Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 22:08
Quelles sont les motivations qui ont conduit à la création de la collection ?
C’est principalement le constat – peu original – de la sous-information du public français ou plus généralement francophone sur l’Ukraine. L’ignorance est effrayante, non seulement dans le grand public, mais aussi chez les décideurs où elle peut avoir des conséquences graves : on se souvient de Valéry Giscard d’Estaing comparant la situation de l’Ukraine au sein de l’Union soviétique à celle de la région Rhône-Alpes au sein de la France…

Périodiquement, on me demande encore si l’Ukraine est un Etat indépendant ou une partie de la Russie, si les Ukrainiens sont des Russes, s’il y a une langue ukrainienne…En 2001, ma collègue de l’INALCO Iryna Dmytrychyn et moi-même cherchions un canal qui nous permettrait de contribuer à la lutte contre cette sous-information (qui est parfois d’ailleurs de la désinformation). Nous avons proposé aux éditions de l’Harmattan la création d’une collection consacrée à l’Ukraine dans toutes ses dimensions : historique, culturelle, politique…

On sait que cet éditeur a pour politique de publier, dans des collections thématiques aujourd’hui très nombreuses, le maximum d’ouvrages de sciences humaines. Le faible coût permet la parution de travaux que les éditeurs classiques trouvent trop peu rentables. Aujourd’hui, notre collection est l’une des façons de maintenir en France, comme le dit son nom, une « Présence ukrainienne ».

De quels horizons disciplinaires traite la collection ?

Tout ce qui concerne l’Ukraine y a sa place. Le catalogue comprend actuellement des ouvrages traitant d’histoire, d’archéologie, de linguistique, de littérature, de politique et de géopolitique, et même de cinéma… Nous avons publié des rééditions ou réimpressions de travaux anciens, dont la classique Description d’Ukranie de Le Vasseur de Beauplan et l’essai de Mérimée sur Bohdan Khmelnytsky, des traductions d’ouvrages en ukrainien comme le recueil d’articles de Mykola Riabtchouk et la Grammaire pratique de l’ukrainien de Roksolana Mykhaïlyk, des textes originaux en français comme l’ouvrage sur Grégoire Orlyk issu de la thèse soutenue par Iryna Dmytrychyn.

Quels ouvrages ont, à ce jour, rencontré le plus de succès ?

Celui de Mykola Riabtchouk (De la Petite-Russie à l’Ukraine), qui est un politologue de renom et dont le livre aborde des questions extrêmement sensibles relatives à l’identité ukrainienne, à l’interprétation de l’histoire, à la situation politique et géopolitique actuelle du pays, etc. ; et mon manuel (Ukraine, une histoire en questions), qui est un ouvrage d’introduction spécialement destiné au public français. De toute façon, compte tenu des sujets et des publics visés, beaucoup de titres se vendent naturellement sur une longue période. Les rééditions de Le Vasseur de Beauplan et Mérimée signalées plus haut, par exemple, sont les seules actuellement disponibles. Mais, à mon avis, le vrai succès ne se mesure pas forcément aux résultats des ventes : un seul ouvrage dans une bibliothèque bien fréquentée peut avoir plus d’importance à terme.

A quelle typologie de lectorat s'adressent les ouvrages de la collection ?
C’est très variable selon les cas. Certains titres visent un public assez large, d’autres sont plutôt destinés à des spécialistes. Parfois, des lecteurs peuvent s’intéresser au même ouvrage pour des raisons tout à fait différentes : le Maroussia élaboré par Iryna Dmytrychyn combine ainsi le fac-simile de l’édition originale de ce classique de P. J. Stahl, qui continue d’être lu par les enfants, et la reproduction inédite de l’original en français de Marko Vovtchok qui l’a inspiré, destiné plutôt à des amateurs de littérature. Nous pensons qu’un livre qui a un vrai contenu, qui mérite d’être publié, trouvera ses lecteurs. Beaucoup de nos lecteurs sont évidemment des Ukrainiens ou des Français d’origine ukrainienne, mais nous avons toujours le souci et l’espoir de toucher le public français général – celui à qui il faut faire découvrir l’Ukraine, son histoire, sa culture, l’enjeu qu’elle représente actuellement…

Quelles seront les prochaines parutions de la collection ?

Parmi les projets les plus avancés figurent la traduction commentée d’un témoignage sur la grande famine de 1933, et des contes : La Moufle, qui sera publié en édition bilingue illustrée, et des contes de Marko Vovtchok.

link

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:24
Quelles techniques picturales utilisez vous ? Et où puisez vous votre inspiration ?
 J’affectionne une grande diversité de procédés techniques. Mes œuvres les plus récentes se caractérisent par un graphisme contemporain noir et blanc que j’accompagne de collages mixtes. J’utilise des crayons de couleur ainsi que différents éléments visuels du quotidien. J’y ajoute par exemple des timbres, des morceaux de lettres, des feuilles mortes ou de vieilles photos...Je m’attache à dessiner les mouvements de mon monde intérieur, mes illusions ainsi que mes visions. Je m’exprime de toutes ces façons pour communiquer avec mon public. Chaque œuvre représente un message poétique. Mes sources d’inspiration sont multiples ; il y a pêle-mêle la nature, mes amis, mes souvenirs d’enfance, mes lectures et notamment les poètes latino-américains ainsi que le grand Joseph Brodsky.

Quelle place occupe l’artiste dans la société contemporaine ukrainienne ?

 Le public ukrainien est désormais très informé et d’une grande ouverture d’esprit. Je crois que  l’artiste a vocation à s’affirmer certes dans son périmètre culturel national mais surtout à témoigner de la beauté du monde et de sa complexité. L’homme a besoin d’une interprétation artistique de son environnement ainsi que de lui-même. Pour cela je suis convaincue qu’il faut se référer aux travaux des vieux maitres pour développer une voie créatrice personnelle.

Quel est le contexte économique de la création artistique ukrainienne ?
Il est toujours difficile pour les créateurs ukrainiens de gagner leur vie par le seul exercice de leur art. Nombre d’entre eux ont recours à des activités complémentaires. Il est clair qu’un modèle économique reste à définir, un schéma de financement conjuguant fonds publics et privés. Cela permettrait à l’art contemporain ukrainien d’asseoir son développement et sa diffusion hors frontières. Les échanges constituent les fondements de la création. Pour ma part je participe, dans le cadre de l’association D.F. & E.W.A. (Dorothea Fleiss & East West Artists), a de nombreux événements en Europe. Je suis à ce titre venue en France, à Paraza pour le 12eme symposium d’art contemporain en septembre dernier.

Le site de l'artiste

Propos recueillis par Tetyana  Zhabchyk 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:09
A une centaine de jours des élections présidentielles ukrainiennes, la course à la magistrature suprême est déjà bien engagée. Le choix entre la Russie et l'Occident reste toujours un élément de clivage, mais il inspire moins d'espoir et d'enthousiasme qu'il y a 5 ans. Le premier tour de scrutin est prévu pour le 17 janvier prochain.

Les sondages s'accordent pour désigner les poids lourds de l'élection à venir. Certains d’entre eux occupaient déjà le devant de la scène au moment de la Révolution Orange. Ils promettent les meilleures perspectives au premier ministre ukrainien Yulia Timochenko (entre 18% et 22% intentions de votes au premier tour) et au dirigeant du Parti des régions Victor Yanoukovich (entre 20 et 30%). Au second rang des candidats ayant une chance de gagner, figurent le Président actuel Victor Youchtchenko (entre 8 et 18%), l'ex-dirigeant de la Banque Nationale Serguiy Tygipko et l’ancien président du parlement Arseniy Yatsenyuk.

S’agissant de Victor Yanoukovich, il demeure constant dans l’affirmation de ses sympathies, voire de son allégeance, à l’égard de la Russie. L’homme de Donetsk, met ostensiblement en avant son combat pour la reconnaissance de la langue russe comme deuxième langue nationale et s'oppose vigoureusement à tout rapprochement avec l'OTAN. En revanche, les priorités géopolitiques des candidats de « la nouvelle vague » ne sont pas si perceptibles.
C’est notamment le cas d’Arseniy Yatsenyuk (entre 4 et 13% d'intentions de vote). Cet homme de 35 ans a effectué une carrière fulgurante passant d’un poste de juriste au sein la banque Aval à celui de Ministre de l'économie de la Crimée, puis de Ministre des affaires étrangères à la Présidence du Parlement. Dans ses slogans et déclarations officielles, il se positionne comme un homme politique moderne et pro-occidental. Toutefois, le soutien qu'il reçoit d'un homme d'affaires connu pour ses intérêts en Russie, Dmitro Firtash, éveille des doutes sur sa capacité à poursuivre une politique tournée vers l'Ouest.                                                       
Yulia Tymochenko ne paraît pas non plus très tranchée sur les questions se rapportant à l’alliance transatlantique. Le premier ministre évite, dès qu'elle le peut, de s'exprimer clairement sur l’éventualité d’une intégration de l'Ukraine à l'OTAN. Cela lui apportera, peut-être, quelques voix de plus, au Sud et à l'Est du pays, mais manifestement lui fait perdre des soutiens dans les régions de l'Ouest.

Quant à l’actuel Président, sa vision de la politique internationale est d’une limpidité exemplaire. Il ne perd jamais une occasion pour affirmer qu'il veut mettre l'Ukraine sur les rails d’une adhésion à l'Union Européenne et d’une intégration à l'Otan, dés que cela sera possible. Seulement, l'efficacité tactique de Victor Youchtchenko tarde à accéder au même niveau que ses ambitions. Et ses sympathisants sont si fatigués d'attendre les changements promis qu'ils risquent ne pas se mobiliser  pour le prochain rendez-vous électoral.

Que dire de Serguyi Tygipko ? Cet homme d'affaires proche de la cinquantaine prétend financer sa campagne électorale par ses propres moyens, sans l’appui des oligarques du pays. Avec ses 2 à 6 % de potentiel électoral, il se garde, pour l’heure, de toute déclaration sur ses choix  géopolitiques. Faisant le constat que ni l'Union Européenne, ni l'OTAN ne sont des objectifs faciles à atteindre, il met l'accent sur la vie quotidienne qu’il ambitionne d’améliorer.

Il y a cinq ans, les ukrainiens qui soutenaient la Révolution Orange formulaient des projets audacieux pour l'avenir de leur pays. Le froid venu de l'Ouest et inspiré par les brumes nuageuses de l'Est a installé un certain fatalisme empreint de tristesse dans cette tranche de population, autrefois prompte à se mobiliser. Face au revanchisme du Kremlin, peu perçu dans les pays occidentaux, l'Ukraine se sent ouverte à tous les vents, à un carrefour où chemins et impasses semblent se confondre.

Alla Lazareva, journaliste à la BBC


Partager cet article

Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:58
Bienvenue à Midni Bouky, une petite ville étrange perdue dans les Carpates. Yurko Banzaï, un professeur de biologie inexpérimenté, y est envoyé pour faire ses premières armes ; amateur de culture underground, il est jeune et consomme des drogues en tout genre.

Il remarque très vite Dartsia Borges, jeune femme timide et rejetée par tous, en particulier par les pestes telles que Irynka, dite « Piggy la Cochonne ». Les cours passent, les journées se ressemblent, Yurko ne pense qu’à Dartsia. La belle et énigmatique Dartsia.

Mais très vite le vent tourne. Des phénomènes étranges se produisent. Des hiboux envahissent la ville, des gens disparaissent, une épidémie de grippe gagne le collège. Les rues se vident, tout comme les salles de classe. Des rêves déconcertants s’enchaînent et se poursuivent nuit après nuit jusqu’à effacer la réalité elle-même…

Lyubko Deresh réussit un tour de force avec Culte en nous entraînant dans un roman fantasque qui fait revivre la culture pop-rock musicale et littéraire. Hendrix, Led Zeppelin, Kerouac ou Burroughs sont les références incontournables de ce livre d’initiation léger et profond à la fois, qui, sous couvert du fantastique, dresse une critique ingénieuse d’une Ukraine post-communiste à la recherche de son identité.

« Culte »  de Lyubko Deresh
Traduit de l’ukrainien par Oksana Mizerak
312 pages  - Éditions Stock
Date de parution : 26 août 2009

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:32
Qu’est-ce qui selon vous caractérise la littérature ukrainienne contemporaine ? En quoi peut-elle intéresser les lecteurs occidentaux ?
L’Ukraine peut intéresser les occidentaux grâce à sa situation particulière et unique : son chaos politique, les absurdités et les paradoxes de la vie quotidienne… c’est assez exotique. Andreï Kourkov est connu à l’étranger grâce à ses romans qui racontent cette réalité ukrainienne à la fois bizarre et captivante…

Quelle perception ont les écrivains de la question  linguistique et de la coexistence des langues ukrainienne et russe ?
Il y a des auteurs ukrainiens qui écrivent en russe tel Andreï Kourkov et d’autres qui écrivent en ukrainien. Le plus important, c’est le sentiment en fonction duquel l’écrivain se définit comme appartenant à la culture ukrainienne ou russe. Il y a des auteurs nés en Ukraine, mais qui culturellement se sentent russes, c’est notamment le cas de Michail Elisarov, originaire de Kharkiv. L’identité ukrainienne n’est pas encore tout à fait établie, il est toujours difficile de s’y retrouver. Et les hommes politiques ukrainiens d’aujourd’hui jouent beaucoup sur cette notion floue. La question de la langue n’est pas déterminante.

Vos romans contiennent-ils un message d’ordre politique ? quelle est votre attitude envers la politique ?
Je m’intéresse à la politique en général, mais la  vie politique ukrainienne est basée sur les intrigues, ce n’est pas la lutte des idéologies, des opinions comme c’est le cas ailleurs. Je ne sens pas que mon choix va changer quelque chose. Aussi, comme beaucoup d’ukrainiens, j’ai « décroché ».

Quels auteurs occidentaux, notamment français avez-vous lu ?
Durant mon enfance j’ai lu de nombreux auteurs américains, d’inspiration hollywoodienne, puis j’ai découvert les auteurs ukrainiens, tels que Yuri Izdryk, ou Yuri Andrukhovych… Parmi les écrivains français contemporains, je connais Amélie Nothomb et Frédéric Beigbeder. S’agissant des auteurs majeurs du XXème siècle, j’apprécie tout particulièrement Jean-Paul Sartre, Albert Camus, l’école structuraliste française… par ailleurs, je suis intéressé par le cinéma français indépendant.

Quelles sont vos sources d’inspiration ? D’où viennent cette sagesse, cette expérience, cette maîtrise incroyable de la langue à un si jeune âge ?
Tout vient de mon environnement familial, de mon éducation et de l’amour de la lecture qui m’a été inculqué par ma famille dès mon enfance…J’ai énormément lu…



Propos recueillis par Olena Yashchuk dans le cadre de la soirée-événement organisée par le club littéraire ukrainien et l’espace culturel de l’ambassade d’Ukraine en France

 

 link

 

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 08:51

« Ne pense pas au rouge » est l'histoire d'une jeune ukrainienne qui abandonne une vie toute tracée pour s'en aller chercher l'amour et le bonheur au delà des frontières... s'agit-il d'un récit autobiographique, les personnages sont ils fictifs ?

 

Sans être totalement autobiographique il est clair que ce livre s'inspire énormément de mon parcours de vie. Des proches peuvent s'y retrouver quasiment traits pour traits. Ainsi la mère de Dmytryk, un ami gay, a reconnu son fils dans le roman et a découvert à cette occasion son orientation sexuelle, alors que j'avais pourtant changé son prénom. Cela a eu pour conséquence d'inciter Dmytryk a avoir plusieurs conversations avec ses parents. Ils arrivent enfin à communiquer même si pour l'heure ils leur est encore difficile d'assumer cette réalité. Autre détail du roman, j'ai rencontré mon mari Darell lors du concert d'un saxophoniste qui avait pour nom Jim...

 

Avez-vous déjà essayé d'écrire directement en anglais ?

 

Oui, de courts récits...que mon mari apprécie. Mais il est évident que mon anglais n'est pas d'un niveau shakespearien. Mais je n'oublie pas que la littérature anglaise a toujours su accueillir des auteurs immigrés comme par exemple Joseph Conrad, né lui aussi en Ukraine ! Qui sait si un jour je ne tenterai pas l'expérience ?

 

En qualité de journaliste au service ukrainien de la BBC, quel auteur contemporain recommanderiez-vous à un public non ukrainien ?

 

Sans hésitation je dirais Volodymyr Dibrova. Originaire de Donetsk, il s'est installé aux Etats-Unis en 1996 ; il enseigne à Harvard. Son roman « La Descente Saint-André » est remarquable, il a d'ailleurs été désigné livre de l'année 2007 par le service ukrainien de la BBC.

 

Quels livres français avez-vous lu dernièrement ?

 

J'ai lu tout récemment « Les bienveillantes » de Jonathan Littel. Cette œuvre qui relate les mémoires imaginaires d'un officier SS durant la seconde guerre mondiale a recueilli des critiques élogieuses en Grande Bretagne. Auparavant j'ai lu plusieurs livres de Fréderic Beigbeder... mais ils ont tendance à tous se ressembler !

 

D'une manière générale, est-il plus facile d'aimer et d'aider Ukraine lorsque l'on vit à l'étranger ?

 

Il est bien difficile de donner une réponse globale ! Cela dépend de chacun ! Les anglais disent que la distance renforce l'amour... mais c'est à contrebalancer avec le proverbe « loin des yeux, loin du cœur »...

 

propos recueillis par Olena Yashchuk

Partager cet article

Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:46

Ce récit  avait été imaginé pour un film avec Hanna Schygulla , Armand Gatti et Philippe Noiret qui avaient déjà exprimé leur plaisir de l’incarner. Cette  rencontre inédite, unique, aurait pu être savoureuse et elle était rigoureusement programmée dans l’espace et le temps. Tout comme celle des héros de cette histoire : des personnes âgées bien décidées à mettre à l’épreuve cette remarque en forme de question de Gaston Bachelard : « L’avenir ? Est-ce ce qui vient vers nous ou ce vers quoi nous nous dirigeons ? ». Des personnes âgées déterminées à agir, voire à renaître , même si la mort qui prend ici la figure de l’enfant apparaît à tous les détours dans l’espace européen que parcourent Roger le Morvandiau et Mykola l’Ukrainien des Carpates.
"Un temps à deux pattes " c'est avant tout un hommage à tous  les gens très ordinaires, qui ont accompli cette  odyssée périlleuse et héroïque qu'est la vie. C’est un chassé-croisé, deux histoires  qui en laissent supposer d'autres, à l'infini, dans la grande valse du temps qui fait de tous les hommes des nuages, ébahis, bringuebalés, sur l’étagère bleue du ciel.
"Un temps à deux pattes " c’est aussi le passage (c’est à dire le franchissement d’un pas) d’un temps à un autre, et comme toujours sans possibilité de retour où se confondent les débuts et les fins.
L’intention initiale d’en faire un film en a fait une forme littéraire particulière : le récit à voir , chaque lecteur ( ou auditeur) devenant un cinéaste dont les images s’impriment sur les écrans intérieurs. Cela marche à merveille comme on peut le constater lors des lectures que donne Jean Bojko de ce texte.
Pour ce qui est de l’auteur disons qu’Ivan Charabara est la figure de l’illettré, du péquenot. C’est un diseur d’histoires, un moulin à paroles, un passionné de la parle, un buveur de canons, un noceur, un rieur, un frétilleur, un titilleur, un goûteur, un danseur, un jardinier (potager), un génie de la mobylette. C’est un bernard-l’hermite, qui a trouvé en Jean  Bojko du TéATr’éPROUVèTe une coquille amicale. C’est l’Autre qui nous chatouille l’esprit et sans lequel nous ne serions que des enveloppes.

Réalisation : TéATr’éPROUVèTe  Abbaye du Jouïr 58800-CORBIGNY  tél 0386200517 theatre.eprouvette@wanadoo.fr  site : www.theatreprouvette.fr


(164 pages éditions de l’Abbaye du Jouïr /TéATr’éPROUVèTe/ 58800-Corbigny)

Partager cet article

Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:44
 Depuis le mois de mars, le Grand Palais de Paris consacre une exposition importante à Andy Warhol, artiste emblématique de la modernité, remarquable tant par son talent que par son génie de la transgression pictu-rale. Ses oeuvres sont mondialement connues, accessibles et déclinées à l’infini. Sa personnalité continue de fasciner mais ses origines et les sources premières de sa créativité sont pour le moins méconnues.

Selon différentes notices biographiques, il est présenté com-me étant né de parents tchèques, slovaques, ou rusyns (ruthènes)… La confusion règne allègrement, elle est imputa-ble à la complexité ethno-géographique de l’Europe centrale et orientale, mais aussi à une coupable paresse intellectuelle propre à certains journalistes… Sans accuser qui que ce soit (que celui qui n’a jamais fauté se saisisse d’une pierre… mais qu’il ne l’envoie pas ! Chacun sait qu’Andy abhorrait la vio-lence !), nous voulons tout simplement comprendre, en toute objectivité, qui est véritablement Andy Warhol et à quel uni-vers socio-culturel il se rattachait.

Yulia Yustyna, sa mère, et Andrij Warhola, son père, sont natifs du village ruthène de Mikova, situé dans les Carpates en Slovaquie, aux confins de la Pologne et de l’Ukraine. Avant la première guerre mondiale, ce territoire était admi-nistré par l’Etat austro-hongrois ; il était majoritairement peuplé de Ruthènes, minorité de l’Empire des Habsbourg relevant de l’ensemble ethnique, culturel et linguistique ukrainien. Au sortir de la première guerre mondiale, ainsi qu’un grand nombre de leurs compatriotes, Yulia et Andrij Warhola ont quitté leur village pour chercher une vie meil-leure aux Etats-Unis.

Andy Warhol alias Andrij Warhola, est le cadet de trois frè-res, il est né à 1928 à Pittsburgh en Pennsylvanie. Son père travaillait comme mineur, il est décédé quand Andrij entrait dans sa quatorzième année. Le futur Pape du Pop Art est resté toute sa vie très proche de sa mère, seule femme qui comptait vraiment pour lui. Elle possédait de réels talents artistiques ; elle aimait tout particulièrement dessiner et a transmis sa passion à ses enfants et petits enfants (le neveu d’Andy Warhol, James Warhola, est devenu un illustrateur reconnu). Yulia chantait des chansons traditionnelles, brodait et confectionnait des Pyssanky – les oeufs de Pâques ukrai-niens, joyeusement colorés.

Durant son enfance et son adolescence Andy a évolué dans cet environnement maternel, rythmé par les liturgies de l’é-glise gréco-catholique Saint Jean Chrysostome de Pittsburgh.

Sa scolarité et ses relations avec les enfants du voisinage ont fait de lui un petit américain fasciné par les comics et Hollywood. Les connexions de cette identité bipolaire ont eu pour effet de produire la recherche iconographique de la soupe Campbell ou les portraits de Marilyn Monroe…

Cloué au lit par une maladie à l’âge de 6 ans, il passait tout son temps aux côtés de sa mère qui lui apprit à tenir et maîtri-ser crayons et pinceaux. Très vite, l’art est devenu son princi-pal refuge. Né dans une ville industrielle à l’époque de la Grande Dépression, il a cherché grâce à ses dessins et ses collages, à édifier son propre monde, sorte d’Olympe de la mythologie iconographique américaine.

Andrij Warhola, s’est métamorphosé en Andy Warhol au cours de l’année 1952 ; Le fils d’immigrés pauvres, originai-res d’une région mystérieuse de l’Europe Orientale, s’est alors révélé être la véritable incarnation du rêve américain : publicitaire, illustrateur, peintre, cinéaste et musicien. Certes, Warhol affirmait qu’il «venait de nulle part », mais pour les critiques d’art ukrainiens, le mystère des origines du maître est résolu, elles sont indéniablement ukrainiennes (Oleg Ve-densky « Le roi du pop-art », Mystetska storinka, http://storinka-m.kiev.ua).

.Prédicateur lucide de la culture industrielle, il déclarait en 1968 que « dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale ». Prophète de la pertinence et de l’imper-tinence, Andy Warhol s’est éteint en 1987.

Olena Yashchuk & Frédéric Hnyda

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 13:35
A l'approche de l'anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, les regards européens portés vers l'Ukraine sont plutôt tristes et compassionnels. Tchernobyl est devenu le symbole du danger de l'énergie nucléaire, souvenir encombrant pour tous les partisans de ce type de production d'électricité. Mais le destin est riche en coïncidences.

Car l’Ukraine qui évoque immédiatement le souci de surveiller la sûreté nucléaire peut offrir à l'Europe une  solution plus sûre et garante de sa souveraineté au moment où les approvisionnements en gaz s’inscrivent dans une relation de dépendance.  Possédant la sixième réserve mondiale d'uranium, ce pays réunit toutes les conditions pour devenir, en partenariat avec la France ou un autre membre du « club nucléaire », un coproducteur important du combustible dont ont besoin les réacteurs européens.

Les gisements d’uranium ukrainiens sont peu exploités, ils ont été longtemps sous le coup du secret défense. Jusqu'à la Révolution orange, cette ressource faisait l'objet de la convoitise russe à laquelle Kiev ne cédait pas, sans pour autant mener de recherche de partenariat externe.

C'est en 2005 qu'une possibilité de collaboration entre la France et l'Ukraine dans le domaine de l'extraction et l'enrichissement de l'uranium a été évoquée pour la première fois. A cette occasion Julia Timochenko, devenue premier ministre ukrainien, s'était déclarée partisan d'un projet commun avec AREVA. Mais sa démission, en même temps que des obstacles dressés par des hommes d'affaires ukrainiens affiliés aux intérêts russes ont mis un terme au projet.

Aujourd'hui la question d'un joint-venture franco-ukrainien se pose à nouveau. En visite à Paris le 4 mars 2009 Julia Timochenko a abordé avec les dirigeants d'AREVA la possibilité d'exploiter ensemble les gisements d'uranium ukrainiens et de construire sur place une usine de premier cycle d'enrichissement.

Les conflits gaziers à répétition mettent en évidence un besoin d'alternative tant énergétique que politique aux hydrocarbures. Les pays possédant des grosses réserves de gaz ne sont pas, hélas, porteurs d'une vision démocratique du monde. Au contraire: la Russie, l'Iran, l'Arabie Saoudite ou encore le Nigeria sont au mieux à la recherche du confort politique pour leurs régimes au pouvoir, si ce n'est de l'augmentation de leur influence sur les pays consommateurs. Un tel contexte oblige à faire appel au nucléaire, avec toutes les précautions et dans le respect des standards de sécurité.

En tout état de cause, une telle collaboration avec l'Ukraine serait de nature à ouvrir à la France des perspectives compétitives au niveau du marché mondial et rassurantes sur le plan politique.

Alla Lazareva

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 13:28
Alexandra Exter, née Grigorovitch appartient à ces artistes de l’avant-garde russo-ukrainienne qui ont  déployé au début du XXème siècle toute l’amplitude de leurs talents en Occident. Le travail d’Alexandra Exter est dominé par le cézanisme géométrique avant de s’inscrire progressivement dans le cubo-futurisme russo-ukrainien.

 Installée avec sa famille à Kiev depuis 1886, elle y fait ses études jusqu’à 1908.  L’artiste voyage beaucoup, mais revient toujours à Kiev où elle ouvre son atelier de décor non objectif en 1914. Peu après, elle entre dans le groupe de Malevitch dont elle est très proche. Alexandra Exter fut une avant-gardiste « la plus française » : elle vit plusieurs mois à Paris où elle côtoie notamment Apollinaire, Picasso, Braque. C’est notamment grâce à ces deux derniers qu’elle se passionne pour le cubisme.

 Grâce à Exter, le cubisme fit une entrée triomphale à Kiev, Odessa ainsi qu’à Moscou. Mais cette grande ukrainienne ne suivit pas aveuglément les influences parisiennes de ses illustres amis, et sa dynamique de recherche passionnée, son talent lui permirent de créer son propre mouvement, son cachet, son école que l’on désigne par le cubo-futurisme russo-ukrainien. La recherche en couleurs est tout particulièrement remarquable et se définit, selon les historiens d’art, comme typiquement ukrainien.

 Le talent de cette kiévienne atteint alors une notoriété sans précédent, elle participe à de nombreuses expositions en Russie et en Ukraine. Ouverte à toute nouveauté artistique, les facettes de son art s’avèrent d’une éblouissante multiplicité; l’artiste s’intéresse au travail dans l’espace, ainsi elle réalise des décorations théâtrales pour une pièce d’Alexandre Tairov qui ne fit appel à elle qu’une fois car … ses décorations extraordinaires avaient fait de l’ombre aux recherches du metteur en scène et au jeu d’acteurs !

 Sa collaboration avec Yakov Protazanov pour le film Aélita (1923) est un véritable chef d’œuvre de la plastique constructiviste dont l’impact a marqué des générations de cinéastes.

 En 1924, Exter émigre en France où elle enseigne dans une école parisienne d’art contemporain. Au début des années 1930, elle se tourne vers des projets de Livres Manuscrits, réalise des marionnettes et des créations originales en céramique. L’Ukraine lui manque terriblement, elle n’a de cesse d’y envoyer des œuvres pour les expositions auxquelles il lui est possible de prendre part. Mais ses œuvres puis son nom finissent par être interdits à partir de 1924.

 Paradoxalement, cette immense artiste mourut à Fontenay-aux-Roses dans un total dénuement , mais aujourd’hui son œuvre est toujours source d’inspiration pour de nombreux  artistes, comme la styliste ukrainienne Lilia Poustovit  qui a présenté une collection inspirée du cubo-futurisme extérien à l’occasion de l’exposition à Kiev au printemps 2008.

 Olga Artyushkina

Images:
1 - Construction Scene with Plastic Gymnastic Figures 1926
Musee National d'Art de Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, France
2 - cadre du film Aélita

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche