Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:11

Le bulletin de Février 2012 de Perspectives Ukrainiennes est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes.

 

Au sommaire:

p.1: Le mois de février dans l’histoire
p.2: Interview d’Anna Shevchenko, auteur du roman « Héritage »
p.3: « LA TERRE OUTRAGEE », retour sur un mal invisible…
p.4:"Les Fiancées d’Odessa" de Janet Skeslien Charles
"L'Etat soviétique contre les paysans Rapports secrets de la police politique (Tcheka, GPU, NKVD) 1918-1939" de Nicolas Werth, Alexis Berelowitch

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 08:38

CINÉ -CLUB UKRAINIEN  - ESPACE CULTUREL DE L’AMBASSADE D’UKRAINE

Mardi 7 février 2012, 19h, à l’Espace culturel de l’Ambassade, 22, av. de Messine, Paris 8ème, M° Miromesnil. tel. 01 43 59 03 53. Entrée libre.
Photogramme-Au-devant-du-reve-6.jpg
AU DEVANT DU RÊVE (МРІЇ НАЗУСТРІЧ)
vostf

Production : Studio d’Odessa, 1963, 64 mn, coul.
Scénario : Olès Berdnyk, Ivan Bondine, Mykhaïlo Karioukov
Réalisation : Mykhaïlo Karioukov, Otar Koberidze
Photographie : Olexiї Herassymenko
Décors : Youriї Chvets, Oscar Feltsman, Vano Mouradeli
Musique : Edouard Artemiev
Son : Edouard Hontcharenko
Interprétation : Nicolas Timoféiev, Otar Koberidze, Laryssa Hordeїtchyk, Boris Borissionok, Nicolas Volkov, P. Chmakov, Alexis Guenesine, Léonid Tchinidjants, Semen Kroupnyk, Oleksiї Korotioukov, Viatcheslav Voronine, Vitold Janpavlis, Peter Kadr, Vassyl Viekchyn
Genre : fantastique, anticipation
Photogramme-Au-devant-du-reve-3.jpg
Synopsis
Après avoir entendu un chant venu de la Terre, les habitants de la planète Centuria décident d’y envoyer un vaisseau spatial, proposant ainsi la première rencontre intergalactique. Mais le vaisseau subit une avarie sur Phobos, une lune de Mars. Les Terriens entreprennent alors une périlleuse mission de secours pour aller à la rencontre des extraterrestres. Mais le vol se complique, une seconde mission part ravitailler le vaisseau.

Opinion
Sorti sur les écrans deux ans après l'expédition de Youri Gagarine, Au devant du rêve de Mykhaïlo Karioukov et Otar Koberidze est le second film de science fiction du cinéma ukrainien, quatre ans après Le Ciel appelle, réalisé par le même Mykhaïlo Karioukov en binôme avec Alexandre Kozyr. Projectionniste de formation puis opérateur spécialisé dans le domaine des effets spéciaux, Mykhaïlo Karioukov ne livra que ces deux longs métrages en tant que réalisateur sur la fin de sa carrière. Deux œuvres mythiques alliant fascination pour la technologie et poésie, réalisées dans des décors futuristes splendides. L’une et l’autre doivent beaucoup au décorateur Youriï Chvets qui, à travers des trucages mécaniques et des maquettes au rendu très réaliste, privilégia une vision particulièrement soignée des reliefs planétaires, ainsi qu’à l’ingénieur du son Edouard Hontcharenko, dont le travail fut considéré comme avant-gardiste.Photogramme-Au-devant-du-reve-2.jpg
Le scénario de Au devant du rêve n’est autre que l’adaptation du récit d’anticipation Le Cœur de l’univers d’Olès Berdnyk, auteur populaire de romans de science fiction et futur dissident, co-fondateur du Groupe ukrainien de Helsinki. À cette époque, l’URSS et les USA se livrent à une compétition sans merci dans la course à l’espace. La rivalité culturelle, notamment dans le domaine du Septième art, est à l’image de cet enjeu. Dans le cas de Au devant du rêve, les cosmonautes soviétiques ne se déroutent pas pour sauver des astronautes américains en détresse, mais pour une rencontre intergalactique avec des habitants d’une planète inconnue. Face à des scientifiques sceptiques, ils apparaissent ici comme des sauveurs de l'Univers prodiguant un message pacifiste. Bien qu’il tende au space-opéra regorgeant de séquences spatiales contemplatives, ce film détonne par l’absence totale de l’apesanteur.
À la lecture des scénarios, les analogies entre les films de science-fiction soviétiques et américains paraissent évidentes. Il est vrai que le cinéma hollywoodien s’empara ouvertement des films ukrainiens L’Appel du ciel et Au devant du rêve de Mykhaïlo Karioukov, comme de ceux du cinéaste russe Pavel Klouchantsev. Le producteur Roger Corman, spécialiste du recyclage des films soviétiques, acheta les droits dans le but de les adapter au goût du public américain. C’est ainsi que le débutant Francis Ford Coppola  réalisa la version américaine de L’Appel du ciel en ajoutant même des monstres martiens (Battle Beyong the Sun - La Bataille au-delà du soleil), et que Curtis Harrington reformata Au devant du rêve (La Planète de sang - Planet of Blood). Par ailleurs, on note des ressemblances flagrantes dans Alien de Ridley Scott  avec Au devant du rêve : les cosmonautes découvrent un vaisseau extraterrestre échoué en plein désert martien et pénètrent dans l’aéronef. Dans les deux films, la découverte se fait de la même manière. Vêtus de leur combinaison, les équipages se dirigent vers l’épave. Des caméras Photogramme-Au-devant-du-reve-1.jpgintégrées filment de manière subjective ce qu’ils voient. Les explorateurs s’engagent à bord du vaisseau à travers un couloir aux apparences de boyau puis pénètrent dans une grande pièce circulaire où siège au centre une extraterrestre figée aux étranges commandes de son engin. Dans Au devant du rêve, l’alien centurian se révèle être une charmante spationaute, et non plus une créature humanoïde fossilisée. En pleine tempête, l’équipage l’évacue, mais faute de place dans le vaisseau terrien, un des humains se sacrifie pour qu’elle survive. Otar Koberidze qui fait ses premiers pas de metteur en scène interprète ici le rôle du cosmonaute se sacrifiant.
Dans son ensemble, le cinéma ukrainien a produit des films de science fiction de manière épisodique. On retiendra Sous la constellation des Gémeaux (1978) et Mission stellaire (1982) de Boris Ivtchenko, Le Retour de l’orbite (1983) d’Alexandre Sourine. On s’étonnera aussi qu’aucun des romans des spécialistes du genre, comme Volodymyr Vladko, Dmytro Bouzko, Mykola Dachkiev et notamment Vassyl Berejnyi, ne fut porté à l’écran.
Lubomir Hosejko

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:32

vinnitchuk-persukr.jpgC’est un homme persifleur, un poète désœuvré. Il peut paraître ordinaire. Il sait tout…ou presque. Sa tête est comme une valise pleine d’informations et de connaissances.
Il est né en 1952 à Ivano-Frankivsk. Pendant les années 1974-1981, soupçonné par l’état soviétique d’activités antisoviétiques (et non sans raison comme il le dit lui-même), Vinitchouk n’était pas publié. Par conséquence, il a testé beaucoup de métiers dans sa vie. Il a travaillé en tant que manutentionnaire, peintre-décorateur ou assistant de laboratoire. Depuis 1991, il collabore au journal Postup, puis Post-Postup, dont il devient rédacteur en chef.
Youri Vinitchouk est écrivain, traducteur (anglais, langues celtes et slaves), poète, éditorialiste et rédacteur en chef du journal Post-Postup (selon Vakhtang Kipiani, c’est une édition emblématique de l’âge d’or du journalisme ukrainien). Par ailleurs, il écrit pour le théâtre, rédige une anthologie de la prose ukrainienne gothique, ainsi que des contes ukrainiens littéraires. En 2005, son livre «Les jeux printaniers dans les jardins d`automne » est reconnu comme le meilleur roman ukrainien selon la BBC.
Ses livres sont publiés en Grande Bretagne, au Canada, aux Etat Unis, en Argentine, en Allemagne, en Croatie, en République Tchèque, en Serbie, en Russie, en Pologne, au Japon, en Biélorussie. En France, n’est publié que son conte pour les petits et les grands «Le plus brave des petits cochons».
Actuellement, Youri Vinitchouk se prépare à publier deux anthologies des poètes ukrainiens perdus dans la tourmente de la répression politique. Parmi eux Sava Bozko, Grygori Kosynka, Mychailo Lozynski.
 
D`ou vient cet amour des contes ?
C`est plutôt la foi, la croyance en les contes. C`est inexplicable. Les contes m’accompagnent toute ma vie. Depuis l’enfance j’en suis fou. La moitié de ma bibliothèque sont des contes des quatre coins du monde, environ deux mille volumes en différentes langues.http://www.bayard-editions.com/var/bayard/storage/images/editions-bayard/jeunesse/petite-enfance/albums/belles-histoires/plus-brave-des-petits-cochons-le/20040334-1-fre-FR/PLUS-BRAVE-DES-PETITS-COCHONS-LE_ouvrage_large.jpg
Dans votre œuvre il y a beaucoup de biographies, et vous, comment êtes vous devenu écrivain ?
Dans les années 80, quand je ne pouvais pas publier mes propres livres, j`écrivais alors pour moi et mes amis. Si ce système politique n’avait pas existé, j’aurais pu écrire beaucoup plus. Mon envie d`écrire est née de la lecture. Si je m`étais trouvé seul sur une île inhabitée, j`aurais écrit pour moi-même. Dans ma vie j`ai vu beaucoup de choses intéressantes et je n`ai pas encore tout décrit.


Dans les années 80 vous avez publié vos propres livres comme des traductions. La critique, les censeurs n`ont pas vu ce subterfuge?
J`étais obligé de travailler de cette façon. Autrement ce n`était pas possible d’être publié. Toutes mes mystifications s’exerçaient à haut niveau. Ils ne les ont pas comprises.
Aujourd`hui c`est une autre époque. On peut dire que la critique n`existe plus. Il n y a pas de critiques sur les livres. Souvent ce ne sont que louanges. Or la critique doit être caustique, mordante. Dans les années 80, le feuilleton était le genre le plus populaire. Moi-même je flagellais ces graphomanes dans tous les journaux. Maintenant ? Tout est lisse. Tout le monde est bon .Tout le monde est doué et plein de talent. Je m`ennuie à lire toutes ces odes laudatives. Et donc je ne les lis pas.
 
Combien de temps dédiez-vous à l`écriture et où puisez-vous votre inspiration ?
Quand je suis inspiré, je peux écrire du matin au soir. Mais, bien sûr, je m`arrête, je fais une pause, je prépare un repas. Quelquefois je n’arrive pas écrire. Dans ces moments je traduis ou prépare les articles. J`avoue beaucoup de lacunes ; il y a les années perdues où je ne pouvais pas publier tout ce que je voulais.
Pour retrouver l’inspiration je prends un livre qui pourrait m`influencer et je le lis une heure. L`inspiration vient d’elle-même. C`est comme charger une batterie. Je ne presse pas mes personnages, je peux les couver longtemps sans réfléchir au sujet, juste quelques lignes. Ainsi Malva Landa fut écrit par morceaux en dix ans.
 
Quels sont les auteurs qui vous ont influencé ?
C’est surtout Bohumil Hrabal. Je ne traduis que des auteurs qui me sont proches. Parfois il me semble que c`est moi qui écrit à tel point que nos styles se ressemblent. Hrabal est surtout intéressant pour son langage. Il maîtrisait la langue parlée, la langue du peuple.
Son personnage parlait en tchèque. La langue tchèque sonnait dans ses textes mise dans la bouche de personnages de toutes les couches sociales. C`est très important et c`est comme ça que ça se passe dans tous les pays développés.
Chez nous, notre pays était longtemps esclave et asservi, et même aujourd’hui, notre langue ukrainienne n`est pas dûment valorisée dans tous les milieux de la société. Par exemple nos stars sportives ne la maîtrisent pas.
Parmi mes auteurs préférés on peut évoquer Borges, Cioran, Landolfi, Blanchot, Bukowski, Lorrens Darrell, Paul Bowles, Youriy Kossatch, Igor Kostecky… Depuis longtemps je suis abonné au journal littéraire polonais «Littérature na sviecie». On peut dire qu’il a formaté mes gouts littéraires. Dedans il y a toutes les nouveautés de l’édition. Un numéro entier est consacré à chaque nouveau lauréat de prix Nobel de littérature.

Actuellement vous travaillez sur un roman où vous parlez du Lviv d’antan. C`est un roman historique ou une histoire romanesque ?
Non, il n`est pas historique, même si toutes les actions se déroulent à Lviv dans les années 1930-40. Dans mon texte je donne une description de la défense de la ville, en septembre 1939, où les Allemands ont assiégé la ville. Lviv a tenu neuf jours ... jusqu`à ce que les bolcheviks l’attaquent par derrière. Je pense que c`était une époque héroïque. A grand mon regret, aujourd`hui, les habitants de Lviv ne sont pas conscients de ça. Mais dans mon roman, il s`agit d`abord de relations humaines.
Propos recueillis par Liana Benquet

 

En France, on peut lire Post-Postup à Paris,
dans la bibliothèque ukrainienne Symon Petlura
(6, rue de Palestine, 75019, Tél/Fax. 01 42 02 29 56 )

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:19

Toute équipe de Perspectives Ukrainiennes vous souhaite une heureuse et prospère année 2012!

Bonneannee2012-.jpg

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 10:57

Le bulletin de Janvier 2012 de Perspectives Ukrainiennes est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes.

 

Au sommaire:

p.1: Le mois de janvier en histoire
p.2: Entretien avec Youri Vinitchouk, écrivain, rédacteur en chef du mensuel Post-Postup
p.3: 3 questions à David Chabin, fondateur de Club Ukraine
p.4: Journal (1918-1920) de Nelly Ptachkina;
Ukraine, 20 ans de Renaud Rebardy, François Rivard, Roman Rijka
Le jardinier d'Otchakov d'Andreï Kourkov
p.5: Soirée littéraire: présentation du livre Noël, le Mystère
p.6: Exposition "Féminité slave"

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 10:01

Invit_Noel--le-Mystere.jpg

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 15:04

CINÉ -CLUB UKRAINIEN - ESPACE CULTUREL DE L’AMBASSADE D’UKRAINE

Mardi 10 janvier 2012, 19h, à l’Espace culturel de l’Ambassade, 22, av. de Messine, Paris 8ème, M° Miromesnil. tel. 01 43 59 03 53

Entrée libre.

 

Cinéma d’animation ukrainien contemporain

 

LE TRAMWAY n° 9 (ЇХАВ ТРАМВАЙ НОМЕР 9)

Production : Ukranimafilm, 2002, 10 mn, coul.

Scénario et réalisation : Stepan Koval

 

Synopsis

Le tram n°9 parcourt la ville en bringuebalant. C’est l’heure de pointe, des gens montent, d’autres descendent. Des conversations s’engagent et s’interrompent. On parle du feuilleton télévisé de la veille, des problèmes de santé, des glorieux souvenirs de combats, du prix du poisson sous le régime soviétique et des impondérables du présent. Il est bientôt six heures, et les voyageurs ne sont toujours pas arrivés chez eux.

 

 

PANTOMIME POUR TROIS ACTEURS  (П’ЄСА ДЛЯ ТРЬОХ АКТОРІВ)

 

Production : Ukranimafilm, 2004, 10 mn, coul.

Scénario et réalisation : Alexandre Chmyhoun

 

Synopsis

Histoire émouvante de la façon dont la véritable amitié peut aider à surmonter les plus cruelles adversités de la vie.

 

COMMENT LES COSAQUES JOUAIENT AU FOOTBALL

(ЯК КОЗАКИ У ФУТБОЛ ГРАЛИ)

 

Production : Kievnaoukfilm, 1970, 18 mn 30, coul.

Réalisation : Volodymyr Dakhno

 PhotogrammeComment-les-Cosaques-jouaient-au-football.jpg

Synopsis

Après s’être préparée en vue du championnat du monde de football, l’équipe nationale cosaque affronte les équipes allemande et française. Puis vient la finale contre les Anglais au stade de Wembley, sous la pluie…

 

 

COMMENT LES COSAQUES LIBÉRÈRENT LEURS FIANCÉES

(ЯК КОЗАКИ НАРЕЧЕНИХ ВИЗВОЛЯЛИ)

 

Production : Kievnaoukfilm, 1973, 19 mn, coul.

Scénario : Volodymyr Kapoustian

Réalisation : Volodymyr Dakhno

 

PhotogrammeComment-les-Cosaques-delivrerent-leurs-fiance.jpg

Synopsis

Enlevées par des pirates, de jeunes femmes sont emmenées sur une île. Les Cosaques décident de partir à leur recherche à travers plusieurs pays du bassin méditerranéen.

 

 

LES PINSONS ET LES AUTRES (ЗЯБЛИКИ ТА ІНШІ)

 

Production : Ukranimafilm, 2001, 6 min. nb

Scénario et réalisation : Anatoliї Lavrenychyn

 

Synopsis

Sur une branche, un chœur d’oiseaux s’égosille. Mais certains brillent mieux que d’autres.

 

 

NEXT (НАСТУПНИЙ)

Production : Ukranimafilm, 2003, 3 min. 30, nb.

Scénario et réalisation : Anatoliï Lavrenychyn

 

Synopsis

Un bourreau s’affaire devant sa guillotine. Une file discontinue de condamnés attend son tour.

Soudain, le couperet se coince. Le bourreau se fait malencontreusement trancher la tête.

 

 

ÉTERNITÉ ÉPHÉMÈRE (ОДНОРАЗОВА ВІЧНІСТЬ)

 

Production : Ukranimafilm, 2002, 10 mn. coul

Scénario et réalisation : Mykhaïlo Illienko

 

Synopsis

Film composé de dix histoires courtes, plus absurdes les unes que les autres. Du Pôle Nord au Pôle Sud, elles font le tour du globe tel un boomerang.

 

 

KOMPROMIX (КОМПРОМІКС)

 

Production : Ukranimafilm, 2002, 5 mn. 30, nb.

Scénario et réalisation : Yevhen Syvokin

 

Synopsis

Variation sur le noir et le blanc, les forces du bien et du mal.

 

 

 

WEEK-END (УІК’ЕНД)

 

Production : Faculté du cinéma et de la télévision, Ukranimafilm, 1998, 5 mn, coul.

Scénario et réalisation : Evhenia Ilmenska

 

Synopsis

L’amitié nouée un jour de printemps entre un petit garçon et un chien s’éteint subitement. La nature du chien, accablé de tristesse, se transforme bientôt.

 

 

MARC DE CAFÉ (CAFÉЙНА ГУЩА)

 

Production : Faculté du cinéma et de la télévision, Ukranimafilm 1998, 6 mn 30, coul.

Scénario et réalisation : Alexandra Ilmenska

 

Synopsis

Assis à la même table dans un bar, un homme et une femme semblent s’ignorer, mais pensent tous deux à la même chose, les yeux fixés sur le marc de café qui se répand sur la table.

 

Yevhen-Syvokin-au-banc-titre-avec-une-eleve-copier.jpg

Opinion

Le cinéma d’animation ukrainien, à qui Viatcheslav Levandovskyi donna ses lettres de noblesse en 1927 avec Le Petit taureau de paille, s’est distingué tout au long du XXème siècle comme un art à part entière dans la production cinématographique soviétique. Les réalisateurs Hyppolite Lazartchouk, Yevhen Horbatch, Dmytro Tcherkaskyi, Nina Vassylenko, Iryna Hourvytch, Alla Gratchova, Yevhen Proujanskyi, Volodymyr Dakhno et Yevhen Syvokin ont livré des œuvres de qualité, tels Mykyta Kojoumiaka, Parasolka, Les Aventures du Cosaque Enée, Maroussia Bohouslavka, Les Aventures du capitaine Vrungel, L’Ile au trésor, Docteur Aїbolyt, etc. On retiendra surtout l’incontournable série des Cosaques, dont Volodymyr Dakhno a été le grand concepteur pendant près d’un quart de siècle. Décédé en 2006 dans l’anonymat le plus complet, il fut considéré comme le chef de file du cinéma d’animation ukrainien. Dernier rescapé des grands maîtres de l’animation, son collègue Yevhen Syvokin reste quant à lui le mentor de la nouvelle génération. Cependant, Syvokin garde ses distances avec les nouvelles technologies numériques, dont les phases artistiques de pré-production s'effectuent moins à la main que sur des logiciels. Admirateur de l’œuvre de Walt Disney, qui en son temps influença l’animation ukrainienne, Syvokin fait de la résistance. Ses techniques restent conventionnelles : papier, cellulo, sable, pâte à modeler, figurines, etc. Il ne réalise que 6 à 7 secondes de film utile par journée de travail. Dans Kompromix, il utilise comme médium le sel et la poussière de charbon, (technique du sablage qui remonte à Man Ray). Pendant les années 90, le cinéma d’animation en Ukraine avait pratiquement disparu. Au Studio Ukranimafilm (antérieurement Kievnaoukfilm), des quelque 200 artistes, seuls 20 restèrent, livrant deux ou trois films par an. La plupart des cinéastes intégrèrent des studios privés ou partirent à l’étranger. Syvokin lui-même partit travailler quelques temps en Bulgarie et en Pologne. Alexandre Boubnov travailla en France. Serhiї Kouchnariov se fixa aux Etats-Unis (il travailla notamment sur la série Shrek), Igor Kovalov à Los-Angeles. Au début des années 2000, Mykhaïlo Illienko, qui jusqu’alors ne réalisait que des longs métrages de fiction, alla tâter de l’animation avec Eternité éphémère, une série de miniatures, marqués d’élucubrations folkloriques. Des jeunes réalisateurs, seul Stepan Koval décrocha une haute distinction internationale (Ours d’Argent au Festival de Berlin en 2003 pour Le Tramway n°9 (technique de la pâte à modeler), une très belle fable sur la société ukrainienne dépeinte à travers la représentation microcosmique de ses transports en commun. Toujours dans cette même technique, Stepan Koval a généré la série Mon pays – l’Ukraine, un florilège de 26 courts métrages de trois minutes racontant l’histoire des villes et les régions sur un mode divertissant et pédagogique. Pour ses débuts, Anatoliï Lavrenyshyn, élève de Syvokin, s’inspire d’un graphisme épuré dans Next ou d’une mise en image rappelant les Shadocks dans Les Pinsons et les autres. Quant à Yevhenia et Alexandra Ilmenska, elles utilisent le crayon de couleur : Marc de café reste un exemple époustouflant de ce que peut traduire un story-board au rythme du tango sur le thème du subconscient et de la réalité. L’animation en volume, la plus ancienne des techniques qui connut ses grandes heures pendant la période soviétique, reste toujours présente, mais cette fois-ci, mêlant les marionnettes traditionnelles et le numérique. Représentée par Alexandre Chmyhoun avec Pantomime pour trois acteurs, elle restitue une superbe fluidité des personnages se mouvant dans des décors grand-guignolesques.

Jusqu’à la récente crise internationale, le cinéma d’animation ukrainien n’a dû sa survie qu’aux maigres subsides de l’État et grâce au concours qu’il apporte aux studios américains ou français. Les studios privés Borysthène ou Novator-Film représentent à eux seuls plus de la moitié de la production nationale des films d’animation.

Lubomir Hosejko

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 18:36

Invit-soiree-du-21-dec-2011.jpg

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 17:53

- Comment est né le festival Korona Karpat ?

Le festival Korona Karpat a été organisé pour la première fois en 2010. En réalité, je travaille avec le festival depuis cette année. J’étais directeur de programmation d’un autre festival. Mon devoir est d’organiser la programmation des films en compétition et hors-compétition. C’est le directeur général du festival actuel Oleh Karpyn qui a lancé l’initiative. Il assiste souvent à différents évènements du monde cinématographique. En Ukraine, il existe en fait de nombreux festivals plus ou moins grands. Oleh se demandait pourquoi il n’y avait pas de festival de grande envergure dans l’Ouest de l’Ukraine. Pourtant il y a de quoi intéresser les cinéastes. Les paysages des Carpates, la culture y est plus préservée et enfin, selon l’exemple de Karlovyi Vary, c’est aussi une ville thermale. Et Trouskavets fait partie de ces villes qui ont toute l’infrastructure nécessaire pour un tel évènement. Peut-être que le seul défaut est l’absence d’aéroport à Trouskavets. De plus la reconstruction de l’aéroport de Lviv nous a posé quelques problèmes. Donc l’idée était là, mais comme vous le savez une simple idée ne suffit pas. On est passé par une période de recherche d’associés et la création d’une équipe. On peut dire que cette période est toujours en cours. Le festival est très jeune et nous devons tous encore beaucoup apprendre et acquérir de l’expérience. Si le premier festival était plutôt modeste, le deuxième quant à lui était assez ambitieux. Par conséquent, on a fait face à de nouveaux problèmes. Ce festival est comme un enfant qui grandit, et nous grandissons avec lui en découvrant toujours de nouvelles expériences.
 http://koronakarpat.com.ua/content/galleries/2010/15/_MG_5404-800.jpg
- Quel est l’objectif du festival ?

En réalité, l’objectif initial était d’attirer l’attention sur cette région à l’aide d’un festival de cinéma, mais avec le temps, avec l’entrée de nouvelles personnes dans l’équipe, nous avons mis au point de nouvelles idées que notre festival peut accomplir. Le bilan du deuxième festival montre déjà que les Carpates peuvent s’avérer très intéressantes aux yeux des cinéastes. Etant moi-même producteur, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelques uns de nos invités à propos d’une coproduction. J’espère que cela sera concluant. Je pense que l’état actuel du cinéma ukrainien est connu. Ce sujet est très douloureux, parce que même s’ils filment en Ukraine et s’ils soutiennent que c’est un film ukrainien en coproduction, je me dois d’être en désaccord. Parce que le cinéma ukrainien, ce n’est pas un film qui parle de la province russe et qui est tourné en Ukraine, nous avons les moyens de réaliser des films, nous avons des spécialistes et le tournage ne coûte pas cher du tout en Ukraine. Surtout lorsqu’on compare avec les prix européens ou même russes. Ainsi, le festival nous ouvre de nouvelles perspectives que nous pouvons réaliser grâce aux diverses rencontres avec des gens de différents pays. L’un des buts est aussi d’attirer l’attention des chaînes de télévision ukrainiennes. Il y a aussi des téléfilms pendant le festival, et notre objectif est de montrer aux chaînes le niveau de production de chaque pays pour qu’ils aient aussi un moyen de comparaison avec leur propre production.
 
- Quels sont les partenaires du festival ? Quel est votre partenaire en France ?

Actuellement, nous collaborons activement avec l’ambassade argentine en Ukraine. Nous avons le soutien de l’Institut Français. Après le festival de cette année, nous avons des partenaires en Autriche, Allemagne, Grande-Bretagne et Géorgie. Bien entendu, nous avons beaucoup de contacts en Russie et en Biélorussie.
 
Mais en ce qui concerne la programmation du festival, alors les pays représentés sont bien plus nombreux. Cette année, dans le programme du festival, des films de tous les continents ont participé, sauf l’Australie. Quant à nos relations avec la France, elles sont bien plus étroites maintenant. Notre partenaire est l’association Aye Aye VO Nancy Lorraine. Cette année, nous avons reçu le représentant de l’association Aye Aye, Anthony Folkmann, il nous a présenté leurs travaux et projets. Non seulement les cinéastes ukrainiens ont été très intéressés mais aussi les collègues d’autres pays qui étaient invités. Et j’espère qu’il y aura des suites positives de ce partenariat. En même temps, le soutien du Aye Aye nous attire beaucoup puisque ils existent depuis déjà assez longtemps et ils ont de l’expérience. C’est pourquoi leur soutien et leurs conseils nous sont très utiles et pertinents. Enfin, il est possible que ce partenariat donne naissance plus tard à un projet nouveau et passionnant. Je pense que notre partenariat est une étape de plus dans le dépassement des frontières entre la culture et ses représentants. La collaboration est toujours une expérience utile. J’aimerais aussi que cette collaboration entre des festivals de cinéma français et ukrainiens ait des résultats positifs pour nos deux pays.
 
- Quels sont vos projets ?


J’ai quelques projets cinématographiques que j’aimerais mettre en œuvre. La grande majorité est éventuellement dans la coproduction. Et d’ailleurs la France est un candidat possible en tant qu’associé. J’ai aussi un projet de comédie qui compte une collaboration avec l’Amérique latine. Quant au festival, c’est dur de l’admettre mais l’Ukraine est très dépendante de sa situation politique. Et cela vaut pour tous les domaines. Par exemple, cette année le festival n’a reçu aucune aide de la part du gouvernement ou du ministère de la Culture. Dans de telles conditions, il est difficile de prévoir à l’avance mais surtout de prédire. Nous continuerons notre recherche de partenariats, nous travaillerons afin que nous dépendions le moins possible de l’Etat. Mais je pense aussi à la troisième édition du festival Korona Karpat que nous commençons déjà à préparer. Et nous serons ravis d’accueillir la France comme partenaire actif de notre festival.

Prix du festival Korona Karpat 2011 :
Meilleur film : Un cuento chino, Argentine (Un conte chinois)
Meilleur réalisateur : Youriy Musyka, Russie
Meilleur scénario : Un cuento chino, Argentine (Un conte chinois)
Meilleur rôle féminin : Zuzana Kanoch, Slovaquie et Elisaveta Boiarska, Russie
Meilleur rôle masculin : Bohdan Stoupka, Ukraine
Meilleur visuel : Nebo, Peklo… Zem, Slovaquie (Ciel, Enfer… Terre)
Meilleur film psychologique : Al-raheel min Baghdad, Grande-Bretagne ( En partant de Baghdad)
Meilleur début : Petr Voltchanov, Bulgarie, Avariyno Katsane ( Atterrissage d’urgence)
Meilleure musique : Istanbul Reys, Azerbaïdjan (Le vol d’Istanbul)
Prix des spectateurs : Zagrava, Ukraine
Meilleur film documentaire : Inokynia, Biélorussie (La bonne sœur)
Meilleur réalisateur de documentaire : Vahtang Mikeladze, Russie
Meilleur scénario : The other Chelsea - a story from Donestk, Allemagne ( L’autre Chelsea)
Meilleure bande-son de documentaire : Inokynia
Meilleur montage de documentaire : Muchedumbre 30s, Equateur ( Foule du 30 septembre)
 

Propos recueillis par Darya K.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 10:56

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/42/Stamp_Svyatyi_Mykolay_2002.jpgChaque année, les enfants attendent avec impatience Svyatiy Mykolay : il est leur bienfaiteur et apporte toujours de beaux cadeaux. Comme le veut la tradition, les enfants écrivent la lettre à Svyatiy Mykolay en faisant la liste des bonnes choses qu’ils ont faites pendant l’année, puis ils demandent pardon pour leurs bêtises et sollicitent un cadeau.

 

Selon la légende, la nuit du 18 au 19 décembre Svyatiy Mykolay descend du ciel d’où il voit tout ce que font les enfants. Il a un traîneau doré avec des chevaux blancs. Il arrive dans les maisons par la porte et non pas par la cheminée, comme le père Noël. Invisible, il met les cadeaux sous l’oreiller des enfants, à l’exception de ceux trop volumineux qu’il laisse près du lit. Il est souvent accompagné d’anges et de petits diables. Chacun d’entre eux argumente pour donner ou non le cadeau. Les petits diables tentent de voler le sac de cadeaux. Toutefois, ils n’y parviennent pas car Svyatiy Mykolay sait tout et les anges veillent.

 

Traditionnellement, les cadeaux préparés par les parents étaient des « Mykolajtchyky », des biscuits au miel aux formes multiples. Tous les enfants qui avaient été gentils durant l’année recevaient des biscuits ; les enfants pas sages étaient d’abord menacés, mais ils recevaient tout de même des biscuits pour qu’ils soient plus gentils l’année suivante.

illustrations-0955.jpg

Autrefois, la veille de la fête, les anciens du village se réunissaient pour brasser la bière de blé. Le grand festin qui suivait se terminait par des courses en traîneaux et avec des chants. Le Saint était célébré partout en Ukraine, mais certaines régions avaient leurs particularités. Dans la région de Kharkiv, les festivités duraient 3 jours. On y préparait la Koutia (un plat rituel à la base de blé, de pavot et de miel) et l’Ouzvar (une boisson sucrée à base de fruits secs) pour assurer une bonne récolte des céréales et des fruits l’année suivante. Dans la région de Podillia, on attendait « polaznyk » - c’est ainsi qu’on désignait la personne qui était la première à franchir le seuil de la maison ce jour là. Si c’était un homme qui franchissait le premier la porte de la maison, cela préfigurait la richesse et du bonheur toute l'année. Mais auparavant, le maître de la maison devait traverser la cour pour nourrir ses bovins en les saluant par la formule : "Que Dieu accorde à mes bovins une bonne journée et une bonne santé, ainsi qu’à moi et à ma femme!". Dans la région de Kiev, le maître de la maison qui revenait de l’église prenait un bol d'eau bénite, du pain et du sel, de la kwacha (une boisson fermentée), et allait bénir sa propriété et son bétail, en disant: « Svyatiy Mykolay, pardonne-nous et protège-nous de tout mal ! ».

 

Lesya Darricau-Dmytrenko

illustrations:

- timbre ukrainien Svyatiy Mykolay

- composition en pate à modeler d'Oksana Sklyarenko  www.coking.at.ua

 

 

 

Recette de « Mykolajchyky »
(Biscuit au miel)

http://s004.radikal.ru/i207/1101/9f/1e657d419269.jpg


Ingrédients

4 tasses de farine
1 cc de cannelle moulue
1/2 cc de clous de girofle moulus
1/2 cc de gingembre moulu
1/2 cc de noix de muscade moulue
1 tasse de sucre en poudre
2 cc de levure
2 oeufs
1 tasse de miel
2 cc de zeste d'orange
1 oeuf battu avec un peu d'eau pour le glaçage
20 amandes émondées (sans peau)
Cristaux de sucre

 

Préparation

Mélanger la farine, les épices, le sucre en poudre et la levure. Ajouter les œufs, le miel et le zeste d'orange pour faire une pâte ferme. Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte d’1/2 cm d'épaisseur environ. Découper différentes formes (poisson, cheval, lion etc.), déposer sur une plaque antiadhésive de cuisson, et la brosser avec le glaçage. Placer une demi amande au milieu de chaque biscuit, saupoudrer de cristaux de sucre, et cuire au four préchauffé à 180 degrés environ 15 minutes. Refroidir sur une grille. Conserver dans des boîtes hermétiques.
 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes
  • Contact

Recherche