Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 08:46
http://smereka.org.ua/img/news/200906/4672586.jpgLe Peuple ukrainien est appelé à élire son nouveau Président le 17 janvier 2010. Afin de permettre aux Ukrainiens de l’Etranger de prendre part à cette consultation électorale, des  commissions électorales ont été constituées dans plusieurs pays.

En France, les citoyens ukrainiens bénéficient de deux commissions ; c’est auprès de celles-ci et jusqu’au 15 janvier 2010, qu’ils peuvent s’assurer de leur inscription sur les listes électorales.

La commission 106 couvre tout le territoire français à l’exclusion des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc -Roussillon et Corse.
Elle est installée au centre culturel ukrainien,
22 avenue de Messine 75008 Paris
tel : 01 43 59 03 53.
(elle est ouverte du lundi au vendredi de 16 h à 19 h).

La commission 107 est compétente pour les citoyens ukrainiens résidant des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc -Roussillon et Corse.
Elle est installée au Consulat
38, rue Roux de Brignoles 13006 Marseille
 tel : 04 91 63 65 99.
(elle est ouverte du lundi au vendredi de 9 h à 13 h et de 14 h 30 à 18 h).

 
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 12:35
La délicate et sensuelle Rosava a vu le jour à Skvyra, petite ville située à une centaine de kilomètres de Kiev. Issue d’une famille ancrée dans une Ukraine multiséculaire, à la fois chaleureuse et musicale, la petite Olenka a grandi en alternant vie citadine et escapades champêtres, traversant comme une onde l’immensité océane des champs de blés.

Après de nombreuses scènes et récompenses tels que les premiers prix des festivals Orfey, Tchervona Routa ou Mayboutne Oukrainy, Rosava a passé la majeure partie de l’année 2000 à enregistrer son premier album, « A ciel ouvert », qui attire immédiatement l’attention du public et de la critique. Sa carrière est lancée, dans l’esprit le plus spontané du folklore de l’Europe orientale  revivifié par des instrumentations électroniques d’avant-garde.
Rosava.com.ua.jpg

Aujourd'hui Rosava invente une musique plus luxuriante, plus acoustique, d’une légèreté onirique, drapée des sonorités frissonnantes des ténébreuses Carpates.

De murmures en murmures il se dit que Rosava pourrait se produire sur une scène française en 2010. Il s’agira d’un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte !

A voir
le site officiel de Rosava
le site personnel de Rosava

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:23

Le bulletin de décembre 2009 de Perspectives Ukrainiennes est disponible sur la page Archive des bulletins de Perspectives Ukrainiennes.

 

Au sommaire:

- Noël ukrainien à la Mairie du 6ème arrondissement de Paris

- 3 questions à Alexandra Goujon, politologue, auteur de "Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et en Biélorussie (1988-2008)"

- Rosava, fée chanteuse des temps évanouis et de la modernité

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 22:08
Quelles sont les motivations qui ont conduit à la création de la collection ?
C’est principalement le constat – peu original – de la sous-information du public français ou plus généralement francophone sur l’Ukraine. L’ignorance est effrayante, non seulement dans le grand public, mais aussi chez les décideurs où elle peut avoir des conséquences graves : on se souvient de Valéry Giscard d’Estaing comparant la situation de l’Ukraine au sein de l’Union soviétique à celle de la région Rhône-Alpes au sein de la France…

Périodiquement, on me demande encore si l’Ukraine est un Etat indépendant ou une partie de la Russie, si les Ukrainiens sont des Russes, s’il y a une langue ukrainienne…En 2001, ma collègue de l’INALCO Iryna Dmytrychyn et moi-même cherchions un canal qui nous permettrait de contribuer à la lutte contre cette sous-information (qui est parfois d’ailleurs de la désinformation). Nous avons proposé aux éditions de l’Harmattan la création d’une collection consacrée à l’Ukraine dans toutes ses dimensions : historique, culturelle, politique…

On sait que cet éditeur a pour politique de publier, dans des collections thématiques aujourd’hui très nombreuses, le maximum d’ouvrages de sciences humaines. Le faible coût permet la parution de travaux que les éditeurs classiques trouvent trop peu rentables. Aujourd’hui, notre collection est l’une des façons de maintenir en France, comme le dit son nom, une « Présence ukrainienne ».

De quels horizons disciplinaires traite la collection ?

Tout ce qui concerne l’Ukraine y a sa place. Le catalogue comprend actuellement des ouvrages traitant d’histoire, d’archéologie, de linguistique, de littérature, de politique et de géopolitique, et même de cinéma… Nous avons publié des rééditions ou réimpressions de travaux anciens, dont la classique Description d’Ukranie de Le Vasseur de Beauplan et l’essai de Mérimée sur Bohdan Khmelnytsky, des traductions d’ouvrages en ukrainien comme le recueil d’articles de Mykola Riabtchouk et la Grammaire pratique de l’ukrainien de Roksolana Mykhaïlyk, des textes originaux en français comme l’ouvrage sur Grégoire Orlyk issu de la thèse soutenue par Iryna Dmytrychyn.

Quels ouvrages ont, à ce jour, rencontré le plus de succès ?

Celui de Mykola Riabtchouk (De la Petite-Russie à l’Ukraine), qui est un politologue de renom et dont le livre aborde des questions extrêmement sensibles relatives à l’identité ukrainienne, à l’interprétation de l’histoire, à la situation politique et géopolitique actuelle du pays, etc. ; et mon manuel (Ukraine, une histoire en questions), qui est un ouvrage d’introduction spécialement destiné au public français. De toute façon, compte tenu des sujets et des publics visés, beaucoup de titres se vendent naturellement sur une longue période. Les rééditions de Le Vasseur de Beauplan et Mérimée signalées plus haut, par exemple, sont les seules actuellement disponibles. Mais, à mon avis, le vrai succès ne se mesure pas forcément aux résultats des ventes : un seul ouvrage dans une bibliothèque bien fréquentée peut avoir plus d’importance à terme.

A quelle typologie de lectorat s'adressent les ouvrages de la collection ?
C’est très variable selon les cas. Certains titres visent un public assez large, d’autres sont plutôt destinés à des spécialistes. Parfois, des lecteurs peuvent s’intéresser au même ouvrage pour des raisons tout à fait différentes : le Maroussia élaboré par Iryna Dmytrychyn combine ainsi le fac-simile de l’édition originale de ce classique de P. J. Stahl, qui continue d’être lu par les enfants, et la reproduction inédite de l’original en français de Marko Vovtchok qui l’a inspiré, destiné plutôt à des amateurs de littérature. Nous pensons qu’un livre qui a un vrai contenu, qui mérite d’être publié, trouvera ses lecteurs. Beaucoup de nos lecteurs sont évidemment des Ukrainiens ou des Français d’origine ukrainienne, mais nous avons toujours le souci et l’espoir de toucher le public français général – celui à qui il faut faire découvrir l’Ukraine, son histoire, sa culture, l’enjeu qu’elle représente actuellement…

Quelles seront les prochaines parutions de la collection ?

Parmi les projets les plus avancés figurent la traduction commentée d’un témoignage sur la grande famine de 1933, et des contes : La Moufle, qui sera publié en édition bilingue illustrée, et des contes de Marko Vovtchok.

link
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:24
Quelles techniques picturales utilisez vous ? Et où puisez vous votre inspiration ?
 J’affectionne une grande diversité de procédés techniques. Mes œuvres les plus récentes se caractérisent par un graphisme contemporain noir et blanc que j’accompagne de collages mixtes. J’utilise des crayons de couleur ainsi que différents éléments visuels du quotidien. J’y ajoute par exemple des timbres, des morceaux de lettres, des feuilles mortes ou de vieilles photos...Je m’attache à dessiner les mouvements de mon monde intérieur, mes illusions ainsi que mes visions. Je m’exprime de toutes ces façons pour communiquer avec mon public. Chaque œuvre représente un message poétique. Mes sources d’inspiration sont multiples ; il y a pêle-mêle la nature, mes amis, mes souvenirs d’enfance, mes lectures et notamment les poètes latino-américains ainsi que le grand Joseph Brodsky.

Quelle place occupe l’artiste dans la société contemporaine ukrainienne ?

 Le public ukrainien est désormais très informé et d’une grande ouverture d’esprit. Je crois que  l’artiste a vocation à s’affirmer certes dans son périmètre culturel national mais surtout à témoigner de la beauté du monde et de sa complexité. L’homme a besoin d’une interprétation artistique de son environnement ainsi que de lui-même. Pour cela je suis convaincue qu’il faut se référer aux travaux des vieux maitres pour développer une voie créatrice personnelle.

Quel est le contexte économique de la création artistique ukrainienne ?
Il est toujours difficile pour les créateurs ukrainiens de gagner leur vie par le seul exercice de leur art. Nombre d’entre eux ont recours à des activités complémentaires. Il est clair qu’un modèle économique reste à définir, un schéma de financement conjuguant fonds publics et privés. Cela permettrait à l’art contemporain ukrainien d’asseoir son développement et sa diffusion hors frontières. Les échanges constituent les fondements de la création. Pour ma part je participe, dans le cadre de l’association D.F. & E.W.A. (Dorothea Fleiss & East West Artists), a de nombreux événements en Europe. Je suis à ce titre venue en France, à Paraza pour le 12eme symposium d’art contemporain en septembre dernier.

Le site de l'artiste

Propos recueillis par Tetyana  Zhabchyk 
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 15:09
A une centaine de jours des élections présidentielles ukrainiennes, la course à la magistrature suprême est déjà bien engagée. Le choix entre la Russie et l'Occident reste toujours un élément de clivage, mais il inspire moins d'espoir et d'enthousiasme qu'il y a 5 ans. Le premier tour de scrutin est prévu pour le 17 janvier prochain.

Les sondages s'accordent pour désigner les poids lourds de l'élection à venir. Certains d’entre eux occupaient déjà le devant de la scène au moment de la Révolution Orange. Ils promettent les meilleures perspectives au premier ministre ukrainien Yulia Timochenko (entre 18% et 22% intentions de votes au premier tour) et au dirigeant du Parti des régions Victor Yanoukovich (entre 20 et 30%). Au second rang des candidats ayant une chance de gagner, figurent le Président actuel Victor Youchtchenko (entre 8 et 18%), l'ex-dirigeant de la Banque Nationale Serguiy Tygipko et l’ancien président du parlement Arseniy Yatsenyuk.

S’agissant de Victor Yanoukovich, il demeure constant dans l’affirmation de ses sympathies, voire de son allégeance, à l’égard de la Russie. L’homme de Donetsk, met ostensiblement en avant son combat pour la reconnaissance de la langue russe comme deuxième langue nationale et s'oppose vigoureusement à tout rapprochement avec l'OTAN. En revanche, les priorités géopolitiques des candidats de « la nouvelle vague » ne sont pas si perceptibles.
C’est notamment le cas d’Arseniy Yatsenyuk (entre 4 et 13% d'intentions de vote). Cet homme de 35 ans a effectué une carrière fulgurante passant d’un poste de juriste au sein la banque Aval à celui de Ministre de l'économie de la Crimée, puis de Ministre des affaires étrangères à la Présidence du Parlement. Dans ses slogans et déclarations officielles, il se positionne comme un homme politique moderne et pro-occidental. Toutefois, le soutien qu'il reçoit d'un homme d'affaires connu pour ses intérêts en Russie, Dmitro Firtash, éveille des doutes sur sa capacité à poursuivre une politique tournée vers l'Ouest.                                                       
Yulia Tymochenko ne paraît pas non plus très tranchée sur les questions se rapportant à l’alliance transatlantique. Le premier ministre évite, dès qu'elle le peut, de s'exprimer clairement sur l’éventualité d’une intégration de l'Ukraine à l'OTAN. Cela lui apportera, peut-être, quelques voix de plus, au Sud et à l'Est du pays, mais manifestement lui fait perdre des soutiens dans les régions de l'Ouest.

Quant à l’actuel Président, sa vision de la politique internationale est d’une limpidité exemplaire. Il ne perd jamais une occasion pour affirmer qu'il veut mettre l'Ukraine sur les rails d’une adhésion à l'Union Européenne et d’une intégration à l'Otan, dés que cela sera possible. Seulement, l'efficacité tactique de Victor Youchtchenko tarde à accéder au même niveau que ses ambitions. Et ses sympathisants sont si fatigués d'attendre les changements promis qu'ils risquent ne pas se mobiliser  pour le prochain rendez-vous électoral.

Que dire de Serguyi Tygipko ? Cet homme d'affaires proche de la cinquantaine prétend financer sa campagne électorale par ses propres moyens, sans l’appui des oligarques du pays. Avec ses 2 à 6 % de potentiel électoral, il se garde, pour l’heure, de toute déclaration sur ses choix  géopolitiques. Faisant le constat que ni l'Union Européenne, ni l'OTAN ne sont des objectifs faciles à atteindre, il met l'accent sur la vie quotidienne qu’il ambitionne d’améliorer.

Il y a cinq ans, les ukrainiens qui soutenaient la Révolution Orange formulaient des projets audacieux pour l'avenir de leur pays. Le froid venu de l'Ouest et inspiré par les brumes nuageuses de l'Est a installé un certain fatalisme empreint de tristesse dans cette tranche de population, autrefois prompte à se mobiliser. Face au revanchisme du Kremlin, peu perçu dans les pays occidentaux, l'Ukraine se sent ouverte à tous les vents, à un carrefour où chemins et impasses semblent se confondre.

Alla Lazareva, journaliste à la BBC


Partager cet article
Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:58
Bienvenue à Midni Bouky, une petite ville étrange perdue dans les Carpates. Yurko Banzaï, un professeur de biologie inexpérimenté, y est envoyé pour faire ses premières armes ; amateur de culture underground, il est jeune et consomme des drogues en tout genre.

Il remarque très vite Dartsia Borges, jeune femme timide et rejetée par tous, en particulier par les pestes telles que Irynka, dite « Piggy la Cochonne ». Les cours passent, les journées se ressemblent, Yurko ne pense qu’à Dartsia. La belle et énigmatique Dartsia.

Mais très vite le vent tourne. Des phénomènes étranges se produisent. Des hiboux envahissent la ville, des gens disparaissent, une épidémie de grippe gagne le collège. Les rues se vident, tout comme les salles de classe. Des rêves déconcertants s’enchaînent et se poursuivent nuit après nuit jusqu’à effacer la réalité elle-même…

Lyubko Deresh réussit un tour de force avec Culte en nous entraînant dans un roman fantasque qui fait revivre la culture pop-rock musicale et littéraire. Hendrix, Led Zeppelin, Kerouac ou Burroughs sont les références incontournables de ce livre d’initiation léger et profond à la fois, qui, sous couvert du fantastique, dresse une critique ingénieuse d’une Ukraine post-communiste à la recherche de son identité.

« Culte »  de Lyubko Deresh
Traduit de l’ukrainien par Oksana Mizerak
312 pages  - Éditions Stock
Date de parution : 26 août 2009
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:32
Qu’est-ce qui selon vous caractérise la littérature ukrainienne contemporaine ? En quoi peut-elle intéresser les lecteurs occidentaux ?
L’Ukraine peut intéresser les occidentaux grâce à sa situation particulière et unique : son chaos politique, les absurdités et les paradoxes de la vie quotidienne… c’est assez exotique. Andreï Kourkov est connu à l’étranger grâce à ses romans qui racontent cette réalité ukrainienne à la fois bizarre et captivante…

Quelle perception ont les écrivains de la question  linguistique et de la coexistence des langues ukrainienne et russe ?
Il y a des auteurs ukrainiens qui écrivent en russe tel Andreï Kourkov et d’autres qui écrivent en ukrainien. Le plus important, c’est le sentiment en fonction duquel l’écrivain se définit comme appartenant à la culture ukrainienne ou russe. Il y a des auteurs nés en Ukraine, mais qui culturellement se sentent russes, c’est notamment le cas de Michail Elisarov, originaire de Kharkiv. L’identité ukrainienne n’est pas encore tout à fait établie, il est toujours difficile de s’y retrouver. Et les hommes politiques ukrainiens d’aujourd’hui jouent beaucoup sur cette notion floue. La question de la langue n’est pas déterminante.

Vos romans contiennent-ils un message d’ordre politique ? quelle est votre attitude envers la politique ?
Je m’intéresse à la politique en général, mais la  vie politique ukrainienne est basée sur les intrigues, ce n’est pas la lutte des idéologies, des opinions comme c’est le cas ailleurs. Je ne sens pas que mon choix va changer quelque chose. Aussi, comme beaucoup d’ukrainiens, j’ai « décroché ».

Quels auteurs occidentaux, notamment français avez-vous lu ?
Durant mon enfance j’ai lu de nombreux auteurs américains, d’inspiration hollywoodienne, puis j’ai découvert les auteurs ukrainiens, tels que Yuri Izdryk, ou Yuri Andrukhovych… Parmi les écrivains français contemporains, je connais Amélie Nothomb et Frédéric Beigbeder. S’agissant des auteurs majeurs du XXème siècle, j’apprécie tout particulièrement Jean-Paul Sartre, Albert Camus, l’école structuraliste française… par ailleurs, je suis intéressé par le cinéma français indépendant.

Quelles sont vos sources d’inspiration ? D’où viennent cette sagesse, cette expérience, cette maîtrise incroyable de la langue à un si jeune âge ?
Tout vient de mon environnement familial, de mon éducation et de l’amour de la lecture qui m’a été inculqué par ma famille dès mon enfance…J’ai énormément lu…



Propos recueillis par Olena Yashchuk dans le cadre de la soirée-événement organisée par le club littéraire ukrainien et l’espace culturel de l’ambassade d’Ukraine en France

 

 link

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 08:51

« Ne pense pas au rouge » est l'histoire d'une jeune ukrainienne qui abandonne une vie toute tracée pour s'en aller chercher l'amour et le bonheur au delà des frontières... s'agit-il d'un récit autobiographique, les personnages sont ils fictifs ?

 

Sans être totalement autobiographique il est clair que ce livre s'inspire énormément de mon parcours de vie. Des proches peuvent s'y retrouver quasiment traits pour traits. Ainsi la mère de Dmytryk, un ami gay, a reconnu son fils dans le roman et a découvert à cette occasion son orientation sexuelle, alors que j'avais pourtant changé son prénom. Cela a eu pour conséquence d'inciter Dmytryk a avoir plusieurs conversations avec ses parents. Ils arrivent enfin à communiquer même si pour l'heure ils leur est encore difficile d'assumer cette réalité. Autre détail du roman, j'ai rencontré mon mari Darell lors du concert d'un saxophoniste qui avait pour nom Jim...

 

Avez-vous déjà essayé d'écrire directement en anglais ?

 

Oui, de courts récits...que mon mari apprécie. Mais il est évident que mon anglais n'est pas d'un niveau shakespearien. Mais je n'oublie pas que la littérature anglaise a toujours su accueillir des auteurs immigrés comme par exemple Joseph Conrad, né lui aussi en Ukraine ! Qui sait si un jour je ne tenterai pas l'expérience ?

 

En qualité de journaliste au service ukrainien de la BBC, quel auteur contemporain recommanderiez-vous à un public non ukrainien ?

 

Sans hésitation je dirais Volodymyr Dibrova. Originaire de Donetsk, il s'est installé aux Etats-Unis en 1996 ; il enseigne à Harvard. Son roman « La Descente Saint-André » est remarquable, il a d'ailleurs été désigné livre de l'année 2007 par le service ukrainien de la BBC.

 

Quels livres français avez-vous lu dernièrement ?

 

J'ai lu tout récemment « Les bienveillantes » de Jonathan Littel. Cette œuvre qui relate les mémoires imaginaires d'un officier SS durant la seconde guerre mondiale a recueilli des critiques élogieuses en Grande Bretagne. Auparavant j'ai lu plusieurs livres de Fréderic Beigbeder... mais ils ont tendance à tous se ressembler !

 

D'une manière générale, est-il plus facile d'aimer et d'aider Ukraine lorsque l'on vit à l'étranger ?

 

Il est bien difficile de donner une réponse globale ! Cela dépend de chacun ! Les anglais disent que la distance renforce l'amour... mais c'est à contrebalancer avec le proverbe « loin des yeux, loin du cœur »...

 

propos recueillis par Olena Yashchuk

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:46

Ce récit  avait été imaginé pour un film avec Hanna Schygulla , Armand Gatti et Philippe Noiret qui avaient déjà exprimé leur plaisir de l’incarner. Cette  rencontre inédite, unique, aurait pu être savoureuse et elle était rigoureusement programmée dans l’espace et le temps. Tout comme celle des héros de cette histoire : des personnes âgées bien décidées à mettre à l’épreuve cette remarque en forme de question de Gaston Bachelard : « L’avenir ? Est-ce ce qui vient vers nous ou ce vers quoi nous nous dirigeons ? ». Des personnes âgées déterminées à agir, voire à renaître , même si la mort qui prend ici la figure de l’enfant apparaît à tous les détours dans l’espace européen que parcourent Roger le Morvandiau et Mykola l’Ukrainien des Carpates.
"Un temps à deux pattes " c'est avant tout un hommage à tous  les gens très ordinaires, qui ont accompli cette  odyssée périlleuse et héroïque qu'est la vie. C’est un chassé-croisé, deux histoires  qui en laissent supposer d'autres, à l'infini, dans la grande valse du temps qui fait de tous les hommes des nuages, ébahis, bringuebalés, sur l’étagère bleue du ciel.
"Un temps à deux pattes " c’est aussi le passage (c’est à dire le franchissement d’un pas) d’un temps à un autre, et comme toujours sans possibilité de retour où se confondent les débuts et les fins.
L’intention initiale d’en faire un film en a fait une forme littéraire particulière : le récit à voir , chaque lecteur ( ou auditeur) devenant un cinéaste dont les images s’impriment sur les écrans intérieurs. Cela marche à merveille comme on peut le constater lors des lectures que donne Jean Bojko de ce texte.
Pour ce qui est de l’auteur disons qu’Ivan Charabara est la figure de l’illettré, du péquenot. C’est un diseur d’histoires, un moulin à paroles, un passionné de la parle, un buveur de canons, un noceur, un rieur, un frétilleur, un titilleur, un goûteur, un danseur, un jardinier (potager), un génie de la mobylette. C’est un bernard-l’hermite, qui a trouvé en Jean  Bojko du TéATr’éPROUVèTe une coquille amicale. C’est l’Autre qui nous chatouille l’esprit et sans lequel nous ne serions que des enveloppes.

Réalisation : TéATr’éPROUVèTe  Abbaye du Jouïr 58800-CORBIGNY  tél 0386200517 theatre.eprouvette@wanadoo.fr  site : www.theatreprouvette.fr


(164 pages éditions de l’Abbaye du Jouïr /TéATr’éPROUVèTe/ 58800-Corbigny)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes
  • Contact

Recherche