Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2023 5 08 /12 /décembre /2023 09:23

Madame la Sénatrice,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur l’Ambassadeur,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Cher Xavier,

“Un avion symbolise la liberté, la joie, la possibilité de comprendre. 
Ces symboles sont éternels.”

J'ai la conviction que cette citation de Richard Bach, qui invite à prendre de la hauteur, tant physiquement que spirituellement, pourrait être votre devise.
Ce qui donne de la hauteur à la condition humaine, c’est être éclairé par une conscience, être animé par des idéaux qui dépassent la défense de ses simples intérêts personnels.

Cher Xavier, c'est pétri d'humanisme et d'espoir, en vous élevant au-delà des réalités partisanes, que vous vous êtes engagés aux côtés des Ukrainiens.
Au fil de vos rencontres, vous êtes parvenu à sonder l’âme de ce peuple multiséculaire et à vous imprégner de son identité profonde.
Vous avez compris que, de tous temps, l’aspiration de l'Ukraine a été de s'émanciper de la domination de Moscou pour bâtir un Etat libre, souverain et démocratique.

C’était le rêve de ceux qui ont proclamé l’indépendance de l’Ukraine en 1991, lorsque vous n'aviez qu'une dizaine d'années, de ceux qui ont mené la Révolution orange et la Révolution de la dignité, de ceux qui ont bravé le gel et les tirs sur la place Maïdan et des Cent célestes qui y ont péri, et de ceux qui continuent de combattre les efforts déployés par le Kremlin pour asservir la Nation ukrainienne !

C’est cet idéal de Liberté qui éclaire les combattants ukrainiens plongés dans la noirceur de la guerre. 
Déployés sur un front immense, ils luttent jour et nuit pour défendre leur pays et forger sa grandeur.

Dès les premiers jours de la guerre d'agression que la Russie a lancée contre l'Ukraine, les troupes russes ont commis des crimes contre l’humanité.  Ils ont pris pour cibles les civils, leur infligeant la mort et la destruction.  Ils ont utilisé le viol comme une arme de guerre.  Ils ont volé des enfants ukrainiens pour tenter de voler son avenir à l’Ukraine. Ils ont bombardé des gares, des écoles, des hôpitaux, des maternités, des orphelinats…

Ainsi que vous l'avez exprimé, Xavier, personne ne peut détourner le regard des atrocités que la Russie a commis et continue de commettre contre le peuple ukrainien.
Nous savons la profondeur de vos analyses et la pertinence de vos interventions médiatiques. Mais surtout nous ne saurions ignorer votre implication sur le terrain au plus proche des lignes de front.
En aidant l’Ukraine, vous accomplissez avec générosité un devoir de solidarité et d’humanité, vous participez à la défense des principes essentiels de non-agression, d’intégrité territoriale, de souveraineté et de règlement pacifique des différends, consacrés par la Charte des Nations unies.

Cher Xavier, c’est en reconnaissance de tout ce que vous donnez, et de l’Humanisme qui vous anime, qu’au nom de Perspectives Ukrainiennes je vous remets le Prix Nathalie Pasternak 2023-2024.
 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2023 2 05 /12 /décembre /2023 22:52
5 questions à Xavier Tytelman, lauréat du Prix Nathalie Pasternak 2023-2024

    1. En 1731 Voltaire écrivait "L'Ukraine a toujours aspiré à être libre", que vous inspire cette citation ?

« L’Ukraine a toujours aspiré d’être libre » - c’est hautement dramatique mais une réalité. Il s’agit d’un peuple qui a une incroyable résilience. Ça fait des siècles et des siècles que les Ukrainiens sont sous la coupe d’autres nations et qu’ils ont réussi à maintenir malgré tout leur identité et leur culture malgré les dames. La résistance et la persévérance sont inhérente à la culture ukrainienne.

Je me souviens de mes cours des relations internationales dans lequel on donnait l’exemple du peuple ukrainien qui, malgré les drames successifs, toujours orchestrées par la Russie depuis des siècles, a réussi à exister, à être grande et pu obtenir sa Liberté.

On peut regretter les périodes pendant lesquelles l’Ukraine aurait pu s’émanciper, par exemple à l’époque napoléonienne. Quand Napoléon a voulu aider l’Ukraine à être libre sur le modèle de ce qu’il avait fait pour la Pologne, les élites ukrainiennes corrompues et pro-russes n’ont pas suivi l’aspiration du peuple. Peuple de guerriers d’élite dont la réputation s’est forgée par des siècles de luttes.

Tout homme, tout humain, a une aspiration à la grandeur, une aspiration à la liberté, une envie de participer à un projet qui le dépasse, cela donne la force de se battre pour faire vivre ces valeurs. Les ukrainiens ont profondément en eux cette soif de liberté qui s’est forgée dans la douleur et dans la souffrance, et ils l’ont gagné en 1991.

Mais la vraie guerre d’indépendance, c’est bien aujourd’hui qu’ils la mènent et il faut s’engager pour les soutenir dans cette guerre, puisqu’elle survient aussi par notre faute. S’ils n’ont pas les armes qui auraient fait renoncer la Russie, c’est à cause des traités signés et qui nous engageaient, notamment le Mémorandum de Budapest qui a amené l’Ukraine à rendre ses armes nucléaires en échange de notre protection. Nous avons financé le démantèlement de l’arsenal militaire ukrainien conventionnel et nucléaire, c’est donc de notre faute s’ils n’ont pas les armes nécessaires pour se battre aujourd’hui. Cette aspiration pour la liberté existe aujourd’hui plus que jamais, réparons cette injustice et donnons aux Ukrainiens le matériel nécessaire pour que cette guerre d’indépendance soit la dernière.


    2. A quel moment vous êtes-vous senti concerné par le destin de l'Ukraine et des Ukrainiens ?

En 2014 j’ai commencé à m’intéresser à la question ukrainienne notamment suite à la tragédie du vol de MH17 qui a été abattu à l’est de l’Ukraine par les russes. Il y a eu une grande enquête internationale basée sur l’Open Source Intelligence à laquelle j’ai participé à mon niveau, en contribuant à la collecte des données disponibles en ligne. Je faisais les analyses techniques pour tenter de comprendre, et des contre-analyses pour essayer de démonter le storytelling russe. A cette époque, mon blog était uniquement consacré aux dimensions techniques de cet accident, et il a acquis une petite notoriété au point de voir mes analyses partagées par l’ambassade d’Ukraine ou d’être invité à expliquer la situation dans les médias. Mon implication pour l’Ukraine remonte donc à 2014.

Par la suite, outre la tristesse de voir le pays se faire démanteler et mon regret de constater que la Russie glissait vers le statut d’État totalitaire, je n’étais pas particulièrement impliqué sur le sujet. J’ai recommencé à m’y intéresser à nouveau lorsque le risque de voir une guerre conventionnelle majeure revenir sur le territoire européen, en avril 2021.

Fin 2021, j’avais notamment fait des interventions expliquant qu’il fallait qu’on se positionne, nous les Occidentaux, pour être cohérents avec ces accords historiques de protection qui nous engageaient. Il fallait qu’on positionne 100 avions de chasse, 200 chars, parce que les russes ne nous auraient pas roulé dessus à cette époque. C’est exactement le contraire que nos politiques ont fait : ils ont annoncé qu’ils allaient se retirer afin de ne pas faire face à face à la Russie, ils ont évacué les ambassades, et cela a été perçu comme un signe de faiblesse et une autorisation par les russes. Je n’étais qu’un simple analyste, je faisais des vidéos et des lives sur ma chaîne Youtube, j’avais fait une analyse technique pour détailler les scénarios d’une attaque russe et des raisons pour lesquelles ça se passerait mal pour eux... Cette vidéo prémonitoire a eu beaucoup de succès, malheureusement.

Au début, ma position vis-à-vis de l’Ukraine était simple : j’ai réagi de la même que si la Grèce était attaquée par la Turquie, l’Espagne par le Maroc, ou Chypre par la Libye. Des choses improbables évidemment, mais j’aurais traité ces sujets de la même manière. La réalité est évidemment devenue toute autre, mon engagement est devenu exponentiel avec la découverte de l’Ukraine et des Ukrainiens. Parce que quand on s’intéresse à l’histoire de ce pays, quand on s’attache à sa population, quand on vient sur place et que l’on constate cette volonté, cette soif de liberté, cette gentillesse profonde, la beauté du pays, absolument tout nous attire et nous donne envie d’encore mieux le connaître. J’ai pourtant énormément voyagé, mais l’Ukraine est à part, c’est un pays dans lequel on se sent forcement à sa place, par ces valeurs portées par toute la population, la cohésion qui existe, des gens qui marchent tous dans le même sens vers un objectif clair, c’est propre et net, on a envie d’aimer ce pays.

Un dernier point, une notion malheureusement invisible pour de nombreux Français, c’est que nous sommes tous concernés par cette guerre que la Russie impérialiste nous mène.

Au début, l’Ukraine n’était qu’un pays européen comme un autre injustement attaqué et qui avait le malheur d’être en première ligne, mais cette réalité du terrain et mon attachement croissant au peuple ukrainien ont finalement fait la différence. Cela donne envie de s’engager autant que nécessaire.


 
    3. Dans quelle mesure la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine a-t-elle changé votre vision du monde ?

Je fais partie de ce qu’on appelle le camp souverainiste, patriote, indépendant, qui pense qu’il faut un État fort avec un président capable de faire passer les intérêts de son peuple avant toute considération, qu’elle soit diplomatique, économique ou politique. Il faut se battre pour la souveraineté nationale, pour obtenir une indépendance stratégique, ce sont des choses en lesquelles je croyais beaucoup. Comme beaucoup de personnes, je voyais un Vladimir Poutine qui donnait l’impression de se battre avant tout pour son peuple. C’est à partir de 2008, avec la guerre contre la Géorgie, que l’on s’est rendu compte que l’impérialisme était son moteur premier et non pas par une volonté d’avoir un peuple souverain, autonome, et heureux. Ce constat n’a été que confirmé par l’invasion de 2014 avec la remise en cause des frontières ukrainiennes, puis de 2022. Il ne se bat évidemment pas pour le bonheur de son peuple, c’est de l’impérialisme pur et Vladimir Poutine est un dictateur qui croit s’inscrire dans les pas de ses prédécesseurs, eux aussi criminels.

Il n’y a donc absolument aucun doute : cette guerre a changé ma vision de la Russie, mais je continuais à intervenir dans les médias russes par principe, car je crois qu’il faut parler absolument à tout le monde, expliquer la situation à des gens déjà captifs de ce storytelling russe. Et les russes ont continué à m’interroger jusqu’à 2022…

Aujourd’hui, chaque jour qui passe ne fait que confirmer que l’on se trouve face à un nouveau fascisme, avec un peuple, un territoire et un chef. On est revenu à ce qui a été la doctrine nazie avant la Seconde guerre mondiale : un peuple slave fantasmé se trouvant dans et hors des frontières de la Russie, une langue russe qui unirait tous ces peuples (un argument au combe de la bêtise, cela revient à considérer que la France devrait annexer la Suisse, la Belgique et le Canada…), et un leader. Les faits ne font malheureusement que confirmer ces craintes, l’histoire se répète.

Pendant très longtemps la Russie a réussi à passer entre les gouttes parce que nous regardions ailleurs, avec un storytelling national qui passait bien. Sauf qu’aujourd’hui, elle nous fait la guerre. Elle nous fait la guerre militairement via l’Ukraine, mais elle nous fait la guerre de nombreuses autres manières, elle organise l’inflation des prix, elle réalise des attaques informatiques, elle renverse des gouvernements alliés, elle organise le flux de migration vers l’Europe, elle organise une propagande anti-française partout, elle utilise tous les leviers disponibles pour nous nuire. Il s’agit d’une vraie guerre hybride et on ne peut pas rester les bras ballants à regardant la Russie nous attaquer et s’en prendre à l’Ukraine pour la dépecer alors qu’il s’agit d’un pays européen qui a une vocation à être encore plus proche de nous. L’Ukraine est la première pièce d’un domino, si elle tombe on observera un enchaînement interminable de crises similaires en Géorgie, en Moldavie, dans les Pays-Baltes ou la Pologne… Et si la Russie montre à tous les régimes autoritaires du monde qu’elle peut obtenir gain de cause par la force, alors ce sera comme l’ouverture d’une boite de Pandore : la Chine tentera d’envahir Taïwan, la Turquie s’en prendra aux îles grecques, le Pakistan attaquera le Cachemire, le Venezuela annexera le Guyana…


4 - Quel regard portez-vous sur l'aviation ukrainienne ? Quel rôle est elle susceptible de jouer dans les prochains mois ?

En tant que passionné d’aviation, ancien aviateur militaire et puis en travaillant chez Air & Cosmos, j’ai un regard particulier sur la dimension aérienne du conflit et je résumerais ma pensée en une simple phrase : il est parfaitement anormal que l’aviation ukrainienne existe encore. On attend d’un pays qui tente une invasion de cette ampleur qu’il détruise tous les moyens aériens de sa proie dans la demi-heure qui suit le début des hostilités. Les pistes aériennes auraient dû être détruites, les hangars bombardés, les avions ukrainiens interceptés ou réduits en cendres...

Et la bonne surprise c’est que le matériel russe n’était pas au niveau que l’on avait tous pensé. Les russes mettaient énormément en avant leur matériel, et quand nous réduisant l’efficacité de nos armes pour ne pas dévoiler notre potentiel réel, les Russes avaient au contraire tendance à accroître les caractéristiques techniques de leurs matériels pour nous impressionner. Jusqu’au jour où l’on peut constater la réalité…

Cette aviation ukrainienne a donc eu un effet absolument stratégique dans le sens où, jour après jour, il y a des dizaines et dizaines d’avions de chasse qui décollent et réalisent les missions. Dans un premier temps, il ne s’agissait que de missions basiques, avec du matériel soviétique à peine modernisé, puisque les Ukrainiens avaient une flotte faible en volume et en capacité en comparaison avec nos standards ou le potentiel théorique russe. Mais l’efficacité de cette aviation et sa capacité à conduire des missions efficaces a largement surpassé nos attentes : bombardements jusque sur le territoire russe, attaque des colonnes de blindés ennemis, soutien des troupes amies, combats aériens… Puis, petit à petit, l’Ukraine a reçu des avions de leurs alliés, de la Bulgarie avec quelques Soukhoy-25, de la Pologne avec des MIG-29, des avions soviétiques mais modernisés.

Dans le deuxième temps, la grande montée en puissance a été rendue possible par l’intégration des missiles venant des pays occidentaux. Les missiles de croisière SCALP de France, les missiles AGM88 américains qui permettent de remonter jusqu’à la source de l’émission d’un radar pour détruire un système de défense aérien ennemie, des bombes planantes pouvant toucher une cible à 70 km de distance...  

La capacité opérationnelle de l’aviation ukrainienne couvre donc aujourd’hui un spectre beaucoup plus large que ce qu’on imaginait un an plus tôt, et cette capacité d’innovation ou à prendre des risques a été payante, avec cette survivabilité inattendue qui ouvre aujourd’hui de nouvelles perspectives.

La montée en puissance observée avec l’arrivée de nouveaux appareils et de nouveaux missiles va être couronné par l’arrivée des F16 que l’on attend pour le 1er trimestre 2024. Cela devrait avoir un effet colossal puisque ces avions permettront de mieux protéger le territoire, en interceptant les missiles ou en empêchant les avions de chasse russes s’approcher à distance auxquelles ils font des bombardements. Ils permettront de lancer de nouveau type de bombes et de missiles, avec de la lutte anti-navires, une variété de missiles et de bombes bien plus étendue… La montée en puissance dépasse tout ce dont on pouvait rêver avant la guerre, et l’on ne peut que regretter le faible volume d’appareils transférés ou la lenteur pour atteindre ce résultat.

Mais c’est néanmoins cela qui est extraordinaire avec l’Ukraine, c’est cette montée en puissance dans tous les domaines. Que ce soit en Mer Noire reconquise à coups de drones navals kamikazes, pour ses opérations au sol augmentée par les drones volants, pour l’aviation qui a été capable de survivre et s’adapter, pour ses missiles qui frappent jusqu’à Moscou... Cela démontre une fois que plus que l’Ukraine garde cette volonté qui ne se démord pas, dans toutes les domaines sans exception. C’est cela qui est extraordinaire.  

 

5 - Comment voyez vous l'évolution du conflit et quelles perspectives de résolution entrevoyez-vous ?

On ne peut que constater que le bloc des pays soutenant l’Ukraine est gigantesque, il va de la Corée du Sud au Maroc, en passant par les États-Unis, toute l’Europe, Taïwan, l’Azerbaïdjan, le Pakistan, beaucoup de pays… Mais l’aide a été lente à venir et en quantité homéopathiques.

Si on avait fourni à l’Ukraine tout ce qu’on avait donné par la suite, et bien la contre-offensive victorieuse ukrainienne de l’automne 2022 aurait été jusqu’au bout, jusqu’à l’effondrement de l’armée russe. On aurait déjà obtenu cette victoire et il y aurait eu moins de morts dans les deux camps. En donnant plus et plus rapidement, on serait déjà en paix, l’Ukraine serait déjà libérée, on aurait sauvé des milliers et des milliers de vies, et malheureusement on s’est installé dans un rythme qui permet aux Ukrainiens de survivre en subissant des pertes lourdes et en faisant subir des pertes encore plus importants aux russes, mais cela n’est pas suffisamment pour atteindre le sursaut qui permettrait d’obtenir la victoire décisive permettant d’aboutir à des négociations favorables à l’Ukraine.

Aujourd’hui, l’Ukraine arrive à compenser la baisse du soutien de ses alliés par une monté en puissance industrielle. Au lieu de fournir des blindés, des accords ont été signés avec l’Allemagne, la Suède et la Grande Bretagne afin de produire localement. Quand on fournit moins d’obus, l’Ukraine produit plus de drones kamikazes et il vaut mieux avoir mille drones kamikazes que 5 000 obus pour détruire des véhicules. Si on a peut avoir l’impression que l’on fournit moins de matériels, cela ne signifie pas une baisse du potentiel opérationnel.

Le plus important, c’est de comprendre que la montée en puissance ukrainienne n’est pas terminée, le problème étant que la Russie fait les mêmes efforts. L’espoir repose sur les armes stratégiques, les missiles à longue portée n’étaient que le début, cela va s’intensifier avec la démultiplication des ATACMS, l’arrivée des F16, la livraison des nouvelles bombe planante GLSDB… On peut ainsi espérer un effondrement local de la logistique russe, permettant de refaire bouger les lignes, mais je peux aujourd’hui qu’espérer un réveil franc des alliés de l’Ukraine. Si on avait réellement toute l’industrie de 40 pays les plus puissants du monde qui se mettaient tous ensemble à produire réellement, l’Ukraine aurait eu mille fois les moyens de gagner cette guerre. Si les USA cherchaient réellement dans leurs stocks, ils auraient d’ailleurs les moyens à eux seuls. Ils ont 8 000 chars dont 3000 dans les réserves et ils n’en ont fourni que 30. Il y a de la réserve dans notre camp, il y en a énormément, il faut juste se permettre d’aller jusqu’au bout de notre engagement et être à la hauteur des paroles prononcées depuis février 2022.

Aujourd’hui, il faut donc évangéliser en faveur de l’Ukraine, il faut expliquer comment cette guerre est gagnable, pourquoi la Russie doit être arrêtée, pourquoi une guerre impérialiste et à vocation génocidaire ne doit pas pouvoir être gagnée. Si l’avenir est moins souriant qu’il y a un an, il ne faut pas sombrer dans le pessimisme, il y a des souffrances et il y en aura encore beaucoup malheureusement. Mais cette guerre sera victorieuse et nous devons nous engager en ce sens, pour le peuple ukrainien et pour nous.

Propos recueillis par Olga Gerasymenko

Partager cet article
Repost0
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 22:31

Le 13 juin 2019, l’association Perspectives Ukrainiennes a remis le prix Nathalie PASTERNAK 2019 à Hélène BLANC, chercheuse, historienne, politologue, pour l’ensemble de son oeuvre.


La cérémonie a eu lieu au Sénat présidé par le sénateur Hervé MAUREY. Depuis plusieurs années le groupe d’amitié France-Ukraine s’associe à cette mise en lumière des personnalités françaises qui contribuent à la connaissance de l’Ukraine en France. 


La cérémonie a débuté avec un discours de Monsieur le sénateur, qui a salué la lauréate et a rendu hommage à son travail de longue date. Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur d’Ukraine Oleg SHAMSHUR a ensuite pris la parole pour féliciter Hélène Blanc et noter le rôle essentiel qu’elle a joué pour faire éclore la vérité sur la véritable nature des pouvoirs russes. L’Union des ukrainiens de France, représentée par Madame Annick BILOBRAN, s’est réjouie du prix Nathalie PASTERNAK comme de la marque de gratitude des ukrainiens de France envers une auteure du livre "L'Ukraine au coeur" .


La présidente de l’association Perspectives Ukrainiennes, Lessya  DARRICAU-DMYTRENKO a clôturé la cérémonie avec son discours et la remise du diplôme à la lauréate. L’évènement a réuni des élus, des membres de la société civile, des journalistes ainsi que des anciens lauréats.


 

Biographie d'Hélène BLANC

Discours d'Annick BILOBRAN, Union des Ukrainiens de France

Discours de Lessya DARRICAU-DMYTRENKO, Perspectives ukrainiennes

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes
  • Contact

Recherche