Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 15:34

Le prix Prix Henri-Langlois 2009 qui vous a été décerné témoigne de la dimension internationale de votre œuvre. Aviez vous conscience en tournant "Famine 33" de la portée universelle qu'allait revêtir ce film ?

Quand je travaillais sur ce film, j’étais surtout animé par un constant désir de perfection. Je souhaitais que ce film réponde à toutes mes exigences qualitatives. « Famine 33 » a été mon tout premier film, je l’ai réalisé en rassemblant toute mon énergie et toutes mes convictions  en faisant abstraction des réactions qu’il ne manquerait pas de susciter auprès du public.

 

 Dans le cadre de la préparation du film "Famine 33" avez vous eu accès aux archives relatives au Holodomor ?

Oui, j’ai en outre eu l’immense chance d’avoir pour consultant  le remarquable  historien américain, James Mace, qui, à l’époque, était à la tête de la Commission du Congrès des États-Unis sur le Holodomor. C’est par son intermédiaire  que j’ai eu accès aux archives et aux témoignages des survivants.

 

Plusieurs de vos films relatent la vie de personnalités ukrainiennes emblématiques, quel regard portez vous sur l'histoire de l'Ukraine au XXe siècle ?

J’ai une approche très critique de l’histoire de l ’Ukraine au  XXe siècle. J’estime que les bolcheviks sont à l’origine de la plupart des dramatiques évènements auxquels a été confronté le peuple ukrainien.  Il me parait clair que le siècle dernier a été pour l’Ukraine d’une terrible noirceur tant il fut marqué par des tragédies qui auraient pu être évitées sans l’avènement du régime soviétique.

 

Y a-t-il des réalisateurs et des acteurs français qui ont influencé votre vision du cinéma ?

J’aime le cinéma français, surtout la Nouvelle Vague. Je suis tout particulièrement reconnaissant à la France car c’est elle qui a offert au monde le septième art. Parmi les illustres acteurs français, mon acteur préféré est Jean Gabin. Chez les actrices j’aime beaucoup Anouk Aimée.

 

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Pour l’heure je suis en pleine promotion de mon nouveau film « Le Métropolite Andrey » et je m’emploie  à l'élaboration du scénario de mon prochain film dont il ne m’est malheureusement pas possible de vous dévoiler ne serait ce qu’un indice.


Partager cet article

Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 17:04

La Croix : Vous entretenez des relations difficiles avec le président Iouchtchenko alors que vous étiez cote à cote au temps de la révolution orange. Serez-vous candidate à l’élection présidentielle prévue à la fin de l’année et avec quel projet ?

Ioulia Timochenko : Je suis heureuse qu’il y ait, aujourd’hui, en Ukraine, une véritable concurrence politique. Depuis 2005, il existe des pousses de démocratie. Et moi, comme leader de parti, je m’inscris dans cette concurrence. Mais la campagne électorale n’a pas commencé. Nous débattons encore de possibles amendements à la constitution pour savoir si nous devons garder un modèle de république parlementaire ou aller vers un modèle plus présidentiel. C’est pourquoi je ne veux pas faire de déclaration sur ma participation.

Aujourd’hui, la crise économique est notre priorité. Tous nos efforts visent à lutter contre elle. Nous travaillons jour et nuit pour cela et nous réfléchirons à la présidentielle un peu plus tard.

 

L’Ukraine risque-t-elle de se trouver en défaut de paiement ?

Je crois que l’atmosphère un peu hystérique des marchés est simplement le reflet de la crise. Je veux nier absolument qu’il y ait une possibilité de défaut de paiement en Ukraine. Tout d’abord, parce que notre dette publique est très réduite, à 11% du PIB. De plus, les recettes du budget rentrent comme prévu. Nous avons prévu un déficit budgétaire qui est réduit, de 2,9% seulement. Aucune banque ukrainienne ne s’est retrouvée en faillite quand certains pays ont perdu une bonne part de leur système bancaire. Les investisseurs continuent de manifester de l’intérêt pour l’Ukraine. Je viens de rencontrer des représentant du patronat français. Nous discutons notamment avec Areva ou EADS de projet commun, dans le nucléaire et l’aéronautique. Je pense que le meilleur moyen de lutter contre la crise est d’attirer des investisseurs étrangers.

 

Vous avez dit récemment vouloir des relations plus « chaleureuses » avec la Russie. Qu’est-ce que vous entendez par là ?

Je veux me concentrer sur le fait que l’Ukraine est un pays indépendant. Et donc, notre priorité est de faire respecter notre intérêt national. Et donc notre équipe politique, dans ses relations avec la Russie, va respecter cette ligne. Mais il est contre-productif de rechercher des relations de confrontation. Il est meilleur de rechercher une certaine harmonie, pour l’énergie comme pour la coopération dans tous les secteurs industriels. Il me semble qu’il est de notre intérêt de chercher cette harmonie dans un triangle Europe/Ukraine/Russie, ce qui correspond d’ailleurs à la politique de l’Union européenne.

 

Après le renvois cette semaine du ministre des affaires étrangères ukrainien, cherchez-vous toujours votre entrée dans l’UE et l’Otan ?

Bien sûr, le chemin vers la consolidation de nos relations avec l’Union européenne unifie la société ukrainienne. Ce chemin est l’affaire de tous les ministres, et pas seulement de celui des affaires étrangères. Il se poursuivra, quel que soit le ministre. En ce qui concerne l’Otan, il faut prendre en compte tous les aspects. Tout d’abord, l’Ukraine ne peut rester en dehors des grands systèmes de sécurité. Mais nous rencontrons deux obstacles : tout d’abord, l’absence d’unité de la population  puisqu’à peu près 30% des Ukrainiens seulement soutiennent une entrée dans l’Alliance atlantique. Il faut donc travailler la-dessus pour les convaincre. De plus, il y a une absence d’unité des pays européens sur l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan. Il nous faut dialoguer avec l’Allemagne et la France sur ces sujets.

 

A l’heure ou nous parlons, les forces de sécurité effectuent une perquisition musclée, à Kiev, au siège de Naftogaz, la compagnie gazière ukrainienne. Pourquoi une telle démonstration de force ?

Depuis 2005, quand le nouveau pouvoir est arrivé, nous avons engagé une lutte contre la corruption. Nous luttons pour nettoyer le domaine du gaz. Et cette perquisition en est un exemple. Je regrette de constater que ces forces de corruption reviennent, alors que nous pensions en avoir terminé avec cela. La lutte contre la corruption n’est pas une tâche facile. Mais nous obtenons tout de même des résultats.

 

Recueillis à Paris par Alain GUILLEMOLES

Publié à La Croix, le 5 mars 2009: http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2366951&rubId=4077

Partager cet article

Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 16:39

La journée de la Femme

 “Нема вірнішого приятеля, як добра жінка”
Українська приказка

 « Il n’y a pas de meilleure amie de l’homme que la bonne femme »
Proverbe ukrainien


 Le 8 mars, le petit matin. Il fait encore gris dehors. Une matinée parisienne assez ordinaire… Comme d’habitude, mon mari allume la radio et la journée la plus triste de l’année commence.

Une voix masculine, un peu monotone, me parle des violences faites aux femmes, des inégalités entre les hommes et les femmes au travail malgré des années de lutte acharnée et impitoyable, des femmes battues et de la haine, du harcèlement moral et des abus de toute sorte qui ont encore lieu dans notre chère France, alors ne parlons même pas du reste du monde !

 Alors je sais que ma journée est foutue, je serai d’humeur exécrable, dès la première seconde, je sens que je suis sévèrement atteinte de « nostalgite aigu » : je pense et repense à ma patrie, à mes amis qui, en ce moment précis, se réveillent tout doucement ou restent paisiblement dans leur lit – ils ne travaillent pas aujourd’hui…

A vrai dire, pour certains de mes anciens compatriotes, le réveil peut s’avérer assez difficile, car la fête a déjà commencé la veille. Le 8 mars est la journée internationale des femmes, tout le monde le sait. En France, on rechigne parfois, car l’idée de la célébrer est venue à l’esprit des communistes. Quant à moi, cela m’est royalement égale, car dans mon pays tout a été inventé par les communistes. Depuis longtemps, c’est un jour férié et c’est la fête la plus populaire et la plus importante émotionnellement après le Nouvel An. Et si c’est une fête, alors notre âme slave, tellement mystérieuse et impénétrable, ressent un fort besoin de grands gestes afin d’oublier, encore une fois, le quotidien pas particulièrement rose. Et qu’est-ce qui est le plus précieux que notre fierté nationale - des belles femmes ?…

Le 7 mars, la veille du grand jour, cela commence à frémir aux bureaux. Les femmes se rendent à leur travail habillées dans leurs meilleurs robes ou tailleurs, selon leur goût, bien maquillées, les talons aiguilles et les tenues extravagantes ne sont pas exclues. Leurs visages sont illuminés.

Leur collègues hommes sont en train de préparer un pot, courent à tout allure pour acheter des fleurs pour les femmes de leur service, les bouteilles du champagne (« Soviétique » ou « Crimée ») et le chocolat sont servies. Les chefs, petits et grands, préparent leur discours, selon leur générosité, ils peuvent prévoir des cadeaux de valeur pour les femmes de leurs entreprises. Une erreur monumentale à ne pas commettre, c’est d’oublier le 8 mars et son sens profond – car les femmes ukrainiennes ne vous le pardonneront jamais ! On appelle toutes les clientes et des partenaires féminins, les cartes postales sont envoyées, les cadeaux et des petits signes d’attention sont prévus. Les coursiers sillonnent la ville… On ne travaille presque pas ce jour-là, mais c’est un moment privilégié pour renforcer les liens au sein d’équipes, nouer et renouer des contacts, détendre l’atmosphère… Au fond, le 7 mars est une journée idéale pour des relations publiques et privées, même si les ukrainiens parfois ne s’en rendent pas compte.

Parce que la fête des femmes est devenue quelque chose d’incontournable dans l’esprit collectif ukrainien qui date encore de l’époque soviétique. Au fil des années, on a laissé de côté l’aspect politique, cela est devenu la célébration de la beauté des femmes, du printemps, de la joie de vivre… Et rien à voir avec la lutte entre les sexes, bien au contraire ! Toute la journée les femmes attendent de recevoir des compliments et des cadeaux, leurs hommes - maris, fils, petit-fils, frères, amoureux, collègues, chefs, inconnus… tous doivent se montrer courtois et plus attentifs que d’habitude. Les restaurants sont pleins, les fleuristes dévalisés, l’alcool coule à flot…

Le 8 mars même, c’est à la maison que la fête continue. Les hommes sont censés exécuter les tâches habituellement féminines : faire la cuisine, s’occuper des enfants, faire le ménage, et…céder à tous les caprices ! Vous souriez, chers Français ? Grâce à l’émancipation, à la révolution du Mai 68 et aux soutiens-gorge brûlés, les hommes français le font déjà depuis longtemps ?…

Mais vous savez, la société ukrainienne d’aujourd’hui est un mélange curieux et surprenant de l’héritage soviétique, des certains progrès et des valeurs traditionnelles. Depuis longtemps, la femme ukrainienne avait le droit de voter et de faire un travail très physique normalement réservé aux hommes. La plupart des femmes ne pouvaient pas ne pas travailler, elles pouvaient demander le divorce, choisir la profession sans demander officiellement une autorisation à leurs pères ou maris, donc faire des choses pour lesquelles les Françaises se sont battues avec tant d’acharnement. Le revers de la médaille de cette « libération » de la femme soviétique - une fois à la maison, elles devaient faire tout ce qu’une femme au foyer fait : s’occuper des enfants, de la cuisine, du ménage repassage, de leurs maris… Car l’homme soviétique est au fond un homme tout à fait traditionnel.

Une femme ukrainienne d’aujourd’hui (dont je fais partie malgré des années d’expatriation), est un être plein de paradoxes et de contradictions, ce qui fait sans doute son charme. Bien évidemment, nous sommes pour l’égalité des chances et des salaires égaux à compétences égales, nous sommes contre la violence et les abus, pour le respect de la femme et de ses particularités. Nous voulons nous-même créer des entreprises et faire de la politique si un jour l’envie nous saisit, nous voulons prendre les décisions et gérer nos vies comme bon nous semble… Mais ! La plupart des femmes ukrainiennes attendent que les hommes restent polis et galants envers elles, un peu macho, mais pas trop, qu’ils payent la note au restaurant, quel que soit le revenu ou statut de la femme ou de l’homme, qu’ils fassent des cadeaux, invitent à faire des voyages exotiques, qu’ils se montrent courtois en toute circonstance, donnent la main lorsque la femme sort du transport en commun, donnent le manteau, ouvrent la porte. Une femme ukrainienne est plutôt flattée, lorsque un homme lui baise la main… En Ukraine nous sommes très attachés aux « signes extérieurs du respect ». Cela vous rappelle la France de l’Ancien Régime ? Et oui, cela encore existe dans mon pays. Et pour les femmes ukrainiennes il y a aucune contradiction entre l’égalité des droits et la courtoisie et générosité affichées des hommes.

Voici une illustration parfaite des différences des mentalités des femmes occidentales et des femmes ukrainiennes. Lorsque je faisais mes études à l’Académie Mohyla de Kiev, nous avions des professeurs d’histoire invitées dans le cadre d’un programme expérimental. C’étaient des femmes anglaises, canadiennes et américaines, très professionnelles et de surcroît, féministes. Un jour, une scène très révélatrice s’est produite. Une prof canadienne, une petite femme toute menue, jamais maquillée, qui portait toujours des vêtements sombres et amples, mais avec une flamme sacrée dans les yeux, a eu une conversation mouvementée avec une prof ukrainienne, qui s’appelait Lutaya (ce qui signifie littéralement en ukrainien « sévère » - et c’était la stricte vérité).

La Canadienne, avec un certain dégoût et un sentiment de supériorité, a expliqué à sa collègue que les femmes ukrainiennes étaient encore bien arriérées par rapport aux féministes occidentales. Et comme exemple, elle a pris le Directeur de la chair d’histoire, son chef, un homme tout à fait charmant, doux et inoffensif.

« Imaginez - dit la Canadienne à l’Ukrainienne, que je vienne demain portant ma nouvelle robe et que Monsieur le Directeur me fasse un compliment. Alors, je peux le traîner en justice pour harcèlement sexuel ! » - et elle a jeté un regard triomphant à son homologue… Et là, tenez-vous bien, car le plus intéressant est à venir… Madame Lutaya met ses mains sur ses hanches comme le font des vraies maîtresses femmes, et répond avec véhémence : « Si, demain, je viens en robe rouge, toute belle et rayonnante, et si Monsieur le Directeur ne le remarque pas, je démissionne sur le champ, car je ne pourrai pas travailler une seconde de plus avec un tel goujat ! ».

J’ai raconté cette histoire non seulement pour démontrer nos particularités culturelles, mais aussi pour répondre à ceux et celles qui trouvent que la fête des femmes est en réalité humiliante pour les femmes et que tous les jours du calendrier les hommes doivent respecter les femmes et leur octroyer tous les droits, les aider au quotidien et pas seulement une seule journée par an. Certes, ils ont raison. Mais pourquoi dans la course effrénée pour ces fameux droits, on doit oublier d’être simplement des femmes, belles et séduisantes ? Pourquoi au travail on doit devenir des pâles copies des hommes, pourquoi un collègue ne peut pas dire « que tu es élégante aujourd’hui ! », d’ouvrir la porte devant nous sans que cela ne soit vu comme un harcèlement ?… Les discours sur la violence et les malheurs féminins durant toute cette journée dans tous les médias et l’absence d’ambiance festive ne remontent absolument pas le moral et n’épargnent pas les femmes françaises de ces mêmes violences et malheurs. Alors que la célébration nous permet de vivre un instant agréable et magique. Est-ce encore une différence culturelle ?

Je suis certes très contente de profiter de tous les avancements dans les rapports hommes-femmes en France. Mais ce que je ne supporte pas dans ma vie française, c’est de me sentir « transparente ». Lorsque j’étais enceinte, j’ai pris mon tram quotidien qui m’emmenait à mon bureau. Je rentre et je ne vois aucune place disponible. Je me mets devant trois hommes assis, mon ventre ne laisse aucun doute sur mon état, mais ces hommes-là, occupés par leur lecture et le paysage, ne font aucune attention à moi et ne bougent pas d’un millimètre. Cet instant précis je me suis sentie inexistante, nulle, humiliée comme jamais. Demander moi-même ? Ultime humiliation ! En Ukraine, nous avons un tas de soucis, des problèmes à régler pour deux cents encore, mais les femmes enceintes ne sont pas obligées de crier pour qu’on leur laisse la place !…

Mais je veux parler aujourd’hui du positif – c’est déjà assez rare de nos jours. La fête de la femme en Ukraine a quelque chose d’un esprit carnavalesque : on échange des rôles , on « se déguise » en gens meilleurs, on joue une sorte de jeu, on festoie, on flirte même (oh, scandale !), on s’abandonne aux plaisirs gastronomiques et à la boisson (surtout les hommes !), on oublie le quotidien parfois triste…

J’exagère un petit peu, je suis ironique et nostalgique et ce jour-là, le 8 mars, je rêve de passer chez moi, à Kiev, comme avant. Il y a bien évidemment le revers de la médaille, la face cachée, comme pour toutes les choses. Mais je n’ai pas envie d’en parler maintenant. Je vous souhaite tout simplement une très bonne fête, mes chères femmes ! Et mes chers hommes !

Olena Yashchuk Codet



image 1: carte postale "8 berznya", 1986, Ovsyannikov 
source:
http://cards.intbel.ru/catalog/detail/?topic=8mart&img=736 
image2: http://samodelki.com.ua/files/images/8march9.jpg

Partager cet article

Repost0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 15:45

Partager cet article

Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 18:02

Emmanuel Lepage, comment est née l'idée de ce projet ?

Le projet est né d'une rencontre entre Pascal Rueff et Morgan, comédiens et Lidwine, président de l'association "Les  Dessin'acteurs". Pascal et Morgan avaient déjà fait deux voyages à Tchernobyl et ont monté un spectacle "Mort de rien" sur la catastrophe. Ils avaient comme projet de créer une résidence d'artistes à Volodarka à 4Okm de la centrale, hors de la zone interdite. Ils ont évoqué ce projet  avec Lidwine. Il fut enthousiaste. Cela s'inscrivait dans la démarche des Dessin'acteurs. Il proposa donc à Gildas Chasseboeuf et moi-même de partir là-bas réaliser un carnet de voyage, ce que nous avons accepté d'emblée. Gildas et moi sommes donc tous deux membres de l'association et respectivement illustrateur et auteur de bandes dessinées. L'idée était de réaliser un livre à partir de nos dessins et témoignages dont les droits seraient reversés à l'association "les enfants de Tchernobyl".

 

Connaissiez-vous déjà l'Ukraine avant ce voyage à Tchernobyl ? Comment ce voyage a influencé votre vision de cette grande tragédie ?

Je ne connaissais pas du tout l'Ukraine avant mon départ, mais Gildas et moi avons tenu à nous y rendre en train afin de mieux d'appréhender la proximité de ce pays... et le lieu de la catastrophe. Nous n'ambitionnions pas du tout d'embrasser la totalité de la catastrophe et de ses conséquences. Notre vision résulte de nos rencontres au village de Volodarka et de ses environs et des personnes rencontrées à Tchernobyl. Je fus frappé cependant de voir combien 22 ans après, l'ombre de la catastrophe étais toujours d'une brûlante actualité, comme cette zone continuait de nourrir les fantasmes et les peurs. Sans doute à l'époque pour moi comme pour beaucoup de français Tchernobyl, c'était loin, c'était l'Est, l'autre coté du rideau de fer. Les informations filtraient peu et sans doute nous ne nous sommes surtout trouvés concernés que par ce fameux nuage qui, comme l'on sait, n'a jamais traversé la France (!). Ce voyage m'a convaincu qu'il n'en était rien, que les préoccupations des gens vivant là bas étaient les nôtres, qu'ils étaient nos semblables, que Tchernobyl nous concernait tous. Je ne peux m'empêcher d'imaginer pareille catastrophe en France. Parlerions nous toujours de développer le parc nucléaire et vanter nos "compétences" dans ce domaine ? Je n'envisage pas pour l'instant un autre voyage en Ukraine, mais qui sait ? Ce voyage ne cesse de me hanter et il est possible que je retourne un jour à Volodarka pour comprendre ce qui là-bas m'a tant touché.

 

Pourriez-vous commenter le choix du titre pour le livre?

Le choix du titre du livre est un oxymoron inspiré du trouble qui nous saisit là bas entre la beauté de ce que nous voyions, cette nature magnifique, les arbres en fleurs au printemps, et la réalité du lieu. Nos sens ne nous disaient rien du réel et c'est sans doute ce qu'il y avait de plus troublant !    

 

Propos recueillis  par Olga Artyushkina

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 17:54

Quand êtes-vous tombé dans la marmite de la BD ?

A l'age de 7 ans, tandis que j'étais à l'école primaire, j'étais émerveillé par un livre que je pouvais emprunter à la bibliothèque scolaire. Il s'agissait d'un album de Grzegorz Rosinski dont j'ai oublié le titre. Par la suite des exemplaires de l'Humanité, seul journal français disponible en URSS, sont parvenus entre mes mains. Pourquoi l'enfant que j'étais alors c'est-il intéressé à ce journal ? Tout simplement parce que la dernière page comportait des extraits d'une bande dessinée de Hugo Pratt. Ainsi, dès mon plus jeune âge je rêvais de dessiner mes propres « films », j'inventais des histoires. J'ai alors décidé de tout  faire pour pouvoir un jour en faire mon métier et d'arriver à ne vivre que de cela. Je suis parvenu à l'age de 22 ans à faire publier mes tous premiers albums. Ce qui n'était pas évident dans notre pays, sachant que le genre y était alors inexistant.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

La question est étrange car à mon sens, la vie est une source inépuisable d'inspiration. Une conversation, un article que je lis ou bien une scène du quotidien peuvent constituer des éléments de scénario. Je lis beaucoup, mais il est rare que des œuvres d'autres auteurs soient de nature à m'inspirer pour faire un album. Je ne pense pas en effet que mon dessin soit à même de  refléter avec une totale fidélité ce que l'auteur du texte a imaginé. C'est pourquoi le plus souvent je suis l'auteur de mes propres scénarios.

 

Avez-vous des projets d'adaptation  de classiques de la litterature comme « Maroussia » de Marko Vovtchok, des nouvelles de Sacher Masoch, ou d'autres œuvres connues en France et ayant un lien avec l'Ukraine ?

« Maroussia » est plus connu en France qu'en Ukraine où on connaît son auteur, Marko Vovtchok, à travers d'autres œuvres souvent très tristes, qui parlent des terribles conditions de vie des paysans ukrainiens au XIXe siècle. Ces thèmes, assez durs, ne m'inspiraient pas vraiment. Vu le succès rencontré par  « Maroussia » dans la littérature de jeunesse en France, je serai curieux de découvrir cette oeuvre. Quant aux œuvres de Sacher Masoch,  auteur que le public ukrainien redécouvre, la « Venus à la fourrure » a déjà été adaptée en BD par un dessinateur français, il s'agit de Crepax. S'agissant des nouvelles et des contes de Masoch se rapportant à la Galicie, ils ne sont pratiquement pas connus en Ukraine.

 

Igor Baranko, avec Maxym Osa, vous plongez le lecteur dans l'Ukraine du XVII siècle, qu'évoque pour vous cette époque ? Quel est votre regard sur la cosaquerie ?

Chaque peuple a des héros qui symbolisent son histoire et ses traditions. Ainsi pour la France, riche d'une multitude des personnages littéraires, quand on évoque le nom du pays, le plus souvent on pense aux mousquetaires. Pour les Américains ce sont des cow-boys du Far West. Pour les Ukrainiens ce sont des cosaques, des guerriers libres respectant un code d'honneur. Il est certain qu'ils s'inscrivent dans une vision romantique et idéalisée en Ukraine. Aussi, j'ai voulu briser cette approche figée et donner une image plus réaliste des vrais cosaques. L'histoire se déroule au début de XVIIe siècle, c'est-à-dire avant les grands bouleversements auxquels est associé le nom de l'hetman Bohdan Khmelnitski.

Avec Maxym Osa, j'ai cherché à faire le portrait d'un aventurier, d'un cosaque indépendant de tous les camps politiques, sachant qu'au début c'était le fondement de la cosaquerie : la liberté avant tout. Dans cet esprit, Maxym Osa n'a pas d'allégeance, il ne cherche pas à savoir qui a tort, qui a raison – les Russes, les Polonais ou les Ukrainiens. Le monde est complexe, fait de nuances et de 1000 couleurs, les catégories ne sont pas tranchées, rien n'est totalement noir ni vraiment blanc. Il y a des bons et des méchants dans les trois camps et cela change selon les circonstances.

 

 

Quels sont vos projets ?

Je travaille actuellement sur le tome 2 de Maxym Osa. J'envisage parallèlement d'adapter en noir et blanc Maxym Osa pour une édition destinée aux publics ukrainien, polonais et russe. Cela se ferait certainement avec le soutien d'Oleksiy Olin, rédacteur en chef du magazine ukrainien consacré à la BD « K9 ». En outre, je démarre un nouveau projet dont le thème est la disparition de la civilisation égyptienne pour les éditions les Humanoïdes Associés.

 

Propos recueillis  par Olga Gerasymenko

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 15:32
La crise gazière a mis en lumière la difficulté des Russes et des Ukrainiens à sortir des rapports de force. Les sujets de contentieux sont multiples.

La crise gazière entre la Russie et l'Ukraine semble en passe de se terminer. Mais la relation des deux pays n'en sort pas améliorée. Entre les deux voisins slaves, tout est prétexte à querelle. « Il a toujours été difficile pour les Russes et les Ukrainiens de s'entendre, relève Roumiana Ougartchinska, auteur de La Guerre du gaz (1). Il ne faut pas croire que cela a commencé après la "révolution orange" de 2004. Si on relit Tarass Boulba, le roman de Nicolas Gogol, on se rend compte que c'était déjà compliqué au XVIIe siècle. Il est difficile pour les Russes d'admettre que l'Ukraine est indépendante et pour les Ukrainiens de se sentir inféodés à un autre pays. »

Dans le domaine politique, les deux pays s'opposent sur tout. Le plus gros contentieux porte sur l'entrée dans l'Otan. Les autorités ukrainiennes y sont favorables. Le Kremlin s'y oppose, considérant que cela reviendrait à « encercler » un peu plus la Russie. Vladimir Poutine a menacé de pointer les armes nucléaires russes vers des objectifs militaires ukrainiens si jamais le pays venait à accueillir une base américaine.

La guerre en Géorgie, l'été dernier, a également été l'occasion d'une poussée de fièvre. Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko a soutenu la Géorgie. L'Ukraine a vendu des armes aux Géorgiens, dont certaines ont permis d'abattre des avions russes. Puis l'Ukraine a organisé fin août, et pour la première fois depuis son indépendance en 1991, un défilé militaire à Kiev. La Russie a considéré cela comme un acte inamical.

Le port de Sébastopol, en Crimée, dans le sud de l'Ukraine, est aussi l'enjeu d'une vieille dispute. Il abrite une base militaire russe. Un accord russo-ukrainien prévoit qu'il est loué à la Russie jusqu'en 2017. L'Ukraine souhaite ne pas prolonger au-delà, tandis que la Russie voudrait bien garder ses quartiers sur les bords de la mer Noire.
Enfin, la Russie s'agace de la campagne ukrainienne pour faire reconnaître la famine de 1933 (holodomor, en ukrainien) comme l'un des grands génocides du XXe siècle. L'Ukraine a entrepris de commémorer tous les ans cette tragédie. Elle demande à la Russie d'ouvrir ses archives. La Russie s'irrite de cet activisme, dénonce les tentatives ukrainiennes de réviser l'histoire... et garde ses archives bien fermées.

Entre Kiev et Moscou, c'est sans doute sur ce terrain que le débat est le plus vif. Les deux pouvoirs en place ont chacun leur vision de leur histoire commune. Pour les Russes, l'Ukraine demeure cette « petite Russie », une province qui a « toujours » été rattachée à Moscou. Vu de Russie, l'Ukrainien n'est pas une langue, à peine un patois. Vladimir Poutine, intervenant au sommet de l'Otan à Bucarest, en avril dernier, n'a pas hésité à dire que l'Ukraine n'est « pas même un pays ».

Les Ukrainiens, et ce n'est pas surprenant, n'ont pas la même vision. Ils tiennent à leur langue et à ses singularités. Ils relèvent que l'Ukraine a « tenté cinq fois de devenir indépendante depuis le début du XIXe siècle ». Ils estiment avoir été maintenus de force au sein de la Russie, qui a réprimé impitoyablement toute manifestation de nationalisme ukrainien. Et aujourd'hui, alors qu'ils sont indépendants, ils n'entendent pas abdiquer leur liberté.
L'intervention russe dans la campagne électorale en Ukraine, en 2004, a précisément été l'un des facteurs ayant déclenché la « révolution orange ». Une fois élu président, Viktor Iouchtchenko a fait connaître son intention de continuer le dialogue avec la Russie, mais en ayant comme priorité de « défendre les intérêts de l'Ukraine ». À la même époque, on a vu, du côté russe, grandir la crainte d'une « contamination démocratique ».

Depuis, les relations n'ont cessé de se tendre. La question gazière sert de terrain d'affrontement. Si, après dix-neuf jours de crise, les deux pays ont décidé la trêve, c'est parce qu'ils ont compris, selon Roumania Ougartchinska, qu'ils avaient « chacun beaucoup à perdre, en termes d'image comme économiquement ». Cette crise, une de plus entre Moscou et Kiev, est la conséquence d'un divorce difficile qui n'en finit pas d'être consommé.
 
GUILLEMOLES Alain
 
(1) Éditions du Rocher, 280 p., 18 €.
Voir aussi La Croix, 19 janvier 2009

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 09:45

A propos de l'Ukraine, il existe une idée reçue bien ancrée parmi les hommes politiques français : l'idée qu'il « ne faut pas contrarier les Russes » en nouant des relations trop étroites avec ce pays qui est « dans leur zone d'influence ». Cette idée est nourrie par une peur ancienne, cultivée depuis un gros demi-siècle. Elle est aussi nourrie par l'illusion d'un équilibre à respecter entre les intérêts géopolitiques. Mais cette vision n'est-elle pas aujourd'hui dépassée ?


La France et l'Allemagne étaient en 2008 les deux pays les plus opposés à l'entrée de l'Ukraine et de la Géorgie dans l'OTAN. Avec cette même préoccupation de ne pas irriter la Russie. Pour préserver aussi leur confort énergétique et ne pas remettre en question leurs approvisionnements en gaz.


Un égoïsme politique contre des principes déclarés. Cette reculade, a été comprise par Moscou comme une victoire sur les Occidentaux et par Kiev, comme une preuve de faiblesse et d'hypocrisie. Mais ce choix de la conciliation avec Moscou est-il le plus à même de renforcer la sécurité européenne ?


Certainement pas. Il y a peu de chances, en effet, que la guerre du mois d'août ait eu lieu si, lors du sommet de Bucarest en avril, la Géorgie et l'Ukraine avaient reçu le Plan d'action pour adhérer à l'Otan. Même si la perspective d'adhésion n'obligeait pas les pays membres du Traité de l'Atlantique Nord à protéger militairement les futurs coalisés, le symbole d'appartenance à la même famille était assez fort pour être dissuasif. Son absence, au contraire, encourage Moscou à employer encore et encore le langage de la force brute. Cette tendance, est-elle vraiment de l'intérêt des Français ?


Ce n'est pas sûr. Car l'habitude de reculer ne laisse pas une marge de discussion confortable. Le 19 décembre, les Etats-Unis ont signé avec Kiev une Charte de partenariat stratégique. Unilatéralement, sans attendre les autres membre de l'OTAN.


Le symbole est moins fort que ne l'aurait été la promesse d'adhésion. Mais il est très important pour l'Ukraine qui se sent en grande insécurité face à la Russie de Poutine et Medvedev. Faut-il expliquer cela par la proximité trop étroite des Etat-Unis et de l'Ukraine ?


Cela reviendrait  à focaliser sur les conséquences  et non sur la cause. Car l'Ukraine se cherche des alliés partout en Occident, mais ne les trouve pas ailleurs qu'en Amérique du Nord. Cette charte entre Kiev et Washington est surtout la preuve d'une absence de la politique européenne commune vis-à-vis de l'Ukraine et de la Géorgie.

 

Auteur:

Alla Lazareva

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 15:32

 « Du gaz, du gaz et encore une fois du gaz » - répliqua la Première Ministre ukrainienne Ioulia Tymochenko à la question d’un journaliste concernant le contenu du rêve qu’elle avait fait à la veille de sa rencontre le 30 juin 2008 à Moscou avec son homologue russe Vladimir Poutine.  Malgré le fait que les négociations intenses entre les parties russes et ukrainiennes ont été menées pratiquement pendant toute l’année 2008, le fournisseur du gaz russe Gazprom et son client ukrainien, Naftohaz Ukraïny, n’ont pas pu trouver un compromis et  terminer la négociation de nouveaux contrats gaziers avec l’Ukraine avant l’expiration de l’année 2008. Dans l’absence des relations contractuelles de long-terme, on assiste donc à une nouvelle confrontation entre le monopole gazier russe et l’opérateur ukrainien, chargé à la fois de la gestion des importations gazières et du transit du gaz russe vers les consommateurs européens à travers le réseau de transport ukrainien.

Si les négociations de nouveaux contrats cette année ont démarré assez tôt et progressaient, semble-t-il, au bon rythme, qu’est-ce qui a finalement empêché aux partenaires de les clore au terme et de ne pas créer des tensions inutiles en pleine saison hivernale, au moment où la consommation du gaz atteint son pic tant en Ukraine qu’en Europe ? Quels sont les principaux points de discord du conflit actuel ? Et quelles peuvent être les implications du nouveau conflit entre le Naftohaz et le Gazprom ? Dans ce qui suit, on essaie d’apporter quelques éléments de réponse à ces interrogations, en abordant le contenu des négociations menées entre les parties russe et ukrainienne au cours de l’année 2008, les raisons de la mésentente actuelle et les motivations des acteurs russes et ukrainiens dans ce conflit.

 

Contenu et enjeux des négociations gazières 2008 entre le Gazprom et le Naftohaz Ukraïny

L’année 2008 s’est caractérisée par la conduite des pourparlers intenses entre le Gazprom et la société nationale ukrainienne Naftohaz. Ces pourparlers ont été impulsés par les initiatives prises par tous les deux partenaires de la négociation :  d’un côté, c’est Youlia Tymochenko, revenue en tête du gouvernement ukrainien suite aux élections parlementaires anticipées du septembre 2007, qui a souligné la nécessité de modifier le schéma existant d’approvisionnement en gaz naturel de l’Ukraine en éliminant des sociétés intermédiaires opaques ; de l’autre, la direction du Gazprom et le gouvernement de Moscou, en faisant référence aux pressions exercées par les producteurs de gaz de l’Asie centrale qui assuraient jusqu’alors la production du gaz consommé par l’Ukraine, a exprimé sa volonté d’augmenter le prix du gaz vendu à l’Ukraine jusqu’au niveau des prix dits « européens », et ce, déjà à partir de l’année 2009.

Le marchandage de nouvelles conditions de livraisons gazières vers l’Ukraine qui s’en est suivi semble avoir abouti à un nouvel accord-cadre, dont les termes ont été posés fin octobre dans le mémorandum intergouvernemental conclu entre Y.Tymochenko et V.Poutine. Cet accord paraît être le fruit des concessions mutuelles faites pour incorporer les principales positions des parties prenantes. Cependant, certaines de ses dispositions paraissent être plus favorables aux intérêts du Gazprom.

 

Termes de l’accord-cadre entre le Gazprom et le Nafothaz

Conformément à la demande de la Première Ministre ukrainienne Youlia Tymochenko, l’accord-cadre prévoyait l’élimination du schéma des livraisons gazières le RosUkrEnergo, société intermédiaire contrôlée conjointement par le Gazprom (50% des titres) et deux hommes d’affaire ukrainiens, Dmytro Firtach (45%) et Ivan Fursin (5%), dont la participation a été la condition de livraisons en Ukraine du gaz de l’Asie centrale.  L’accord prévoyait donc de restaurer le monopole du Naftohaz sur les importations du gaz, qui serait acheté directement à Gazprom. En contrepartie, le Gazprom confirmerait son droit d’effectuer des livraisons directes à certains clients industriels ukrainiens. Qui plus est, la quantité du gaz vendu directement par l’opérateur russe augmenterait substantiellement, passant de 7,5 Mrds de m3 en 2008 à 11,5 Mrds de m3 dès l’année 2009.  Or, l’augmentation de la part du marché ukrainien détenue par le Gazprom signifierait pour l’opérateur d’Etat ukrainien la possibilité de perte des clients les plus solvables, ce qui se répercuterait sur la « santé » financière du Naftohaz.

Deuxième point fondamental, c’est l’augmentation du prix de gaz importé par l’Ukraine, sur laquelle la partie russe insistait depuis le début de l’année 2008.  Sur ce point, l’accord-cadre prévoyait une augmentation progressive, impliquant une période de transition. Une fois cette période terminée, le prix serait calculé, à partir de l’année 2011, selon la formule proposée par le Gazprom, mettant le prix du gaz en relation avec l’évolution du prix des produits pétroliers (mazout et gasoil) sur le marché pétrolier mondial. Mais, malgré l’existence de la période transitoire, le prix de départ que l’Ukraine devrait payer en 2009 serait fixé au niveau de 250 dollars pour mille m3, ce qui représenterait une augmentation substantielle (+39%) par rapport au prix payé en 2008. Cette augmentation, comme nous le verrons plus loin, interviendrait dans le contexte international actuel,  marqué par une forte baisse des prix énergétiques, due à la crise économique et financière, d’où son caractère plus que discutable.

Enfin, pour garantir la discipline des paiements, l’accord-cadre insistait sur le prépaiement de toute la quantité du gaz fourni par le Gazprom à son client ukrainien avant le début de chaque mois ; en cas de non-respect du calendrier des paiements, des pénalités à taux de 0,5% par jour ont été prévues ; tout contentieux commercial entre parties pourrait être résous à travers le recours à la Cour d’arbitrage commercial près la Chambre de commerce et d’industrie de la Fédération russe à Moscou.

 Les tarifs de transit du gaz russe à travers le territoire ukrainien à destination des clients du Gazprom d’Europe centrale et occidentale seraient fixés dans un contrat séparé.  L’accord ne prévoyait qu’une hausse modérée  du taux de transit du gaz russe à travers le réseau de transport ukrainien (progression de 1,6 à 1,7 dollars US pour le transit de 1000m3 du gaz/ 100 km) pour les années 2009 et 2010, avec la possibilité de négotiation d’un nouveau tarif pour les années 2011-2019 ; cependant, les termes de l’accord n’indiquaient aucune formule ou mécanisme de la formation du taux de tarif.  

Bien que les dispositions de cet accord-cadre apparaissent comme étant plus ou moins déséquilibrés en faveur du Gazprom, il semble parvenir à atteindre les objectifs centraux de la négociation. Ainsi, selon la demande du gouvernement ukrainien, il permettait de supprimer les sociétés intermédiaires de la relation gazière russo-ukrainienne, en introduisant davantage de transparence dans le schéma d’approvisionnement de l’Ukraine et en établissant les rapports directs entre le Gazprom et le Naftohaz. Conformément à la position de la partie russe, cet accord prévoyait l’augmentation du prix gazier payé par l’Ukraine jusqu’au niveau dit « européen », tout en accordant une période de transition pour prendre en compte les intérêts du client ukrainien.

Si cet accord accommode les principales demandes des négociateurs, pourquoi n’a-t-il pas été conclu comme prévu avant fin novembre ? Quels sont les facteurs qui ont entraîne les parties vers un conflit qui les oppose aujourd’hui ? Nous estimons qu’il peut y avoir trois facteurs partiellement dépendants l’un de l’autre : premièrement, il s’agit de difficultés de déterminer tant le niveau « européen » des prix d’importation du gaz par l’Ukraine que du tarif de transit auquel aspirent les parties de la négociation ; deuxièmement, tant le contexte que l’enjeu de la négociation ont changé avec la crise économique et financière mondiale, frappant durement aussi bien l’économie ukrainienne que l’économie russe ; enfin, est-il possible que la variable politique, liée à la donne politique en Russie et en Ukraine, a joué le rôle. On essaiera donc d’esquisser rapidement la place de ces  facteurs dans le conflit actuel.



            Difficultés d’estimer le « niveau européen » du prix de gaz importé et de transit

La transition au « prix européen » (« European netback prices ») du gaz constitue la priorité de la politique gazière du Gazprom vis-à-vis des anciennes républiques soviétiques. Cette politique est actuellement soumise à l’objectif de faire disparaître le différentiel entre les revenus obtenus par le producteur russe de ses exportations du gaz vers les pays d’Union européenne et les revenus de sa vente sur le marché des nouveaux pays indépendants. En raison de l’importance de son marché domestique, l’Ukraine, l’un des plus grands pays consommateurs du gaz naturel à côté de l’Italie et de l’Allemagne, occupe une place centrale dans la réalisation de cette stratégie.

Pourtant, la transition vers les «european netback prices » se heurte à quelques difficultés qui tiennent au problème d’estimation de leur niveau. D’une façon générale, pour l’Ukraine, la transition vers les « prix européens » signifiera le passage au prix du gaz à la frontière allemande, moins les coûts de transport. Il faudra aussi en déduire les coûts résultant de l’application par la Russie des droits douaniers de 26,3% à l’ensemble de ses exportations gazières, étant donné que le gaz consommé par l’Ukraine provient de l’Asie centrale et est seulement transité à travers le territoire russe. 

Cependant, la première difficulté survient lors de la définition du prix du gaz à la frontière allemande. L’approvisionnement des consommateurs européens s’effectue traditionnellement dans le cadre des contrats de long-terme, signés entre le Gazprom et les opérateurs nationaux de ces pays. Le prix du gaz fixé dans ces contrats dépend de l’évolution du prix du pétrole brut. Néanmoins, la « formule » utilisée dans ces contrats, c’est-à-dire les paramètres et la relation exacte entre l’évolution de prix du pétrole brut sur les marchés internationaux et le prix contractuel du gaz, relève du secret commercial. L’information précise sur les prix d’importation du gaz russe par les clients européens n’est donc pas disponible. Dans ces conditions, pour connaître le prix d’importation, on est amené à s’appuyer sur diverses estimations indirectes et avis d’experts.

Selon les données publiées par le Ministère de l’Energie et de l’Industrie russe, le prix moyen du gaz russe vendu en Europe en 2008 sera égal à 281 dollars US pour 1 000m3. Ce prix est inférieur au prix signalé par certains autres experts ; par exemple, les experts de Gas Matters, pour lesquels le prix d’importation moyen du gaz en provenance de la Russie sur les marchés des pays d’UE en 2008 était 325 dollars US pour 1 000 m3.

Pour l’année 2009, le prix d’importation du gaz russe à la frontière allemande dépendra principalement de l’évolution des cours du pétrole.  D’après les consultants du projet Gas Strategies, le prix du gaz russe à la frontière allemande (Waidhaus) en 2009 pourra atteindre 441 dollars US en cas de réalisation du scénario « pétrole cher », prévoyant l’augmentation du prix du brut de 126,55 dollars US pour le baril à 128,77 dollars US pour le baril au dernier trimestre 2009 ; le prix du gaz importé pourrait demeurer au niveau de 369 dollars US pour 1 000 m3, si le prix du baril en 2009 enregistre une baisse, passant de 110 dollars US à 83,73 dollars US au dernier trimestre 2009. Comme nous pouvons le constater, aucun de deux scénarios ne prévoit la baisse brusque et profonde des cours du pétrole à laquelle on fait face actuellement en raison du ralentissement de la croissance de l’économie mondiale.

Un autre scénario, plus récent qui a été élaboré par l’East European Gas Analysis, table sur le prix du gaz russe pour les consommateurs européens qui pourra baisser de 500 dollars par 1 000 m3 au dernier trimestre 2008 à 175 dollars pour 1000 m3 à la fin de 2009, à condition que le prix moyen du baril brut se maintienne à 45 dollars.

Tableau 1. Exemple du calcul des prix « européens » pour l’Ukraine sur la période de 2004-2009


Netback calculations

In $/Mcm

2004 (actual)

2005 (actual)

2006 (actual)

2007 (actual)

2008 (estimated by Gas Strategies)

2009 (projected : August 1 forward curve)

2009 (projected : GS base case)

European border price (Waidhaus)

143.05

189.31

246.51

254.48

368.32

441.75

369.07

Minus : exp.duty (26.3%)

37.62

49.78

64.83

66.92

96.86

116.18

97.06

Transit (est.)

27

31.58

36.53

38.35

41.13

43.81

43.81

Ukraine netback (estimated)

78.43

107.95

145.45

149.21

230

281.76

228.2

Actual/projected import prices

50

50-80

95

130

179.5

281.76

228.2

Differential between Ukraine netback and actual import price

28.43

27.95-57.95

49.15

19.21

50.5

0

0

Brent Crude ($/bbl - Q1)

31.95

47.5

61.75

57.75

96.77

128.69

100.47

Source : Gas Matters, septembre 2008

Le deuxième élément-clé dans la définition du « prix européen » pour l’Ukraine est le coût de transport ; ces coûts varient selon le niveau de tarif de transit commandé par les pays transiteurs. Bien que, comme dans le cas de formule du prix du gaz, l’information concernant la formation et le niveau exacte des tarifs ne soit pas complètement transparente, on dispose des informations générales concernant le niveau du taux de transit fixé par les pays transiteurs européens. Selon le Secrétariat de la Charte énergétique, ce taux oscille entre 2,42 dollars US pour 1 000 m3 pour la distance de 100 km à travers le territoire allemand jusqu’à 3,8 dollars US pour le transit la même quantité et distance du transit à travers le territoire tchéque. Cela étant, il convient de déduire 41,5 dollars, correspondant aux frais de transport du gaz russe à la frontière allemande. Il convient aussi de rappeler que cela comprend l’acheminement du gaz russe à travers le territoire ukrainien, qui se réalise actuellement à taux de transit égal à 1,6 dollars pour l 000 m3. Le taux de tarif appliqué actuellement par l’Ukraine est donc sensiblement plus bas que les tarifs en vigueur dans d’autres pays européens. Or, cela rentre en contradiction avec certains facteurs fondamentaux utilisés pour le calcul du taux de tarifs, tels que la longueur du réseau (plus le réseau est long, plus élevé doit être le tarif de tarif), les coûts du capital et le besoin d’amortissement.


Graphique 1. Réseau de transit ukrainien

 

 Source : Gas Matters, décembre 2008

Tableau 2. Volume du gaz russe acheminé à travers le territoire Ukraine dans les années 2000-2007

Gas transported through Ukraine, Bcm

Year

Total

To Europe

To CIS

2000

123.6

109.3

11.3

2001

124.4

105.3

19.1

2002

121.6

106.1

15.1

2003

129.2

112.4

16.8

2004

137.1

120.3

16.8

2005

136.4

121.5

14.9

2006

128.5

113.8

14.7

2007

115.2

112.1

3.1

Note: Excludes volumes for domestic use

Table: Gas Matters Source: Naftogaz


Source : Gas Matters, décembre 2008

 

Estimation du prix d’importation du gaz et du taux de tarif dans le contexte de la crise économique et financière

A la lumière de ces quelques éléments de la formation du « prix européen » du gaz  et du tarif de transit pour l’Ukraine, comment peut-on évaluer la proposition de prix et de tarif faite par le Gazprom  à la partie ukrainienne?

Tout d’abord, force est de constater que le prix de 250 dollars pour 1000m3, proposé comme le prix de départ de la transition vers le niveau « européen », est issu du scénario de l’ « énergie chère » ; ce prix assume explicitement que les prix énergétiques vont rester au niveau très élevé, observé avant la crise actuellement. La proposition initiale du Gazprom ne prend pas en compte la possibilité de la chute brutale des prix du pétrole et du gaz. Si l’impact dépressif de la crise actuelle sur le prix du pétrole persiste, comme le montre le tableau 1, le prix du gaz russe à la frontière allemande pourra revenir à son niveau des années 2004-2005, soit au niveau de 160-170 dollars US pour 1 000m3. Pour l’Ukraine, cela équivaudra au prix de 80-100 dollars US.  Notons que cette diminution ne pourra intervenir qu’en deuxième moitié de l’année 2009, compte tenu de l’existence du lag temporel entre l’évolution du prix de pétrole brute et le gaz. Etant donné l’existence de ce lag, le prix gazier risque de rester au niveau élevé durant les premier mois de l’année 2009. C’est donc en s’appuyant sur cette logique que le monopole russe évoque la menace d’augmenter le prix du gaz pour l’Ukraine au niveau de 450 dollars dès le janvier 2009. Notons aussi que la crédibilité de cette menace s’amenuise face à la baisse de la demande du gaz, entraînée par la crise qu’éprouve le secteur industriel ukrainien.

Ensuite, pour ce qui est de la transition vers le niveau « européen » du transit, notons que ni le taux de transit à 1,7 dollars, initialement proposé par le Gazprom, ni même le niveau de 2 dollars pour, sur lequel insiste actuellement le gouvernement ukrainien, ne reflèteraient pas le niveau économiquement justifié. Comme nous l’avons mentionné, en raison de divers facteurs, un tel niveau serait bien au-dessous du niveau commandé par la plupart des autres pays de transit européens. Plus important, le niveau de tarif de 1,7-2,0 dollars US ne semble même couvrir intégralement les coûts nécessaires pour assurer le transit du gaz russe vers les consommateurs européens. En effet, selon les résultats de l’audit international réalisé par Ernst&Young, le tarif adéquat, c’est-à-dire celui qui prend en compte l’ensemble des coûts, y compris les coûts du capital, déterminé par l’accès au crédit, qui seraient a priori plus élevés pour les compagnies ukrainiennes que pour les sociétés de plusieurs autres Etats européens, sera égal à 5,11 dollars pour le transit de 1 000 m3 pour 100 km. En cas de transit au-dessous de ce niveau, il se trouve donc que l’opérateur d’Etat ukrainien est obligé de subir des pertes financières qui sont à l’origine de la dégradation de l’état physique du réseau de transport et d’assurer de facto le subventionnement du transit du gaz russe vers les consommateurs européens. Compte tenu de l’importance de la quantité du gaz transité par l’Ukraine, le montant de ces subventions est non-négligeable (jusqu’à 5,9 Mrds de dollars pour l’année 2009). Or, il n’existe aucune raison pour ce subventionnement, a fortiori au moment où la position fiscale du gouvernement ukrainien se trouve largement affaiblie du fait de l’impact de la crise. L’augmentation du taux de transit apparaît donc non seulement comme une solution logique, mais aussi comme une solution absolument indispensable pour que l’Ukraine soit en mesure de respecter ces responsabilités internationales dans ce domaine.

 

En guise de conclusion

Malgré le maintien de contacts bilatéraux et les négociations intenses au cours de toute l’année 2008,  un nouvel accord sur les livraisons du gaz en Ukraine et son transit à travers le territoire ukrainien, nécessaire dans le contexte d’absence du cadre contractuel de long-terme, n’a pas été trouvé. Le contentieux actuel résulte donc d’une combinaison de facteurs, parmi lesquels la difficulté d’estimer le niveau de prix « européens » de l’importation du gaz et du transit, la modification de l’importance des enjeux sous-jacents à la relation gazière entre la Russie et l’Ukraine dans le contexte de la dégradation de leur situation économique du fait de la crise, et la non-prise en compte de certaines demandes de la parties ukrainiennes qui semblent pourtant justifiées.

 

P.S. : Bien sûr, nous ne pensons pas que l’enjeu du conflit actuel concerne uniquement le prix d’importation et le tarif de tarif ; d’autres variables qui relèvent davantage d’ordre politique, comme la suppression du schéma d’approvisionnement de la société intermédiaire RosUkrEnergo, qui semble être un acteur politiquement influent tant en Russie qu’en Ukraine, peuvent bien s’entremêler des considérations économiques.

 

Quelques références 

Sur la formation de « European Netback Prices » :

Gas Matters, <http://www.gas-matters.com>, en particulier les numéros du janvier-février et du septembre 2008

East European Gas Analysis, 2009 Gas Sales Down to the Level of 2007: European Price at $175/mcm in Q-4 2008  <http://www.eegas.com/>

Institute for Economic Research and Policy Consulting, “How to “deal to “European gas prices” in Ukraine?”, Advisory Paper 06, October 2008, <http://ierpc.org/ierpc/papers/pp_06_en.pdf>

 

Sur la formation du tarif de transit:

Energy Charter (2006), Gas Transit Tariffs in Some ECT Countries, <http://www.encharter.org/fileadmin/user_upload/document/Gas_Transit_Tariffs_-_2006_-_ENG.pdf>

Vitrenko Youri, “Gas Transit and the Price of Imported Gas: Economic Justification”, les 19-25 janvier 2006, Dzerkalo Tyjnia, <http://www.mw.ua/2000/2229/61731/>

 


Sergiy CHUKHNO,
                Economiste

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 09:16
Résolution du Parlement européen du 23 octobre 2008 sur la commémoration de l'Holodomor, la famine artificiellement provoquée en Ukraine (1932-1933)

Le Parlement européen,
– vu le traité sur l'Union européenne,
– vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales,
– vu la convention des Nations unies pour la prévention et la répression du crime de génocide,
– vu la déclaration conjointe publiée au cours de la 58e session plénière de l'Assemblée générale des Nations unies sur le 70e anniversaire de l'Holodomor en Ukraine, soutenue par 63 États, dont l'ensemble des 25 États membres de l'Union européenne (de l'époque),
– vu la loi ukrainienne relative à l'Holodomor de 1932-1933 en Ukraine, adoptée le 28 novembre 2006,
– vu la déclaration du Président du Parlement européen, du 21 novembre 2007, à l'occasion du 75e anniversaire de la famine en Ukraine (Holodomor),
– vu la déclaration finale et les recommandations de la 10e réunion de la commission de coopération parlementaire UE-Ukraine, adoptées le 27 février 2008,
– vu l'article 103, paragraphe 4, de son règlement,

A. considérant que le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales est un principe fondamental de l'Union,
B. considérant qu'en vertu de la convention des Nations unies pour la prévention et la répression du crime de génocide, sont considérés comme des crimes les actes ci-après, commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux: meurtre de membres du groupe, atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe, soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle, mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe, et transfert forcé d'enfants du groupe vers un autre groupe,
C. considérant que l'Holodomor, la famine de 1932-1933, qui a causé la mort de millions d'Ukrainiens, a été planifiée de manière cynique et cruelle par le régime stalinien pour imposer la politique soviétique de collectivisation de l'agriculture contre la volonté de la population rurale d'Ukraine,
D. considérant que la commémoration des crimes contre l'humanité perpétrés au cours de l'histoire de l'Europe devrait permettre d'éviter la répétition de crimes semblables à l'avenir,
E. considérant que l'intégration européenne se fonde sur la volonté de surmonter les événements tragiques du XXe siècle et la reconnaissance que cette réconciliation avec une histoire difficile ne dénote en rien un sentiment de culpabilité collective, mais qu'elle constitue une base solide sur laquelle il sera possible de construire un avenir européen commun fondé sur des valeurs communes, ainsi qu'un futur collectif et interdépendant,

1. fait la déclaration suivante au peuple ukrainien, et notamment aux survivants de l'Holodomor qui sont toujours en vie, ainsi qu'aux familles et aux proches des victimes:
a) reconnaît l'Holodomor (famine artificielle de 1932-1933 en Ukraine) comme un crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l'humanité;
b) condamne fermement ces actes commis contre la population rurale d'Ukraine, caractérisés par une extermination et des violations massives des droits de l'homme et des libertés;
c) exprime sa sympathie à l'égard du peuple ukrainien victime de cette tragédie, et rend hommage à ceux qui sont décédés en conséquence de la famine artificielle de 1932-1933;
d) invite les États issus de l'éclatement de l'Union soviétique à permettre un libre accès aux archives relatives à l'Holodomor en Ukraine en 1932-1933, qui pourront être ainsi examinées en profondeur afin que toutes les causes et conséquences de l'Holodomor soient révélées et étudiées en détail;

2. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'au gouvernement et au parlement de l'Ukraine, au Secrétaire général des Nations unies, au Secrétaire général de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, ainsi qu'au Secrétaire général du Conseil de l'Europe.



Etendue de la famine 1932-1933

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche