Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 22:14

daogopak.jpgEn septembre dernier, à l’occasion de Knyjkoviy Arsenal, Forum des livres à Kyiv, un événement a dominé les autres : le lancement d’une trilogie Daogopak. Le premier volume de cette malyovana istoria (BD ukrainienne) « Tournée à Antalya » a été présenté au grand public.

C’est une malyovana istoria qui nous raconte les aventures de trois amis cosaques - Oles Skorovoda, Taras Peresitchvolia et Mozgoviy (qui est par ailleurs cosaque kharakternyk, c'est à dire un sorcier). Les compères partent en Turquie pour une mission de renseignements. Ils ont pour couverture une tournée d'artistes. Le but de leur mission est de libérer les cosaques réduits à l'esclavage dans le palais à Antalya.

Or le destin et la force majeure les détournent de leur but principal : la rencontre inattendue avec une fillette japonaise Ari-San, la garde du corps du fils de Sultan. Elle changera le destin du jeune cosaque Oles.

 

Les auteurs, Maxim Prasolov (auteur de scénario), Oleg Kolov (dialogues) et Oleksiy Tchebykine (dessinateur), ont eu l’ambition de créer une histoire universelle en se basant sur les contes et les symboles ukrainiens. Ils sont partis à la chasse au trésor dans la jungle de la mythologie ukrainienne. 

Insatiables, ils se donnent des moyens impressionnants. Ils ont prévu sur un période très brève (deux ans) de faire paraitre trois volumes de Daogopak, de lancer ou soutenir des projets parallèles (Maxym Osa, Tchoub), de sortir des produits dérivés et même de créer un jeu vidéo.

Rappelons au passage, qu’en Ukraine, le secteur de la BD reste à l’état embryonnaire. Ce genre n’étant pas reconnu comme un art à part entière en URSS. Même aujourd’hui, il s’agit plutôt d'une affaire d’amateurs-pionniers du genre. Le lancement de ce projet si ambitieux est alors une affaire risquée.

Celui-ci a de très grandes ambitions. Il vise la création d’un « Asterix ukrainien »: le personnage possédant un considérable capital de sympathie hors des frontières « gauloises ».

Daogopak doit dépoussiérer les mythes en Ukraine, et en recréer à l’international. Mis à part les mythes, le projet vise à éduquer l’œil du lecteur à l'esthétique de l'école graphique ukrainienne (Oleksiy Tchebytkine, graphiste de père en fils, en est fervent défenseur et représentant) et aussi aux codes visuels propres du pays.

 

pramaxMaxym Prasolov (Pramax), auteur du scénario de Daogopak

Comment le trio d’auteurs s’est formé ?

Notre équipe travaille ensemble déjà depuis quelques années. Oleg Kolov est un ami d’enfance. Quant à Oleksiy Tchebykine (aka Shakll Manstr Bdoo), il a atterri sur la planète de Daogopak il y a deux ans et depuis n’arrête pas de construire des châteaux, des manoirs, des aquaparcs et inventer des exosquelettes pour les cosaques-kharakternyks.

 

Il a été annoncé que Daogopak sera également publié hors Ukraine. Est-ce qu’un album paraitra en France ?

Une traduction en six langues est en cours, y compris en français. La première édition étrangère d’essai sortira en fin d’année. Pour imprimer un grand tirage à l’étranger on a besoin de l’appui d’une grande maison d’édition qui a l’expérience de ce genre de projet.

 

Des journalistes ukrainiens comparent souvent Daogopak avec les albums d’Astérix. Qu’en pensez-vous ?

En effet, les journalistes aiment trouver des parallèles entre les deux histoires. Nous, on ne compare pas. On admire l’échelle de l’entreprise : depuis des décennies en France on ne cesse de faire des films et des dessins animés, fabriquer des jouets et créer des parcs thématiques autour d’Asterix. Toute situation nécessite ses héros et ses vainqueurs, dans n’importe quel pays. C’est une composante identitaire d’un pays. Il ne s’agit pas que de la prose graphique ou de la littérature. Cela concerne aussi le sport, le cinéma, la science, les technologies, l’art, l’architecture – quasiment toutes les sphères de l’activité humaine.

En Ukraine, la situation est un peu plus modeste. Nous avons des héros, des mythes et symboles culturels aussi, mais peu de gens travaillent avec ses éléments avec créativité, de manière inspirée et sans tomber dans la ringardise. Nous sommes parmi les oiseaux rares. Mais on croit que les gens passionnés et inspirés vont devenir de plus en plus nombreux. C’est également l’un des buts de notre projet.

 

En quoi le mysticisme ukrainien peut intéresser un Européen plutôt cartésien et pragmatique ?

A condition d’avoir une approche juste et une bonne idée, même le balai d’une école respectable anglaise volera dans les cieux. Et cela ne surprendra pas plus que ça les « pragmatiques européens ». Alors c’est la même recette pour les traditions mystiques ukrainiennes, ayant pour héritage des rites ancestraux des magies quotidiennes et guerrières. Attendez le troisième volume de Daogopak et vous en serez convaincus, j’en suis certain.

Vous développez également des projets parallèles à Daogopak, tel que le projet fantastique Tchoub, la suite du roman graphique policier médiéval « Maxym Osa ». Pourriez-vous nous en parler plus. En quoi ces projets complètent le monde de Daogopak ?

Chez nous ces histoires sont réunies dans un Univers. C’est-à-dire que dans différents projets les personnages en évoquent ou citent d’autres personnages d’autres projets. Il y a des histoires parallèles ou complémentaires. Ainsi, on construit le monde de la mythologie ukrainienne sous une forme moderne. Le personnage qui traverse tous les mondes et est commun à tous les projets c’est un personnage d’un cosaque-chevalier, maître des arts martiaux, de la magie et maîtrisant la technologie. 

 

Quel est le calendrier de Daogopak ?

Le deuxième volume « L’Amour noble » sera publié en septembre 2013. Le troisième volume « Secret du molfar des Carpates » paraitra en 2014. Par ailleurs, courant 2013 en tout quatre albums sur les histoires cosaques sortiront : deux volumes de Daogopak, « Tchoub » et la suite des aventures de Maxym Osa.

 

 

shakll-Manstr-Bdoo.jpgOlexiy Tchebykine (Shakll Manstr Bdoo), dessinateur de Daogopak

Comme dessinateur-graphiste, je souligne toujours que l’Ukraine a sa propre, ancienne et particulière école de graphisme. Rappelons que Kyiv se trouvait au cœur de la Route commerciale des Varègues aux Grecs. Alors les racines de notre école de graphismes proviennent de là. Elles sont doubles et représentent une symbiose entre sud (mélange d’antiquité grecque et de style byzantin) qui lui donne le raffinement et son coté pittoresque, et nord (les racines scandinaves) qui apporte les éléments d’ornement et la précision du trait. C’est une sorte de mélange de monumentalisme et de détails. 

Plus tard, quand l’Ukraine a pris en sa possession la technologie d’impression de livres, elle a forgé sa propre école de derevoryt (xylographie) et d’estampe. Pour comparaison, en Russie l’école graphique et d’impression sont arrivés sous Pierre I des Pays Bas et d’Allemagne.

daogopak--trois-auteurs.jpg

Propos recueillis par Olga Gerasymenko

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:08

vassyl-chenderovskiy.jpgVassyl Chenderovsky est le vice-président de la société ukrainienne des sciences physiques, professeur, docteur en sciences physiques et mathématiques. Il est l’auteur de plusieurs centaines d’ouvrages, dont la trilogie consacrée aux célèbres scientifiques ukrainiens « Que la lumière des sciences ne s’éteigne jamais ». Il a publié plusieurs livres retraçant la vie et le travail d’Ivan Pulyuy ainsi que d’autres scientifiques. C’est grâce à son initiative qu’a été rééditée la Bible traduite en ukrainien par Panteleymon Koulich, Ivan Pulyuy et Ivan Netchuj-Levytsky. Il est le co-auteur de plusieurs dictionnaires de termes physiques multilingues. Par ailleurs, Vassyl Chenderovsky est scénariste de plusieurs films documentaires. Il est à l’origine de la création de divers musées, monuments et plaques commémoratives en l’honneur de scientifiques ukrainiens.


Quel était le but de votre séjour à Paris ?

Je suis venu à Paris pour retrouver les archives de Serhii Vynogradsky, fameux microbiologiste ukrainien, et non russe, comme il est coutume de dire, qui a travaillé à l’Institut Louis Pasteur plus d’une trentaine d’année. Le projet est de créer un documentaire sur la vie de ce scientifique. J’ai pu visiter son laboratoire à Brie-Comte-Robert, la ville où il est enterré. Serhii Vynogradsky a fait plusieurs grandes découvertes dans son domaine et il a notamment découvert le phénomène de la chimiosynthèse – transformation des substances dans le sol – ce qui a rendu ce scientifique célèbre dans le monde entier.

 

Durant 5 ans, vous avez animé une émission à la radio sur les célèbres scientifiques qui travaillaient en Ukraine et à l’étranger. En connaissez-vous d’autres qui ont laissé des traces en France ?

A part Serhii Vynogradsky, je peux citer Volodymyr Koubiyovytch qui, ayant conscience de l’importance de préserver la langue et la culture ukrainiennes, a créé l’« Encyclopédie ukrainienne », qui est aujourd’hui la bible du patrimoine historique du peuple ukrainien. Il a vécu et travaillé à Sarcelles. Beaucoup d’autres savants sont liés d’une manière ou d’une autre à la France. C’est Ivan Pulyuy, un grand scientifique, qui a découvert les rayons-X trois ans avant Röntgen. C’est aussi Mykhaïlo Ostrogradsky, mathématicien ukrainien de génie; le grand physicien Mykola Pyltchykiv, nommé « Edisson ukrainien », qui a découvert le phonographe bien des années avant les autres chercheurs et Edisson lui-même, et qui est également le détecteur de l’anomalie magnétique de Koursk ; Volodymyr Pidvysotskyj – microbiologiste, pathologiste et endocrinologue qui a fait son stage et a soutenu sa thèse à l’Institut Louis Pasteur ; Olexandr Choumliansky, fondateur de l’histologie et qui étudiait à l’université de Strasbourg, a publié une thèse sur la structure des reins qui a eu une grande renommée en Europe.

 

L’Ukraine traverse une crise, et par conséquent le domaine de la science est également touché. Y a-t-il du positif tout de même ?

Il est vrai que la situation n’est pas facile, surtout dans le domaine de la science expérimentale qui demande beaucoup de fonds. Mais malgré le financement insuffisant, les scientifiques ukrainiens obtiennent des réussites dans le domaine de la physique et notamment en ce qui concerne les cristaux liquides et la nanoélectronique. Ca va un peu mieux avec les recherches théoriques. Mais le problème n’est pas là. Les jeunes préfèrent aller travailler dans une banque par exemple où ils gagneront de l’argent plus facilement, plutôt que devenir scientifique. Sans oublier « la fuite des cerveaux ».

 

Pourquoi est-il important de retrouver toutes ses archives ?

Parce que l’Ukraine peut être fière de ses talents. Et aussi parce que les Ukrainiens ont ce péché de se sous-estimer en permanence.

 

Propos recueillis par Valentyna Coldefy

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 15:04

 

Cyril_Horiszny.JPGQuel chemin vous a conduit pour revenir en Ukraine ?

Je suis venu pour la première fois en Ukraine en 1991. Agé alors de 13 ans, je ne comprenais pas l’importance de ce voyage en Galicie, sur la trace de nos racines familiales, à un moment historique… juste après l’indépendance de l’Ukraine. Mon réel intérêt pour l’Ukraine est né à la mort de mon grand père en 1998. Je réalisais qu’enfant, je n’avais pas porté suffisamment d’attention à ses propos passionnés sur le pays qu’il aimait plus que tout, malgré tout le respect qu’il avait pour la France, son pays d’accueil. Ce fut un déclic, je ressentais plus que jamais le besoin d’en savoir d’avantage sur le pays de mes grand-parents, sur son histoire, son présent. Encouragé par mes parents, mon intérêt pour notre pays d’origine n’a cessé de grandir. A la mort du célèbre dissident ukrainien Vyacheslav Chornovil en 1999, mon attention s’est portée en particulier sur le combat pour la liberté des dissidents ukrainiens des années 1960, qui allaient devenir le sujet de mon D.E.A d’histoire contemporaine à la Sorbonne. L’occasion de faire des rencontres importantes pour la suite de mon engagement, à commencer par les anciens dissidents Leonid Pliuchch et Nadia Svitlychna. Lorsque j’ai participé a des cours d’été à Harvard en 2001, j’ai fait la connaissance de l’historien ukrainien Yaroslav Hrytsak, qui m’a proposé d’enseigner le français à l’université catholique de Lviv un an plus tard. Sans le savoir, j’allais m’installer pour un moment en Ukraine.

 

Depuis quand êtes-vous installé en Ukraine et y êtes-vous trouvé ?

Lorsque j’ai enseigné le francais pendant un semestre, cela m’a permis de travailler tout en poursuivant mes recherches de doctorat sur les dissidents et en photographiant l’Ukraine. Peu de temps après, un critique d’art kiévien m’a proposé d’exposer pour la première fois mes photos à l’Institut français de Kiev, ce qui m’a permis de faire connaissance du personnel de l’ambassade de France. Quelques mois plus tard, le poste de directeur du Centre francais de Lviv se libérait, je me trouvais au bon endroit au bon moment. A partir de 2003 je devenais diplomate français et m’installais pour deux ans à Lviv, tout en continuant de photographier et d’exposer mon travail, à la galerie parisienne du Pont-Neuf entre autres. A la fin de mon contrat, j’avais vécu en Ukraine des moments d’une rare intensité, à commencer par la Révolution orange. Je décidais alors de rester dans ce pays, d’assister et de témoigner comme photojournaliste de son évolution et de sa construction, malgré des moments de doute concernant mon avenir incertain. Mon travail a continué d’être exposé dans différents pays, et a commencé a être publié par la presse internationale. En parallèle, j’ai créé il y a deux ans une maison d’édition, « Leopol », pour essayé de partager une vision encore plus large de l’Ukraine, à l’aide de différents auteurs. Son but est de voyager à travers les époques pour mettre en valeur le patrimoine culturel de Galicie dans un premier temps et d’Ukraine plus généralement. 

Par conséquent, je me sens bien en Ukraine, où il y a tellement à faire découvrir, où de nombreuses pages de l’histoire restent à écrire. Et puis, j’ai trouvé ici une profondeur spirituelle, certainement liée aux moments d’adversité qu’a connu et que continue de connaitre le peuple ukrainien. Enfin, j’aime ma ville d’adoption, Lviv, qui a été relativement épargnée par les bombardements pendant la guerre. Aujourd’hui il y fait bon vivre, l’Union européenne est à moins de 100 km et la ville nourrit de grandes ambitions culturelles. En matière de paysages, je suis gâté par une belle diversité entre les Carpates et la mer Noire.

 

GalerieDufois.JPG

Vous étiez un des co-fondateurs et journaliste de « Katchka », ce « canard » francophone qui parlait de l’Ukraine. Quels souvenirs vous en gardez ? Est-il prévu de mettre votre archive en ligne ?

« Katchka, le canard ukrainien » était à la base le journal de l'association des Etudiants ukrainiens en France que nous avons réanimée à partir de 2000, à l’aide d’un étudiant de Volhynie en particulier, venu s’installer à Paris, Volodymyr Poselsky. Notre but était avant tout de rapprocher les étudiants français d’origine ukrainienne des étudiants ukrainiens venus étudier en France afin de construire ensemble une vie associative. Notre activité s’est rapidement developpée et diversifiée, hormis les soirées à la cité universitaire de Paris, notre manifestation à Strasbourg contre l’exclusion de l’Ukraine du Conseil de l’Europe et d’autres actions... nous avons lancé notre propre journal en 2001 avec un autre compagnon de route, Sviatoslav Mazuryk. Cette initiative coïncidait avec l’assasinat en Ukraine du journaliste d’opposition Guéorgui Gongadze. Nous avons ressenti un besoin urgent d’informer en français sur l’actualité en Ukraine, comme sur son histoire. Nous visions un public francophone avec ou sans origines ukrainiennes, la sauce a pris, nous avons publié une vingtaine de numéros en préservant une précieuse indépendance et une liberté de ton, grâce au soutien de plusieurs centaines d’abonnés. 

L’appétit venant en mangeant, au fil des mois, les pages se sont multipliées, tout comme le nombre d’auteurs, parmi lesquels le politologue Mykola Ryabchouk, les historiens Arkady Joukovsky et Jean-Louis Panné, la journaliste Alla Lazareva, le tout agrémenté des caricatures mordantes de Boian Mazuryk. Avec un tirage d’environ 1500 exemplaires par numéro, Katchka était également distribué dans les Centres francais d’Ukraine, dans les bibliothèques, et nous collaborions avec la revue politique et culturelle de Lviv « Ji ». La Révolution orange a sonné la fin du régime autoritaire du président Koutchma, nous n’avions plus la même motivation, nos vies familiales et professionnelles ne nous permettaient plus de consacrer nos week-ends à produire un journal bénévolement. L’argent des abonnements a suffi à financer l’impression du dernier numéro de 16 pages en couleur. Ce fut une très belle aventure, qui aura duré 3 ans. En principe les archives de Katchka seront bientôt sur le site web de Sviatoslav Mazuryk en cours de construction.

 

Depuis ce mois d’avril vous présentez votre exposition photo « Les Ukrainiens : entre Est et Ouest » à Lviv. Que voulez-vous dire par votre exposition ? 

Cette exposition présente à travers une série de portraits la société ukrainienne. Cette vision est évidemment personelle, son but est avant tout de susciter une réflexion sur l’identité d’un peuple plus de 20 ans après son indépendance, mais également de rappeler modestement que les personnages de ces photos sont en principe tous égaux en droits et citoyens d’une jeune nation en construction. Une partie de ces photos a été exposée en 2010 à la Galerie Gilbert Dufois à Senlis, à l’initiative du comité de jumelage Senlis-Petchersk, puis au centre d’art «Soviart» à Kiev, à Wroclaw et à l’Alliance française de Lviv. Lorsque la responsable artistique d’un très bel espace à Lviv - la galerie-restaurant « Hrouchevsky » - m’a proposé de compléter et d’exposer ce projet, j’ai été ravi de relever de nouveau un sérieux défi, à savoir montrer les Ukrainiens aux Ukrainiens. 

 

Pourquoi à votre avis l’Ukraine continue à demeurer une inconnue en France ?

Un peu plus de 20 ans se sont ecoulés depuis l’indépendance de l’Ukraine. C’est beaucoup et peu à la fois pour un pays qui a été si longtemps associé à la Russie ou à la Pologne dans l’imaginaire collectif français. En France, l’intoxication fut d’autant plus efficace quand on sait les rapports etroits qu’on entretenus nombre d’intellectuels avec Moscou. 

Cela relève également je pense du niveau culturel des médias qui, aujourd’hui, pour faire recette lorsqu’ils parlent de l’Ukraine doivent dans la majorité des cas traiter de sujets sensationnels comme les filles de Femen, les mères porteuses, les néo-nazis ou Tchernobyl, proposant ainsi une vision réductrice de ce pays. Seule la chaine « Arte » à ma connaissance consacre de temps en temps un reportage culturel sur l’Ukraine, ce qui est une maigre consolation.

Une autre explication peut être liée à la culture du peuple français qui malgré la distance à plus de repères par rapport à la culture africaine entre autres. Les Allemands sont plus réceptifs à la littérature ukrainienne contemporaine par exemple ou a certaines musiques regionales d’Ukraine. 

Mais ce ne serait pas juste de jeter la pierre aux Francais uniquement en les accusant d’ignorance ou de paresse intellectuelle. Aujourd’hui, c’est aux Ukrainiens avant tout de faire la promotion de leur pays et de leur culture. Or, il me semble que les représentants de l’Etat ukrainien indépendant n’ont jamais brillé par leur dynasmisme dans ce domaine et récupèrent le plus souvent à leur compte des initiatives culturelles ici et là. Je n’ai pas l’impression qu’une politique culturelle forte soit parmi les priorités des dirigeants ukrainiens, et ce pays abrite des trésors qui ne sont pas toujours estimés à leur juste valeur par les autorités du pays. Si les sculptures de Pinzel ont été exposées au Louvres, c’est surtout grâce au travail du défunt directeur de la Galerie des Arts à Lviv, Borys Woznetsky, et de l’intérêt du Louvres. Il aura fallu attendre cette exposition pour que les autorités de la ville de Lviv débloquent enfin un budget pour réparer le toit du musée qui abrite les oeuvres de Pinzel, quasi inconnues du grand public ukrainien avant l’exposition au Louvres. 

 

Que faut-il pour changer la situation ?

Aujourd’hui, l’Ukraine n’est plus vraiment inconnue en France grâce à la Révolution orange hyper médiatisée qui a marqué les esprits malgré les désillusions qui ont suivi pour les Ukrainiens. D’après moi, l’Ukraine devient intéressante pour le grand public lorsqu’elle met en valeur ses couleurs locales à travers des thèmes universels. Gogol a popularisé les Cosaques et leur combat pour la liberté, tout comme Paradzhanov a rendu célèbre une histoire d’amour houtsoule. Le robin des bois de Huliaipole Nestor Makhno ne fascine pas que les anarchistes français. Quand aux romans de Youry Andruxovych ou André Khourkov, leur contenu est à la fois subtil et exotique pour le public européen. Tout dépend donc de la façon dont est presentée l’image de l’Ukraine. Elle peut attirer l’attention à condition de surprendre à travers une approche innovante et séduisante aux yeux d’un public non-initié qui cherche à voyager. Cela doit passer par la création contemporaine ukrainienne: chants, livres, arts visuels, theatre (dans la mesure du possible), mais aussi par l’histoire de l’Ukraine. Les expositions des sculptures de Pinzel au Louvres ou de l’or des Scythes au Grand Palais ont remporté un grand succès. A mon avis, des génies comme Ivan Franko n’ont pas à rougir devant des monstres sacrés de la littérature française comme Zola. Quand aux chants litturgiques, ils sont tout simplement envoutants.

Mais une fois de plus, tout dépend de la faculté des Ukrainiens de mettre en valeur et de promouvoir leur patrimoine culturel... un processus en marche, à en juger par la présence d’écrivains ukrainiens aux prestigieux salons du livre de Paris ou de Leipzig ces dernières années, par les concerts du groupe ethno Dakha Brakha à Paris et a Metz, ou encore par la pièce de théatre de Vladimir Troitskyi «Viï» qui puise volontiers dans le folklore ukrainien à partir d’une nouvelle de Gogol.

Enfin, une meilleure connaissance de l’Ukraine en France passe tout simplement par la visite du pays. Aujourd’hui, l’Ukraine devient de plus en plus touristique et accessible, les conditions d’accueil dans les grandes villes s’améliorent considérablement, notamment depuis l’Euro de foot en 2012. Or, d’après un célèbre proverbe ukrainien, « mieux vaut voir une fois plutot que d’entendre cent fois » ! Dans l’idéal, les jumelages entre établissements scolaires des deux pays sont un excellent moyen pour les jeunes Français de découvrir l’Ukraine. D’ailleurs, je me permets de lancer un appel, pour signaler que le collège-lycée français n  37 de Lviv cherche activement à développer des échanges avec un établissement français.

 

Vous préférez qu’on parle de vous comme d’un Français d’origine ukrainienne ou un Ukrainien d’origine française ?

Je suis Français d’origine ukrainienne. A vrai dire, j’ai apprivoisé depuis longtemps l’idée d’avoir une double identité, mon coeur étant aussi bien français qu’ukrainien. Cela dit, l’Ukraine me manque d’avantage quand je suis en France, que la France, quand je suis en Ukraine. J’entretiens une relation différente avec ces deux pays. J’ai passé 25 ans en France, pendant lesquels ma vision de l’Ukraine était assez romantique. Je me sentais Français et Ukrainien à la fois, sans mesurer à quel point j’étais loin des réalités de l’Ukraine d’aujourd’hui. Après 9 ans en Ukraine, je me sens Ukrainien lorsque je reviens régulièrement en France. Cela dit, en Ukraine, je me sens Français. Autrement dit, mon identité est assez floue. Mais lorsqu’une équipe ukrainienne de footbal joue contre une équipe française, alors je soutiens sans hésiter l’Ukraine. C’est peut-être un signe. 

vustavka.JPG

Quels sont les projets en cours – en édition, en photographie ? Pensez-vous vous essayer à un nouveau métier ?

Actuellement, nous préparons entre autres la publication d’un livre sur l’histoire multiculturelle de Lviv avec mes photos et le texte de l’historien Yaroslav Hrytsak; d’un livre photo sur les Carpates ukrainiennes dans les annees 1920-30; et d’une bande dessinée qui sera l’adaptation d’un roman d’Ivan Franko. Mon activite photographique s’oriente surtout vers des sujets de fonds liés à des thèmes sociaux, historiques, ethniques, comme mes projets à long terme : « Houtsouly – Peuple des Carpates » que j’expose depuis 2007, « Les Ukrainiens – Entre Est et Ouest », ou encore l’histoire des Juifs de Galicie. Mes activités en tant que photojournaliste et éditeur se complètent bien. Elles sont toutes deux orientées vers l’histoire, l’image et les mots. Alors je n’ai pas l’intention de m’essayé a un nouveau métier vu que je n’en suis qu’à mes debuts j’espère. Et puis j’ai déjà été violoniste dans le cabaret russe de Paris « Raspoutine » et diplomate français, alors il etait temps que j’opte pour un minimum de stabilité !

Pour plus d’information :

www.kyrylo.com

www.leopol.net

Propos recueillis par Olga Gerasymenko

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 14:43

Le bulletin de Mai 2013 de Perspectives Ukrainiennes est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes

 

Au sommaire:

p. 1 : Éditorial

p. 2 : Rencontre avec Vassyl Chenderovsky

p. 3-4 : Entretien avec Cyril Horiszny

p. 5-7 : Daogopak : 6 questions à Maxym Prasolov

p. 8 : Rencontre au club littéraire

p. 9 : Soirée rencontre "Regards sur Tchernobyl, 27 ans après" à l’INALCO

p. 10 : Agenda associatif

p. 11 : Actualité du livre

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 07:50

CLUB LITTERAIRE Vassyl Makhno

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:25

Natalka PasternakVous souvenez-vous de ce que fut votre première réaction à l'annonce de la mort de Pierre Bérégovoy le 1er mai 1993 ?

 

J’étais abasourdie, totalement sous le choc, puis j’ai ressenti une immense tristesse m’envahir. Je me suis ensuite posée d’innombrables questions ; je demeure convaincue que ce drame aurait pu être évité.

 

Quelle conséquence a eu sa disparition sur votre vision du monde politique ?

 

Je perçois cet univers comme dépourvu de sentiment ; il s’agit d’un monde où la dureté laisse peu de place à l’éthique.  

 

Que vous inspirent son parcours personnel ainsi que son engagement politique ?

 

Un immense respect et de l’admiration pour cet homme qui plaçait les valeurs républicaines au cœur de son action. Il appartenait à cette génération marquée par la Résistance, animée par une espérance collective et prête à des sacrifices individuels.

 

Quelle lecture avez-vous de la citation de Pierre Bérégovoy : "Le vrai débat n’est plus entre capitalisme et communisme, mais entre conception sociale et conception libérale de l’économie de marché. Le temps des révolutions n’est plus. Celui des réformes — conservatrices ou sociale-démocrates — est devant nous." ?

 

Cette citation illustre parfaitement la dimension constructive de sa pensée, fondée sur l’équilibre et l’efficience. Pierre Bérégovoy a fait preuve durant toute sa vie d’une grande ouverture d’esprit. Rejetant les postures extrémistes et dogmatiques, il privilégiait les approches pragmatiques et consensuelles, tant en politique qu’en économie.

 

A l'occasion d'un voyage, Pierre Bérégovoy s'était rendu dans le village natal de son père et avait été confronté de visu au passé traumatique de l'Ukraine. Il était l'un des rares responsables français à connaitre précisément depuis de nombreuses années la réalité et l'ampleur des crimes de masse perpétrés par le régime stalinien. Comment expliquez-vous l'ignorance d'une large part de la classe politique française sur ce sujet durant des décennies ? Quels enseignements en tirez-vous ?

 

Pierre Bérégovoy dont une grande partie de la famille avait subi les persécutions staliniennes, était sans illusion quand au silence de la quasi-totalité de l’intelligentsia française : Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ! C’est dans l’indifférence presque générale que la moitié du continent européen a subi le joug soviétique... Qui s’est préoccupé des millions d’Ukrainiens qui ont péri lors du Holodomor, famine génocidaire de 1932-1933 ? Je formule le vœu que l’Europe, au-delà des crises qu’elle traverse, saura se préserver du totalitarisme et parviendra à unir harmonieusement tous les peuples qui la composent.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:20

pauvros-remi.jpgVous souvenez-vous de ce que fut votre première réaction à l'annonce de la mort de Pierre Bérégovoy le 1er mai 1993 ?

Sa mort a d’abord laissé chez moi une grande tristesse et une profonde émotion.

 

Quelle conséquence a eu sa disparition sur votre vision du monde politique ?

J’ai éprouvé la confirmation de la dureté et de la violence de la vie politique.

 

Que vous inspirent son parcours personnel ainsi que son engagement politique ?

Je ressens un vrai respect pour cet autodidacte issu de l’immigration. Fils de l’école de la République, son engagement politique déterminé m’a toujours profondément impressionné, à la fois dans son militantisme et dans la force de ses idées.

 

Quelle lecture avez-vous de la citation de Pierre Bérégovoy : "Le vrai débat n’est plus entre capitalisme et communisme, mais entre conception sociale et conception libérale de l’économie de marché. Le temps des révolutions n’est plus. Celui des réformes — conservatrices ou sociale-démocrates — est devant nous." ?

 

Pierre Bérégovoy a en effet été l’un des fers de lance de la social-démocratie avec comme outil principal l'économie mixte, chère à François Mitterrand.

Cette économie de marché régulée, corrigée, stimulée par l'intervention de la puissance publique, est effectivement aujourd’hui la plus à même de répondre aux attentes de nos concitoyens.

 

A l'occasion d'un voyage, Pierre Bérégovoy s'était rendu dans le village natal de son père et avait été confronté de visu au passé traumatique de l'Ukraine. Il était l'un des rares responsables français à connaitre précisément depuis de nombreuses années la réalité et l'ampleur des crimes de masse perpétrés par le régime stalinien. Comment expliquez-vous l'ignorance d'une large part de la classe politique française sur ce sujet durant des décennies ? Quels enseignements en tirez-vous ?

 

La position géopolitique de l’Ukraine, entre l’Occident et la Russie, a toujours été une source de tiraillement pour ce pays. Exploitée, colonisée par l’URSS, elle n’a eu d’autres choix que de s’enfermer dans le silence après les atrocités de la guerre.

Elle était bien trop utile à ce géant de la guerre froide pour pouvoir être elle-même. Aujourd’hui, la marche difficile de l’Ukraine vers la Démocratie n’en est pas moins irrémédiablement lancée.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:07

1 er Mai 1993 : Les Français sont en état de choc. Pierre Bérégovoy, l’ancien Premier ministre de François Mitterrand, s’est suicidé près de Nevers. Personne n’avait pressenti que cet homme de soixante-sept ans, très attaché à sa famille, mettrait fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête avec l’arme subtilisée à son garde du corps.

Son père, né à Izioum en Ukraine orientale, était arrivé en France consécutivement à la кévolution de 1917 et à la guerre civile qui ravagea l’Ukraine. On peut rappeler que 20%

de l’émigration dite russe étaient composée d’un côté de soldats de l’Armée nationale ukrainienne et de l’autre de jeunes Ukrainiens issus de la conscription opérée par l’Armée

Blanche du général Wrangel.

Pierre Beregovoy, dès son plus jeune âge, avait été témoin des conditions précaires de la vie d’immigré à laquelle son père était astreint. Il eût très tôt conscience du sentiment de

refoulement des origines qui frappent les hommes et les femmes dépossédés de leur Patrie.

Mais en dépit des difficultés qui ont marqué ses premières années, Pierre Bérégovoy s’est distingué par un parcours exceptionnel, animé par un profond humanisme et une foi iné-

branlable dans les valeurs républicaines.

La violence des attaques dont il fut l’objet rend plus insupportable encore sa fin tragique. Mais bien audelà des convulsions tant médiatiques que politiques, Perspectives Ukrainiennes entend rendre hommage à la plus emblématique personnalité issue de l’immigration ukrainienne.

Frédéric du Hauvel

 

pierreberegovoyreferencePierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime) d'une mère française et d’un père ukrainien.

En 1941, tandis que son père tombe gravement malade, il quitte le lycée et obtient un Brevet élémentaire industriel, un CAP d’ajusteur ainsi qu’un CAP de dessin industriel.

Après avoir travaillé durant neuf mois à l’usine Fraencker, il intègre la SNCF en mai 1942 après avoir été recruté par concours. Il entre ensuite dans la résistance via le groupe « Résistance-fer » et participe à la libération de la banlieue rouennaise en juin 1944.

Il épouse à Rouen Gilberte Bonnet (1920-2001) le 13 novembre 1948. Le couple a eu trois enfants : Catherine, Lise et Pierre .

En mai 1950 il entre à Gaz de France comme agent technico-commercial à Rouen.

Il adhère à la SFIO en 1954 et devient secrétaireadjoint de la fédération de la Seine-Maritime en 1956. Il obtient de Gaz de France sa mutation pour Paris en mai 1957.

En 1958, il est l’un des membres fondateurs du parti socialiste autonome. En 1963, il rejoint le PSU qu’il quitte en 1967 pour fonder le club Socialisme moderne.

En 1969, il rejoint le bureau exécutif du parti socialiste. Il est l’un des négociateurs du Programme commun de la gauche, signé en 1972, et l’un des promoteurs de l’ « actualisation du Programme commun » conclue en 1977.

Il devient membre du Conseil économique et social (1979). Après l’élection de François Mitterrand, il est nommé secrétaire général de la présidence de la République (mai 1981-juin 1982). Puis il est nommé ministre des Affaires sociales et de la Solidarité au gouvernement Mauroy (juin 1982-juillet 1984). En 1983, il devient maire de Nevers, en remplacement de M. Daniel Benoist, démissionnaire en sa faveur.

Sous le cabinet de Laurent Fabius, il occupe les fonctions de ministre de l’Economie, des Finances et du Budget (juillet 1984-mars 1986). Il est élu député de la Nièvre aux élections législatives de mars 1986.

Directeur de campagne du candidat Mitterrand à la présidentielle de mai 1988, il devient, après la victoire de ce dernier, ministre d’État, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget dans le gouvernement Rocard.

Sous le cabinet de Mme Edith Cresson, ses responsabilités s’étendent au Budget, Industrie, Commerce extérieur, Commerce et Artisanat, Poste et Télécommunications.

Après les élections cantonales et régionales de 1992, il est nommé Premier ministre (avril 1992-mars 1993). Il ne dispose que d’une année pour convaincre et essayer de changer la donne avant les échéances législatives.

Pierre Bérégovoy présente son gouvernement devant l’Assemblée nationale moins d’un an avant le renouvellement des députés. "C’est court mais c’est assez pour décider, expliquer, convaincre" déclaret-il devant les parlementaires le 8 avril 1992. En effet, il arrive à Matignon à la suite d’une défaite électorale, aux élections cantonales et régionales : "Les élections régionales et cantonales ont été un échec pour le parti socialiste".

Pour Pierre Bérégovoy, le prochain scrutin de l’année suivante n’est pourtant pas une obsession. Il précise que son objectif est de restaurer la confiance et de renouer avec l’espérance, par l’action. Dans un contexte économique difficile, le Premier ministre fait le choix de la rigueur. Mais il rappelle qu’il "ne faut pas confondre rigueur économique et rigueur sociale". Si la rigueur en économie est une exigence de bonne gestion, la justice sociale est au centre des préoccupations du gouvernement. Il n’y a pas de remèdes miracles, mais il y a "la lucidité, le calme et la persévérance".

Enfin, à moins de six mois du referendum pour la ratification du traité de Maastricht, Pierre Bérégovoy rappelle que l’Europe est la priorité du président Mitterrand, et un facteur essentiel de paix et de progrès. Il veut "faire l’Europe sans défaire la France".

En mars 1993, lors des élections législatives, la droite remporte une large victoire : face à une Assemblée qui lui est désormais hostile, Pierre Bérégovoy présente sa démission au président de la République qui nommera Edouard Balladur pour lui succéder.

Aux législatives de mars 1993, il est réélu député de la Nièvre.

Après avoir subi durant plusieurs mois un déferlement médiatique mettant en cause sa probité, il met fin à ses jours le 1er mai 1993.

Ses obsèques ont lieu quelques jours plus tard à Nevers, en présence du président de la République et de nombreuses personnalités politiques françaises.

Dans son discours hommage, François Mitterrand, d'une voix émue, évoqua ceux qui ont "livré aux chiens l'honneur d'un homme".

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 12:33

Le bulletin Hors-série de Perspectives Ukrainiennes de mai 2013 en hommage à Pierre Bérégovoy est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes ou en cliquant ici.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 22:04

CONSCIENCE

FILM

DE VOLODYMYR DENYSSENKO

JADIS  INTERDIT EN UKRAINE

ET TOUJOURS INCONNU DU GRAND PUBLIC

 

 

CINÉ-CLUB UKRAINIEN

ESPACE CULTUREL DE L’AMBASSADE D’UKRAINE

22, av. de Messine, M° Miromesnil. Tél. 01 43 59 03 53

 

Mardi 7 mai 2013, 19 heures

Entrée libre

78-ème séance

 

CONSCIENCE

(СОВІСТЬ)

vo

 

Film inédit en France

Photogramme-Conscience-2.jpg

 

Production : Studio Alexandre Dovjenko, Institut théâtral Karpenko-Karyi de Kiev, 1968, 80 mn, nb, film restauré en 1989

Scénario : Volodymyr Denyssenko, Vassyl Zemlak

Réalisation : Volodymyr Denyssenko

Photographie : Alexandre Deriajnyi

Son : Anatoliï Tchornootchenko

Interprétation : Anatoliï Sokolovskyi, Victor Malarevytch, Mykola Oliїnyk, Mykola Houdz, Alexandre Didoukh, Vassyl Bohosta, Viatcheslav Krychtofovytch, Volodymyr Denyssenko, Dmytro Dieiev, Nina Reous, Halyna Dovhozviaha, Valentyna Hrychokina, Halyna Nekhaievska, Loubov Louts, Tetiana Touryk

Genre : drame

Récompenses : Prix (posthume) pour l’éminente contribution au cinéma ukrainien à Volodymyr Denyssenko, Prix du Jury au Premier Festival panukrainien de Kiev (1991)

 

Synopsis
Pour venger des personnes innocentes froidement exécutées, le jeune Vassyl tue un officier allemand. Blessé, il est transporté par son ami dans un village voisin. Les Allemands préviennent la population qu'ils attendront jusqu'au matin pour qu’on leur livre l’assassin. Taraudé par sa conscience, Vassyl décide de se rendre. Mais ce sacrifice s’avérera inutile. Tous les villageois seront fusillés sans pitié.

 

Opinion

Volodymyr Denyssenko est de ces auteurs-réalisateurs appartenant au cinéma identitaire poststalinien qui se concrétisa par l’édification de l’École poétique de Kiev dans les années soixante. Sa carrière professionnelle, qui s’étale sur un quart de siècle, se résume en douze films éloquents de portées sociale et historique esthétiquement aboutis. Étudiant à l’Institut théâtral de Kiev, Denyssenko en fut exclu dès la deuxième année pour nationalisme ukrainien. Déporté en Russie dans un camp de travail et de rééducation en 1949, il fut amnistié en 1953, et réintégra l’Institut pout y finir ses études. Réhabilité en 1956, Volodymyr Denyssenko fait ses premières armes en qualité d’assistant sur le film de Marc Donskoï Le Cheval qui pleure (1957), Le Poème de la mer (1958) de Youlia Solntseva, et réalise son premier long métrage La Soldate, en 1959. En 1964, aux prémices de la nouvelle École poétique, il confie le rôle du poète Taras Chevtchenko au débutant Ivan Mykolaїtchouk dans son film Le Songe, puis il entreprend la réalisation de deux films de guerre, Conscience et En direction de Kiev, qui sortiront tous deux en 1968. Cinéaste non conformiste, intransigeant sur les principes de la morale et de la déontologie professionnelle, Denyssenko ne se sent jamais aussi libre qu’à ce moment de sa vie. Elève d’Alexandre Dovjenko, auquel il dit un jour que sa génération en avait assez de faire des films de guerre, il écrit pourtant avec Vassyl Zemlak l’un des scénarios les plus poignants sur cette époque, où la tuerie est traitée du point de vue de l’absurde.  Inspiré d’un fait réel de la vie de Vassyl Zemlak, Conscience narre de façon très complexe mais laconique l’histoire de deux jeunes partisans qui commettent un attentat contre un officier allemand, à la suite duquel des représailles serontlancées contre les habitants d’un village. Réalisé avec le concours désintéressé de 18 élèves comédiens et techniciens de l’Institut théâtral de Kiev, où Denyssenko enseigne la mise en scène, le film est immédiatement interdit, le négatif détruit. En réalité, Conscience fait peur aux autorités. Il ne répond pas aux normes idéologiques et touche au thème tabou de la culpabilité vis-à-vis des populations innocentes. Coupé en épisodes, il sera montré dans des séminaires de cinéma et utilisé pour les cours d’opérateur de prises de vues. En son temps, Denyssenko voulut même vendre son film au Derjkino pour une diffusion commerciale. On lui rétorqua que le rôle du Parti communiste et du komsomol était absent dans le film et que de tels événements ne purent se passer, parce qu’il n’y en avait jamais eu. Ce reproche des autorités était en contradiction totale avec l’Histoire : d’identiques épisodes séquencés dans maints films soviétiques avaient fait l’unanimité de la critique et du public.

 Photogramme-Conscience-1.jpg

Tourné en noir et blanc, Conscience est l’un des rares films de l’École de Kiev à montrer l’Ukraine steppique. Du point de vue stylistique, il fait penser aux premiers films de Léonide Ossyka, où le facteur économique, comme ce fut le cas pour le néoréalisme italien ou la Nouvelle vague française, est révélateur : les films ont un devis serré, les réalisateurs tournent avec des stagiaires en observant strictement l’unité de temps, d’action et d’espace. Effectuées avec des moyens de fortune, les prises de vues se déroulèrent dans le village de Kopyliv, dans la région de Kiev, où eurent lieu des événements similaires rappelant ceux d’Oradour-sur-Glane. L’opérateur Alexandre Deriajnyi, étudiant en deuxième année, ne disposait que d’une prise par plan et d’un objectif à longue focale de 500 mm. La pellicule négative à haut contraste permettant de traduire un nombre réduit d’écarts de luminosité fut dénichée chez des pilotes de chasse. Il n’y avait pas de prise de son direct, les travellings s’effectuaient à bicyclette. Si l’abominable histoire était relativement restreinte en action - escarmouche, menace du massacre et massacre lui-même -, une tension constante régnait dans la progression dramaturgique, ponctuée de dialogues courts. Paradjanov dira à propos de ce chef-d’œuvre bâillonné que c’est le film le plus puissant de toute l’histoire du cinéma ukrainien, et le critique polonais Janusz Gazda le jugera stupéfiant, parce qu’il se différenciait de tous les autres films de guerre de l’époque. Les futurs acteurs Mykola Houdz et Halyna Dovhozviaha prétendront avoir vécu une expérience pédagogique inoubliable, notamment pour la scène du massacre à laquelle prirent part 500 figurants du village.


Equipe-technique-pendant-le-tournage-de-Conscience.jpgEn 1984, Denyssenko meurt subitement à l’âge de 54 ans, peu avant le début de la perestroїka. Deux ans plus tard, l’Union des cinéastes d’Ukraine organise une projection du film, sachant que les seuls tabous, motifs à une interdiction, restent la divulgation des secrets militaires,  les thèmes racistes, les atteintes portées à la Constitution. Mais l’unique copie du film obtenue auprès de la famille du réalisateur disparaît mystérieusement. Après deux années de recherche, la famille assigne en justice le syndicat des cinéastes. Trois jours  plus tard, les agents du KGB balancent sur le pavé deux boîtes contenant la copie endommagée. La restauration du film sera effectuée, en 1989, par Alexandre Denyssenko, le fils du réalisateur disparu, et par le réalisateur Roman Balaїan. Conscience sera montré pour la première fois à l’étranger au Festival de Montréal, en 1990, puis au Festival de Turin, en 1991, ainsi qu’au Premier Festival panukrainien de Kiev la même année. Depuis, il n’a fait l’objet d'aucune représentation commerciale en salles, hormis des projections confidentielles dans quelques ciné-clubs. Aujourd’hui encore, en Ukraine, le film reste inconnu du grand public.

 

Lubomir Hosejko

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes
  • Contact

Recherche