Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 09:38

olga-Camel.jpgEn février 2014, Olga Camel a donné une conférence à l’Inalco s’intitulant « Les femmes créatrices ukrainiennes dans le domaine de l’art et de la littérature », à l’occasion de la parution du « Dictionnaire universel des créatrices » (Editions Des Femmes). Elle a écrit les articles consacrés aux femmes ukrainiennes et raconte à « Perspectives Ukrainiennes » comment s’est déroulé son travail.

 

Tout d’abord, de quel ouvrage s’agit-il ?

Voici la présentation de l’éditeur : « Le Dictionnaire universel des créatrices » est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l’histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation. Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d’engagement et de travaux en France, dans le monde et à l’Onu avec le comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) qui a aujourd’hui Nicole Ameline à sa tête. Renouant avec une généalogie jusque-là privée de mémoire, il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine. Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes. Créatrice, toute femme qui fait oeuvre. »

 

Olga Camel : Il s’agit d’un dictionnaire encyclopédique, car il est sorti en 3 tomes. C’est un travail de très grande envergure : 165 pays ont participé, presque tous les pays du monde, 1600 auteurs de tous les continents, 12 000 articles, près de 5 000 pages… Des lettrines ont été réalisées par Sonya Rykiel, la grande prêtresse de la mode. Elles sont très colorées. Un code couleurs a été créé pour chaque domaine : le rouge pour les arts, le vert pour la littérature, le mauve pour la science. Plusieurs femmes célèbres ont assisté au lancement officiel du dictionnaire. On m’a sollicitée pour diriger la partie sur l’Ukraine. Mes domaines de prédilection sont la littérature et les arts (notamment le théâtre). Dans l’ouvrage figurent des actrices, chanteuses, écrivaines, compositrices, réalisatrices, peintres, mais aussi des scientifiques – mathématiciennes, économistes… J’ai demandé si les femmes politiques étaient considérées comme des créatrices. Il y a eu un débat au sein de la rédaction à l’issue duquel il a été décidé que oui, elles sont aussi des créatrices et elles méritent d’être mentionnées.

 

Lessya-oukrainka.jpgJ’ai été très contente de diriger le « Secteur Ukraine ». Comment ai-je fait mon choix ? J’ai essayé d’écrire le maximum d’articles afin d’inclure le plus grand nombre de créatrices ukrainiennes, mais à la fin il a fallu faire un choix, car il y avait trop d’articles. J’ai proposé une cinquantaine de personnages et une quarantaine a été retenue. Un détail important : lorsque j’ai exprimé mon regret de ne pas avoir pu inclure dans cet ouvrage tous les articles que j’ai écrits, ma rédactrice en chef m’a proposé de lui envoyer mes articles. Il est possible que cela devienne un projet de livre à part entière sur les femmes ukrainiennes créatrices. Parmi celles qui ne figurent pas au dictionnaire, il y a par exemple Anne de Kiev. Les rédacteurs de l’ouvrage ont considéré qu’elle n’avait pas joué un rôle politique considérable ! Ce qui n’est pas tout à fait correct ! Mais on peut y trouver Roxolana (Roxelane), sultane turque, une femme politique de première importance et un personnage presque romanesque. Elle avait 15 ans lorsqu’elle a quitté son village natal dans les Carpates (ça c’est ma région !), et a été capturée par les Turcs. Elle s’est retrouvée dans le harem de Soliman le Magnifique. Elle est devenue une femme très influente de son époque : parlant plusieurs langues, elle a traité avec des diplomates ; par amour pour elle Soliman a chassé 36 femmes de son harem. C’est une très belle histoire…kira mouratova

 

Un article assez important a été écrit sur Ioulia Timochenko et son parcours politique. Parmi celles que j’ai présentées, il y a Kira Muratova – une figure emblématique du cinéma. Parmi les actrices, j’ai évoqué uniquement Maria Zankovetska, la plus grande actrice ukrainienne du XIXe siècle. Mais il y a d’autres actrices qui auraient mérité d’y être : Natalia Oujvii, qui était extraordinaire. Un peu moins importante - la femme de Les’ Kourbas, Valentyna Tchystiakova… Je voudrais mentionner Kateryna Naletova (1787-1869) – comédienne et chanteuse du premier théâtre en Ukraine, qui a collaboré vec Ivan Kotliarevsky, le directeur artistique du théâtre de Poltava et le fondateur de la littérature ukrainienne moderne.

 

Ces pièces constituent les fondements du théâtre ukrainien. Naletova a marqué son époque ! Au XIXe siècle le théâtre ukrainien et la langue ukrainienne ont été interdits en Ukraine par l’empire russe. Les troupes ukrainiennes se sont fait connaître en Russie, ils ont joué notamment à St-Petersbourg et à Moscou. Si le projet du livre dont j’ai parlé voit le jour, j’écrirai sur les femmes de cette époque-là.

 

Marko-Vovtchok.jpgMaintenant en ce qui concerne les femmes de lettres : la première femme de lettres ukrainienne était Marko Vovtchok (née Maria Vilinska). Elle était russo-ukrainienne, de langue maternelle russe. Elle a épousé Opanas Markovytch, ethnographe, et l’a converti à la cause ukrainienne. Elle a dénoncé dans son oeuvre la condition des serfs et la misère paysanne. Marko Vovtchok a vécu en Europe Occidentale, notamment en France. A Paris elle devient l’amie et collaboratrice du célèbre éditeur P-J Stahl (pseudonyme Hetzel) et publie en français des contes pour enfants. Elle est l’auteur original de « Maroussia », récit pour enfant, ouvrage couronné par l’Académie française. Elle fait partie des femmes très courageuses. Lessya Oukraïnka, poétesse et dramaturge, a contribué au réveil du sentiment national ukrainien. Exploitant des thèmes de la littérature mondiale, elle était à l’avant-garde des forces créatrices qui ont amené la littérature ukrainienne à un niveau universel. Natalya Kobrynska, romancière et pionnière du mouvement féministe en Galicie (l’Ukraine occidentale). Olha Kobylianska, originaire de Bukovine, a trouvé un chemin vers les lettres ukrainiennes et s’est surtout fait connaître par la prose. Ces deux écrivaines se sont battues pour les droits des femmes.

 

J’aimerais évoquer Valentine Marcadé, qui a écrit un ouvrage sur l’art en Ukraine (« Art d’Ukraine », L’Age d’Homme Editions, 1990). Elle a fait des recherches très approfondies. Sonia Delaunay et Alexandra Exter y figurent en tant que peintres ukrainiennes. Un article est consacré aussi à Lina Kostenko, figure essentielle de la renaissance poétique d’après 1956. Elle est l’une des représentantes principales de la « génération des années 60 ». Pendant longtemps elle a été en conflit avec le pouvoir soviétique, elle a fait la grève de la faim et a refusé de se plier et de produire des oeuvres dans l’esprit de l’idéologie officielle.

dictionnaire-femmes-creatrices.jpg

Comment avez-vous entendu parler de ce projet de dictionnaire ?...  Le processus même a été intéressant ?

C’est l’édition qui m’a contactée à l’INALCO, où j’ai enseigné la littérature ukrainienne. J’étais ravie de leur dire oui ! Je suis contente des résultats de notre collaboration. En France l’on s’intéresse de plus en plus à l’Ukraine, surtout depuis les récents événements. Ce dictionnaire sera disponible dans plusieurs bibliothèques parisiennes. La parution de cet ouvrage est très importante pour la culture ukrainienne. Il faut comprendre le contexte dans lequel les créatrices ukrainiennes ont travaillé, sous les différents régimes, de l’empire austro-hongrois à l’empire russe et au régime stalinien, souvent sous le poids de la censure et leur rendre un bel hommage. Aujourd’hui, heureusement, de  nombreuses femmes peuvent créer librement.

 

Dans le nouveau projet, mon livre, ça serait bien de parler des femmes actuelles qui écrivent de plus en plus. Dans ce dictionnaire encyclopédique figurent également les écrivaines contemporaines, par exemple Maria Matios, une très bonne romancière, traduite en plusieurs langues, qui fait en même temps de la politique, ou encore Evguenia Kononenko et Oksana Zabouzko pour ne citer que les plus connues…

Propos recueillis par Olena Codet

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 14:28

Inalco-conference-Ukraine-15-mai-2014.jpg

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 22:52

10 avril 2014, à l’INALCO s’est tenue la conférence « L’économie ukrainienne – crise et gouvernance » avec pour l’invité Boris Najman, maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil,  Conseiller du Gouvernement ukrainien entre 1995 et 1997.



L’économie Ukrainienne sous pression


Selon le dernier rapport du FMI détaillant les perspectives de croissance économique mondiales, les événements politiques en Ukraine auraient un impact sur la croissance économique mondiale. Le FMI vient d’accorder un prêt de 17 milliards de US$, essayons de voir la situation de l’économie ukrainienne dans un contexte de guerre et d’intervention militaire russe.


I. Instabilité macroéconomique : un problème de gouvernance
Nous observons un déclin des exportations à cause de la baisse de la compétitivité et surtout récemment à cause du blocus imposé par la Russie.


L’instabilité macro est également liée à des problèmes de gouvernance. Le PIB par habitant est de 3000 euros par an (peut-être 4500 euros si l’on prend en compte les revenus non-déclarés). La Pologne enregistre un PIB officiel quatre fois supérieur, la moyenne en Europe est dix fois supérieure. Ce niveau du PIB ukrainien est bien trop faible et il traduit l’absence de réforme de l’économie.


En 2013, nous observons une faible demande extérieure (en partie à cause de la limitation des exportations ukrainiennes vers la Russie) et une faible croissance de la consommation des ménages ukrainiens due à la crise et aux détournements de l’ancien gouvernement.


Entre 1991 et 93, la baisse de 40% du PIB est un choc digne d’une économie de guerre. La politique monétaire de Kravtchouk était très expansionniste, elle a déstabilisé l’économie en créant une demande artificielle et donc une hyper-inflation. L’URSS avait tendance à surestimer la valeur de son PIB, ce qui peut expliquer, aussi, une chute prononcée. A l’époque communiste, la valeur de certains biens produits était inférieure à la valeur des matières premières utilisées pour la production (i.e. une valeur ajoutée négative).


Depuis 2002, on assiste à des périodes de croissance mais avec une forte instabilité, puis de crise de 2008 et enfin une baisse progressive du PIB depuis 2012. En comparaison avec les nouveaux membres de l’UE, le PIB par habitant n’a cru que modestement, en termes réels, depuis 1991. Les prix s’envolent, baissent puis repartent à la hausse constamment. Cela démontre l’absence de gouvernance stable et cohérente afin de stabiliser l’économie.


Dans ce contexte, les personnes les plus vulnérables sont les retraités, ceux qui ont des petits revenus, et les femmes seules avec enfants.


Pour ce qui est du taux de change, le gouvernement est parvenu, par période, à stabiliser le cours de la Hryvnia; puis il a dû dévaluer en 1999, en 2008 et de nouveau depuis le début des événements sur Maïdan. Globalement, comme en Russie, nous constatons un manque de confiance dans le système bancaire et la stabilité de la monnaie nationale, ceci explique la hausse du dollar et l’utilisation massive du cash (en Dollar et en Hryvnia).


Les Russes sont, également, très méfiants envers leur système bancaire, les fuites de capitaux sont massives (plus de 50 milliards depuis le début 2014, selon Bloomberg) et ils changent leur Roubles en Dollars pour se protéger de l’inflation. C’est le paradoxe d’un pays très nationaliste mais très méfiant envers ses institutions publiques, son système financier et son économie en général.


II. Structure du PIB, emploi et migration : un héritage de l’URSS
L’économie ukrainienne a hérité d’un secteur secondaire (industries) important qui compte pour 30% du PIB (25% dans l’UE) et d’une agriculture à 10% du PIB (1.5% en moyenne dans l’UE). L’Ukraine voit 6,5 millions de ses citoyens travailler à l’étranger ; soit 14,4% de sa population. Ce sont, souvent, les gens les plus dynamiques qui partent. D’un autre coté cette émigration même rapporte des devises sous forme de transferts privés (soit 6 milliards de dollars équivalent à 4% du PIB, selon Banque Mondiale). Peu de pays ont des transferts privés aussi importants.


Ces transferts ont augmenté très fortement. Dans les périodes de crise cela permet de compenser la baisse des revenus en Ukraine. Le taux de chômage reste à 8.5%. Ce chiffre n’est pas comparable aux données UE sur le chômage car les indemnités chômage sont très faibles en Ukraine et ce taux de chômage ne traduit pas la réalité du sous-emploi et de l’emploi informel qui sont massifs en Ukraine.


III. Situation de développement des entreprises et du commerce : beaucoup de contraintes
Le climat des affaires est très défavorable en Ukraine, nombre d’entreprises se plaignent des « raid » sur leurs activités. Le système réglementaires est largement inefficace et donne lieu aux versements de « pot de vin ». Dans le classement « Doing Business » 2014 de la Banque Mondiale, l’Ukraine est classée 112ème sur 189 (La Pologne est classée 45ème). Les principales difficultés sont : obtenir le branchement à l’électricité, résoudre les problèmes d’insolvabilité, le commerce hors du pays et la protection des investisseurs.


Sur le plan du commerce, l’embargo russe (de facto) sur l’Ukraine constitue le principal problème, en particulier pour les industries de l’Est du pays. Cela explique en partie le déficit de la balance courante et commerciale. La grande question est de savoir comment sortir de la grande dépendance en termes d’exportations mais aussi des importations d’énergie en provenance de la Russie. Ces dernières années les importations vers l’UE se sont accrues et rejoignent quasiment le niveau des importations russes. La structure des importations entre Russie et Ukraine est très différente, les Russes vendent principalement de l’énergie et les Ukrainiens des produits manufacturés (source OMC).


IV. Situation financière fragile
Les banques ont des bilans comportant de nombreux actifs risqués. Les bons du trésor ukrainiens ne trouvent plus acheteurs. Les banques ukrainiennes ont attribué des prêts qui ne seront pas remboursés probablement. De plus, le déficit budgétaire (8% du PIB) est très élevé et les recettes budgétaires sont en chute.


Les taux interbancaires ont beaucoup augmenté. Les banques ne se font plus confiance entre elles. Le taux interbancaire mesure le taux de risque à prêter de l’argent sur le marché intérieur. L’accord avec le FMI va permettre de ramener une partie de la confiance mais la situation reste très fragile à cause de l’intervention militaire de la Russie.


V. Gouvernance : « un Etat fragile sans contre-pouvoir»
Stabiliser les prix et lutter contre l’inflation a été la mission principale dans les premières années de l’indépendance de l’Ukraine. Ensuite, il a fallu introduire une monnaie convertible puis changer des éléments de fonctionnement de la politique économique et des institutions. Pavlo Lazarenko (Premier Ministre 1996-1997) a été l’homme du retour en arrière de ces réformes. Son objectif était de gérer la rente gazière à son profit. Cette rente a détruit le pays et son indépendance.


Dans les années 90, la continuité de l’appareil d’Etat de la période communiste est prônée. L’accord est le suivant : on préserve les élites et le fonctionnement de l’Etat en échange de l’indépendance. Le problème est que ces élites développent les rentes liées à l’énergie principalement avec la Russie qui remettent en cause l’indépendance du pays.
Le contrôle des rentes liées au secteur de l’énergie explique l’absence de concurrence politique réelle (pas de contre-pouvoir et pas de partis d’opposition). Il n’y a aucune sanction par les élections de la mauvaise gestion du pays.


VI. Réformes : maintenant ou jamais
A)    Contrôle de la corruption : pas de politique cohérente
La Russie et l’Ukraine sont dans une situation très mauvaise selon le classement de « Transparency international » 147ème place sur 180. La corruption est un problème, mais surtout les détournements et les rentes, la situation n’a fait qu’empirer sous Ianoukovitch.


B)    L’Etat de droit : les citoyens ordinaires ne sont pas protégés
En d’autres termes, cela signifie l’égalité des citoyens face à la loi. L’Etat de droit est très mauvais en Ukraine et encore plus bas en Russie (cf. l’indicateur de la Banque Mondiale). Il illustre de vraies différences avec la Pologne et même la Roumanie.


C)    Liberté d’expression, prise de parole et responsabilité des gouvernants :
L’indicateur de la Banque Mondiale permet de mettre en évidence le degré de responsabilité des hommes politiques. L’Ukraine est mieux évaluée que la Russie mais ce n’est pas fondamentalement mieux. Si l’indicateur est très faible, cela peut être un signe de probables révolutions comme cela fut le cas dans les pays arabes avant les révolutions. Il s’agit d’avoir la possibilité de parler de ce qui ne va pas et d’obliger les responsables politiques à rendre des comptes.


D)    Efficacité du gouvernement : qui dirige ?
En Ukraine, les règlements sont élaborés comme justificatif de l’arbitraire et non pour améliorer le fonctionnement de l’économie.


Ce qui a été mis en place pour le moment, dans l’urgence. Les économistes sont partagés certains disent qu’il faut aller vite dans le processus de réforme pour contrer les rentes de situation. D’autres disent qu’il faut aller plus lentement pour permettre les ajustements nécessaires. La thérapie de choc (à la polonaise) mise en œuvre durant les années 1990 est une option. C’est à la population de choisir parmi toutes les solutions. Les défenseurs du renforcement de la rente énergétique ne veulent pas de ce choix. Alors, ce qui a été mis en place pour le moment, dans l’urgence :
-    Loi sur les appels d’offres : cela oblige à rendre les appels d’offres transparents
-    Loi pour faire face à la catastrophe financière 
-    Loi de lustration des juges : Il faut voir si les fonctionnaires peuvent prendre de fonctions de juge s’ils ont été liés à la corruption ou à des actes illégaux.
-    Au niveau des décisions économiques : le gouvernement a cherché à préserver les retraites, augmenter et améliorer la collecte des impôts afin de combler le déficit, un impôt plus progressif, augmenter les taxes sur l’alcool et le tabac, supprimer les subventions concernant les tarifs de l’énergie, baisser de 10% le nombre de fonctionnaires, augmenter les privatisations et baisser les taux d’intérêts.


A ce jour, il existe des promesses d’aide à hauteur de 27 milliards de dollars pour l’Ukraine. C’est insuffisant pour faire face à la crise mais c’est un début. Dans ce cadre, l’UE contribue largement au sauvetage financier de l’Ukraine car elle veut éviter la déstabilisation du pays.


VII. Le gaz : une arme politique
L’Ukraine ne peut pas se passer du gaz russe à court terme. D’ici 2-3 ans, il existe des possibilités de substitution (transition énergétique et autres approvisionnements). Aujourd’hui, les entreprises ukrainiennes sont très inefficaces au niveau de la consommation d’énergie. Le problème est qu’il existe une rente gazière et un clientélisme (achat de votes) derrière ce système.


La question de la construction européenne est, aujourd’hui, liée à la crise du gaz. La forte dépendance de certains pays est problématique (Bulgarie, Etats baltes, Pologne …). L’Europe dispose de réserves pour tenir quelque temps mais ce n’est pas l’intérêt de la Russie de couper le gaz. L’Ukraine refuse d’importer le gaz russe au prix fixé début avril par la Russie (485 US$  pour 1000m3).


Le gaz est une arme utilisée par la Russie dans les négociations avec l’UE et l’Ukraine. La carte des gazoducs est, en ce sens, très politique. Ce n’est pas un abus de langage de dire que la Russie est gouvernée par Gazprom. La rente gazière procure des revenus importants pour le budget de la Russie et les citoyens ne sont plus contributeurs et donc moins critiques vis-à-vis de l’usage des impôts sur l’énergie. Cela se vérifie dans tous les pays où la rente pétrolière et gazière est substantielle.


En Ukraine, on assiste à une crise de financement dans le court terme. D’ici un à deux ans, cela peut se résoudre. Maïdan est un mouvement de contestation de la gouvernance de l’Etat. Un Etat qui ne protège pas ses citoyens. Pour l’économiste, il faut voir comment on réforme un Etat qui n’est pas au service de ses citoyens. La rente du secteur énergétique devrait être au cœur de la stratégie de réforme.

 

 Par Anthony Pierini

 

Boris Najman est économiste et travaille sur la Russie et l’Ukraine, en particulier la mobilité du travail, la gouvernance et le secteur informel. Les enquêtes ménages réalisées dans ces pays permettent de suivre les individus sur plusieurs périodes et ainsi d’observer l’offre de travail en période de crise où le salaire déclaré baisse fortement. Boris Najman a travaillé avec Viktor Pynzenyk (Vice-Premier Ministre ukrainien) sur les questions budgétaires et sociales ainsi qu’à l’introduction de la Hryvnia – monnaie ukrainienne.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 16:05

conference-Ukraine-6-mai-2014.jpg

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 23:26

inalco-conference_Ukraine_1er_avril.jpg

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 14:34

MICT-Fr.Ukr.23.jpg

Partager cet article
Repost0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 20:58
Ukraine : les candidats à la présidentielle demain à Paris
 

La Règle du jeu accueille à Paris une importante délégation de la société civile ukrainienne et les deux candidats les plus populaires à l’élection présidentielle, Petro Porochenko et Vitali Klitschko.

Cette visite survient à un moment dramatique de l’histoire de l’Europe : le nouveau parlement de Crimée, élu sous les fusils mitrailleurs de l’armée russe, a voté la tenue d’un référendum le 16 mars dont le but est d’entériner le rattachement à la Fédération de Russie.

Cette flagrante violation de la Constitution ukrainienne et de la loi internationale rappelle à s’y méprendre l’annexion des Sudètes et l’Anschluss de l’Autriche par Hitler. Là aussi, des populations germanophones l’ont acclamé. Seulement, cela s’est terminé par la Seconde guerre mondiale.

Pour protester contre les agissements de la Russie de Poutine et soutenir le peuple ukrainien dans sa lutte pour la démocratie et un Etat de droit bâti sur un modèle européen, La Règle du jeu organise à Paris, au Cinéma Le Saint-Germain, un rassemblement public où s’exprimeront, dans un débat animé par Bernard-Henri Lévy et Galia Ackerman, les invités suivants : outre les deux candidats à l’élection présidentielle (Petro Porochenko et Vitali Klitschko), Сonstantin Sigov, philosophe et directeur du European Research Center ; Leonid Finberg, directeur du Center of Jewish Studies ; Oleksiy Panych, professeur de philosophie à la Donetsk University ; Yelizaveta Shaposhnik et Olesya Zhukovskaya, héroïnes du Maidan.

Des rencontres seront organisées, au plus haut niveau, avec les autorités de la République française.

C’est en Ukraine que se joue l’avenir de l’Europe. Mobilisons-nous contre l’irréparable !

 

Rendez-vous demain, vendredi 7 mars 2014

à 20h30

Au cinéma Saint-Germain-des-Prés
22 rue Guillaume Apollinaire
75006, Paris

Entrée libre et gratuite

Réservation conseillée : redaction at laregledujeu.org  -  01 45 44 98 74

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:06

Institut d’Histoire sociale
4, avenue Benoît-Frachon
92023 Nanterre

Jeudi 6 février  2014 à 18 heures
         nous recevrons



Annie Daubenton:

Le soulèvement ukrainien
En 1989/1990, l’Europe de Prague, de Berlin-Est et Bucarest a retrouvé celle de Paris, Londres et Bonn. Voilà que frappe à notre porte une autre partie de l’Europe, qui fut beaucoup plus longtemps communiste et dont l’indépendance a été étouffée par l’Etat russe et soviétique. L’appel à la liberté se fait entendre en Ukraine contre un régime incomplètement débarrassé de ses oripeaux communistes.

Quelle a été la genèse de la révolte ? Quelles sont les différentes tendances du mouvement ? Est-il soutenu par toute la population ? Quels sont les enjeux de cette lutte et quelles solutions envisager ?

Annie Daubenton nous aidera à répondre à ces questions.
Correspondante permanente de Radio France à Moscou puis conseillère culturelle à l’Ambassade de France à Kiev, elle est l’auteur de :
Ukraine, les métamorphoses de l’indépendance (Buchet-Chastel 2009)



Entrée libre, dans la limite des places disponibles.
La conférence-débat se poursuivra, pour ceux qui le souhaitent, autour d’un repas dans le restaurant voisin (29€). Il nous faut pouvoir, à l’avance, indiquer au restaurateur le nombre exact de convives ; nous comptons donc sur votre compréhension pour nous faire part de votre demande d’inscription AVANT le mercredi 5 février 2014 , en nous précisant bien si vous souhaitez vous joindre à nous pour le dîner.

 

Conférence-Diner-débat

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 22:40

jeanleroche.jpgInterview de Jean Le Roche, directeur d’une école française à Odessa.


- Quels étaient les motifs et le contexte de l’ouverture de l’école ? Est-elle agréée par les ministères de l’éducation des deux pays ?
Je suis un entrepreneur qui œuvre dans un secteur passionnant et peu commun, le développement d'écoles françaises à l'étranger. Après la création en 2010 du Collège International Français de Sarajevo (CIFS), il m'est apparu que le réseau des écoles françaises est exclusivement implanté dans les pays d'influence française traditionnelle et/ou dans les capitales.


L'argument invoqué par les services de l'Etat chargés de l'enseignement français à l'étranger, pour expliquer cet état de fait, est d'ordre financier. Sans la base que constituent les clientèles captives des enfants des familles françaises expatriées et des enfants des familles du corps diplomatique il n'y aurait aucune perspective d'auto suffisance financière.


Ne partageant pas cette analyse, je souhaitais valider ma conviction au moyen d'un test grandeur nature. A ce titre, Odessa dispose de certains arguments.


L'Ukraine est un pays émergent de la zone CEI dont Odessa, avec son million d'habitant, n'est pas la capitale tout en étant cosmopolite et ouverte sur le monde. Par ailleurs, hormis Kiev, il existe 5 villes de plus d'un million d'habitants en Ukraine, ce qui autorise de substantielles perspectives de développement.


Et puis il existe une Histoire partagée entre Odessa et la France tout à fait prodigieuse. Je recommande à chacun d'écrire « Armand Emmanuel du Plessis, Duc de Richelieu » dans le moteur de recherche de leur navigateur internet, pour découvrir une page magnifique et méconnue de l'histoire de France.


Pour les écoles que j'ai l'honneur de développer, je recherche systématiquement l'homologation par le Ministère Français de l'Education National, qui constitue le seul cahier des charges indiscutable garantissant la qualité de l'enseignement dispensé.


Mais cette homologation n'est jamais préalable, elle ne peut s'obtenir qu'après inspection pédagogique et passage en commission d'homologation. Il faut donc d'abord exister et atteindre une taille critique afin de pouvoir s'inscrire dans une campagne d'homologation. C'est exactement le processus dans lequel nous sommes engagés à Odessa.


Parallèlement, nous continuons la discussion avec la représentation régionale du Ministère Ukrainien de l'Education en vue d'obtenir la licence ukrainienne. Même s'il n'aura échappé à personne que dans le contexte de la non signature de l'accord Ukraine-UE, l'administration ukrainienne traverse actuellement une période d'incertitudes.


- Combien d’élèves et de professeurs comptez-vous à ce jour?
L'école compte aujourd'hui 40 élèves, 2 Professeurs des écoles français dont un Chef d'Etablissement, 3 assistantes bilingues, 1 professeur d'Anglais, 1 professeur de Russe et 1 Directeur Administratif.

image-1378038859923-V.jpg
- Quelles sont les attentes des élèves et des parents ?
Les élèves attendent naturellement la prise en compte de leurs désirs et sont en constante recherche de nouveautés. Ils recherchent la distraction, ce qui est assez antinomique avec l'apprentissage des règles, ce qui est le propre de la petite école. En ce qui concerne l'enseignement en français les élèves n'ont, si j'ose dire, pas d'opinion, les parents sont prescripteurs quand aux choix des langues d'apprentissage.


Les attentes des parents sont assez claires:


- l'école doit dégager une image "statutaire"
- l'organisation et les règles doivent être connues d'avance, aucune place ne doit être laissée à l'imprévu. Les règles qui diffèrent du système ukrainien sont difficiles à mettre en œuvre. Par exemple, l'absence de collation matinale, (ndlr formellement déconseillée par le Ministère Français de l'Education Nationale) ou encore le respect des horaires.
- Les parents attendent un niveau d'enseignement très supérieur à celui des autres écoles. Et confondent souvent qualité et quantité. Un Professeur qui donne peu ou pas de devoirs à la maison est perçu comme moyen voire pire. . Traditionnellement, les parents ukrainiens investissent massivement dans les cours particuliers, et sont assez incrédules lorsque nos enseignants leur conseillent de "laisser un peu respirer leurs enfants".
- les maths avant tout ! Le niveau de l'enseignement des mathématiques sert de référence pour apprécier le niveau général de l'école.
- les parents dont le projet scolaire pour leur enfant inclut un passage par l'étranger sont parmi nos meilleurs soutiens.

- Le rythme scolaire est différent en France et en Ukraine. Comment fonctionne l’école? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque rythme ?
En tant qu'école française nous appliquons strictement les programmes français. Aussi bien en terme de rythmes scolaires, de progression et de suivi pédagogique. Ce qui ne va pas sans poser des problèmes avec certains parents qui veulent absolument accélérer le rythme des apprentissages

Rappelons que l'école maternelle est une" école", c'est à dire un lieu d'acquisition de connaissances et de socialisation avec des objectifs de progressions. C'est une spécificité française. En Ukraine comme dans tous les pays de la région, la scolarité commençait traditionnellement à 6 ans.


Avant cette entrée à l'école l'enfant était soit confié aux bons soins des grands parents, soit mis en garderie.

Pour faire une comparaison synthétique (et forcément un peu réductrice) entre les deux systèmes; je dirai que si le but du système ukrainien est d'enseigner des connaissances à l'élève, l'objectif du système français est de lui apprendre à apprendre.

Enfin, notons que 90% de nos élèves étant primo arrivants (non francophones) une place très importante est accordée à l'enseignement du FLE (français langue étrangère) durant le premier semestre.


- Que pensez-vous de la réforme du rythme scolaire qui est en train de se mettre en place en France?
La réforme des rythmes scolaires actuellement mise en œuvre est, de toute évidence, une bonne réforme puisqu'elle vise à optimiser la charge de travail scolaire des enfants. Par contre sa mise en œuvre, plus précisément les charges supplémentaires qu'elle occasionne aux municipalités, provoque un débat tendu, parfois même enflammé.


En clair une réforme importante et nécessaire est remise en cause sur la base d'arguments financiers et administratifs. Il ne m'appartient pas de commenter les attitudes des uns et des autres, mais il semble que bon nombre de collectivités territoriales françaises ne placent pas l'enseignement en position prioritaire lors de leurs arbitrages budgétaires.

- Etes-vous en contact avec vos collègues de l’école publique ukrainienne ? Est-ce qu’ils vous font part de leurs conditions de travail?
Le discours qui nous est tenu par nos collègues ukrainiens est malheureusement assez terne.
Il y a un sentiment général que le respect, autrefois très fort, envers la fonction de professeur est en net recul.

Et puis il y a cette critique du double discours permanent :
- le niveau de rémunération des professeurs étant très faible, une pression financière permanente est exercée sur les parents au travers de multiples prétextes (travaux pratiques, sorties scolaires, cours de soutien, fêtes de l'école, etc).
- Bien qu'ils rechignent les parents paient in fine. En règle générale ils sont d'accord pour soutenir un professeur "solliciteur" pourvu qu'il soit bon. D'ou la généralisation des cours particuliers.

Les autorités de tutelle de l'éducation en Ukraine, notoirement sous budgétée, n'ont pas le choix et laissent donc se perpétuer cet état de fait.


Autre conséquence de la paupérisation de l'enseignement public, l'augmentation de la disparité entre les écoles. Il y a aujourd'hui en Ukraine de jolies écoles fraichement repeintes avec du mobilier neuf et des ordinateurs de dernière génération dont les élèves sont issus de familles aisées et d'autres qui sont dans un état calamiteux parce que les élèves sont issus de catégories populaires.

Enfin, un autre aspect mal ressenti par les enseignants ukrainiens est la lourdeur bureaucratique liée à leur fonction. Le nombre de formulaires, questionnaires et rapports divers à remplir, de circulaires à appliquer et d'inspections à recevoir est tout à fait caricatural.

- Est-ce que les rapports parents-élève-école sont différents en Ukraine et en France?
Il existe une différence culturelle importante qui ravie nos professeurs français. En Ukraine, l'école et ses professeurs jouissent d'un respect clairement supérieur à la pratique française. Les occasions traditionnelles de célébrer et de remercier son professeur sont nombreuses au cours de l'année scolaire. Bouquets de fleurs à la rentrée et cadeaux en cours d'année, rendent très sympathique cette adaptation culturelle.


Sinon, les rapports des parents avec l'école de leurs enfants est finalement assez proche du modèle français. En Ukraine existent aussi les comités de parents représentants élus, qui assistent aux conseils d'école.

 

- Cela fait combien de temps que vous habitez en Ukraine ? Qu’est-ce qui vous plaît dans ce pays ? Parlez-vous ukrainien ?

Même si au cours de l'année écoulée j'ai séjourné environ une semaine par mois à Odessa, je ne suis pas résident permanent en Ukraine et, malheureusement, je ne suis ni russophone ni ukraïnophone.
Pourtant je ne me sens pas dépaysé en Ukraine, en raison peut être des nombreuses similitudes socio-culturelles qui existent avec les pays issus de l'ex Yougoslavie. Et plus particulièrement avec la Bosnie Herzégovine où j'habite depuis vingt ans.


D'autre part, mon "atterrissage" à Odessa a pu être rapidement productif grâce au soutien que m'a apporté l'Ambassade de France au travers de l'Alliance Française d'Odessa.
Propos recueillis par Valentyna Matiyiv

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 00:52

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

reve037-47.jpg

"Nous exigeons:

1. Changer le pouvoir!

2. reformer la police!

3. Reformer la justice et le parquet général!

4. Supprimer le système mixe d’élections législatives!

5. Que les hauts fonctionnaires rendent leurs comptes devant le peuple!

6. Indépendance des médias!

7. Déclaration transparente des revenues des fonctionnaires de tous les niveaux

8. Arrêter de persécuter tous les prisonniers politiques

9. Egalité de tous les citoyens devant la loi!

10. Liberté d'expression"

  reve048

"Démantèlement complet du système du pouvoir en place et création du système démocratique et transparente, [refondation] des branches du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire"

 

 

reve049

"Suppression de la corruption de l'Etat et la société ukrainiens"

 

reve050

"Je pense que l'implication d'une part importante de la population dans des institutions consultatives sur le modèle de conseils des seniors dans les pays scandinaves qui regroupent environ 1/3 de la population dans la gestion des projets locaux donnerait une meilleure acculturation des gens à la gestion de la vie publique."

 

 

reve051

"Non à la cruoté envers des animaux errant!

Supprimer la corruption"

 

reve052

"Je rêve d'une Ukraine libre où les gens n'auront pas peur de parler, d'exposer leurs idées. Je rêve que les Ukrainiens puissent circuler dans le monde librement et ne soient plus les esclaves d'une élite corrompue.

Je rêve d'un Président qui soit ukrainien et qui pense à son peuple avant tout

Je rêve que tous les Ukrainiens à l'ouest et à l'est, du nord au sud soient fiers de leur culture, de leur histoire, d'eux-mêmes!

Nathalie Pasternak"

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche