen de se sortir de cette situation, c’est un combat sans relâche des tatars pour leurs droits, un changement de régime en Russie, qui évoluera démocratiquement. Les Etats-Unis et l’Union Européenne doivent être une force d’appoint pour soutenir le combat des tatars…et l’Ukraine ?

 

Il est important que l’Ukraine se fasse le porte-parole des tatares de Crimée … faire entendre leur voix, je veux parler des assemblées tel que l’ONU, l’OSCE ou le Conseil de l’Europe.

 

Le voyage de Refat Bouratov ici en France ne doit pas rester vain, à nous tous de faire en sorte que la justice soit faite au peuple.

 

Vive les tatars de Crimée ! ! !

 

Par Bogdan MYTROWYTCH

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche