Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 00:52

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

reve037-47.jpg

"Nous exigeons:

1. Changer le pouvoir!

2. reformer la police!

3. Reformer la justice et le parquet général!

4. Supprimer le système mixe d’élections législatives!

5. Que les hauts fonctionnaires rendent leurs comptes devant le peuple!

6. Indépendance des médias!

7. Déclaration transparente des revenues des fonctionnaires de tous les niveaux

8. Arrêter de persécuter tous les prisonniers politiques

9. Egalité de tous les citoyens devant la loi!

10. Liberté d'expression"

  reve048

"Démantèlement complet du système du pouvoir en place et création du système démocratique et transparente, [refondation] des branches du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire"

 

 

reve049

"Suppression de la corruption de l'Etat et la société ukrainiens"

 

reve050

"Je pense que l'implication d'une part importante de la population dans des institutions consultatives sur le modèle de conseils des seniors dans les pays scandinaves qui regroupent environ 1/3 de la population dans la gestion des projets locaux donnerait une meilleure acculturation des gens à la gestion de la vie publique."

 

 

reve051

"Non à la cruoté envers des animaux errant!

Supprimer la corruption"

 

reve052

"Je rêve d'une Ukraine libre où les gens n'auront pas peur de parler, d'exposer leurs idées. Je rêve que les Ukrainiens puissent circuler dans le monde librement et ne soient plus les esclaves d'une élite corrompue.

Je rêve d'un Président qui soit ukrainien et qui pense à son peuple avant tout

Je rêve que tous les Ukrainiens à l'ouest et à l'est, du nord au sud soient fiers de leur culture, de leur histoire, d'eux-mêmes!

Nathalie Pasternak"

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 00:23

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

reve031.jpg

"En 2004, j'ai défendu l'Ukraine lors de la Révolution orange en Ukraine. Nous avons pu obtenir le gain de cause. Malheureusement les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos espérances.

Maintenant, en 2013, sur Maidan à Paris, je défends de nouveau l'Ukraine;

Je défends les droits de l'Homme, la liberté d'expression, l'Ukraine libre des envahisseurs, de la vermine et des parasites qui se cachent derrière la masque de notre pouvoir.

J'aimerais que cela devienne un moment de renversement de la situation pour l'Ukraine, qu'il apporte, malgré tout, ses fruits.

Il faut que tous les pouvoirs futurs sachent que le peuple ukrainien est résistant et que le pouvoir appartient au peuple!!!

Slobodyan Oleh

Paris 2013"

 

 

reve034.jpg

"En esperant que l'Ukraine redevienne une Nation Européenne et libre de choisir seul son destin"

 

reve034b.jpg"Ukraine = Est+ Ouest

Ukraine = UE

Ukraine = démocratie"

 

reve035.jpg"Un seul rêve qui sera réalité: Que l'Ukraine devienne un Etat de Droit!"

 

reve036.jpg"1. Liberer les prisoniers politiques, les gens arrêtés et jetés dans les prisons sans aucun raison valablen dont les étudiants, la future elite d'Ukraine.

2. Punir des coupables de la dispersion sanglante de Maidan"

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:58

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

reve025.jpg"Une entière indépendance et automonie. et Bien sûr de la monarchie.

Il nous faut un roi qui va prendre soin du peuple et non de sa poche"

 

reve026.jpg

"Le Président et les autorités ne sont pas dignes d'un tel PEUPLE"

 

reve027.jpg

"Je m'appelle Iouriy. J'aimerais qu'en Ukraine les salaires soient plus elevés, les routes ont la qualité européenne, qu'on choisisse un nouveau président plus intelligent.

Je souhaiterais que l'éducation soit gratuite et que la corruption baisse"

 

reve028.jpg

"Toutes les rassemblements d'aujourd'hui sont solidaire et souhaitent un avenir radieux de notre Etat. Plus précisement: changement le regime politique actuel, des autorités actuels, ouverture vers le monde européen, la soutien de la démocratie et des droites du peuple ukrtainien!!!

Luttons pour l'avenir meilleur!!!

Kateryna Boyda"

 

reve030.jpg

"Je suis Liliana. J'habite en France depuis déjà longtemps. Mon cœur saigne pour ma Patrie. J'aimerais voir l'Ukraine enfin démocratique, libre comme tous les pays européens. J'aimerais que les pouvoirs ne persécutent plus pour les opinions, et les propositions, comme c'était le cas lors des répressions staliniennes. Ma mère ne l'a pas pu voir, mais elle aurait été heureuse que son peuple se lève de genoux et regarde droit dans l'avenir libre.

J'aimerais que nos enfants vivent librement et obtiennent l'éducation du niveau européen. Que personne ne puisse plus dire que nos diplômes ne valent rien. [Je suis ici] pour l'avenir de nos enfants, puisque c'est ça un pays libre et démocratique. Vive l'Ukraine!"

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:17

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

reve019.jpg

"Ivan

J'aimerais qu'en Ukraine, tout premierement, on faisse du rangement au Parquet général et dans d'autres structures de justice, afin de garantir la justice et l'ordre"

 

reve020.jpg

"Galyna: J'aimerais changer la mentalité des gens, j'aimerais qu'ils sourient plus souvent et j'aimerais surtout que des gens ont des principes moraux et que ce n'est pas l'argent qui décidait de tout!!!"

 

reve021.jpg

« Dominika: J'aimerais juste ressentir du respect envers un simple Ukrainien: dans le transport public, au marché, dans les rues et dans les écoles, et surtout dans les hôpitaux. Que chaque enfant, sans distinction à des enfants riches ou pauvres, puisse se sentir respecté et recevoir de la chaleur à l'école comme à l'hôpital. On y espère beaucoup"

 

reve022.jpg"Liberer l'Ukraine de la corruption dans le pouvoir.

Davydenko Tetyana Vasylivna. Kyiv"

 

reve023

 

"Liberer les étudiants innocents arretés lors de la dispersion de l'Euromaidan"

 

reve024.jpg

 

"[je suis ici] pour la liberation des étudiants victimes et pour changer le pouvoir"


Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:05

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

 

reve014.jpg

"8/12/2013 La famille de Brown est pour la liberté en Ukraine.

Le Président Ianoukovich and son gouvernement doit s'en aller et laisse le people Ukrainien d'être maître de son pays.

L'Ukraine doit s'en débarasser de la corruption et de tous les oligarchs.

Ukraine a sa place en Europe!

Famille Brown"

 

reve015.jpg

"08/12/2013 changements dans le fiscalité et dans la sphere sociale.

Oksana

la domaine de la santé"

 

reve016.jpg

"Volodymyr Poselsky

Il faut construire en Ukraine un véritable Etat de droit, une économie de marché viable où les droits de chaque personne sont respectés"

 

reve017.jpg

"08/12/2013 Je rêve que les autorités se soucient de l'Ukraine, de sa culture et de son peuple

Andriy"

 

reve018.jpg

"Je rêve qu'en Ukraine on a enfin commencé à lutter contre la corruption, que les autorités adoptent les lois pour les gens et le classe moyen, et arrêtent de se soucier de son propre enrichissement. Que les lois adoptées stimulent la croissance économique, que les gens comme moi ne soyent plus obligés de quitter leur Patrie à la recherche d'emploi et de la meilleure vie.

Silyanovych Volodymyr

08/12/2013"

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 23:42

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

 

reve008.jpg

 

 

"On aimerait qu'il ait moins de corruption et plus de liberté d'expression (les médias libres et objectifs)

- il faut renvoyer et juger pour la corruption; Pour cela, il faut avoir la justice qui fonctionne;

- il faut donner la possibilité de se développer à des investissements ukrainiens ou européens dans le climat économique stable

- il faut respecter les droits de l'homme

- il faut simplifier le régime de visas et permettre d'obtenir une double nationalité

- il faut augmenter les salaires aux profs et aux médecins (pour ne pas les contraindre de prendre de "dessous-de-table")

- Il faut un meilleur environnement pour les entrepreneurs"

 

 

reve009.jpg

 

 

 

 

reve010.jpg

 

"[ndt: j'exige] la lustration des pouvoirs et mettre en prisons tous les corrumpus! Je veux travailler en Ukraine et non à Paris! Oleksandr"

 

reve011.jpg

"Justice indépendante

Olivier"

 

reve012.jpg

 

" Je veux qu'en Ukraine c'est le peuple qui soit au pouvoir, qu'il puisse vivre librement, tranquillement et dans le bonheur.

Je souhaite qu'en Ukraine, notre patrie, il n'y avait pas de clans de banditisme et qu'on puisse vivre librement et travailler sur notre terre natale.

Volodymyr"

reve013.jpg"08/12/2013 1) L'Ukraine a besoin des élections parlementaires avec les listes electrorales ouvertes

2) La déclaration des revenues et des biens des fonctionnaires

Olga"

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 23:20

Ce 8 décembre 2013, une manifestation dans la lignée des Euromaidans a rassemblé un millier de personnes à la place Stravinsky à Paris.

 

Perspectives Ukrainiennes a proposé aux gens sur la place de dire de quoi rêvent-ils, qu'est-ce qui les a poussé de venir manifester et que chacun d'entre eux aimerait voir changer en Ukraine.

 

Voici leurs réponses.

 

reve001.jpg

"J'aimerais qu'en Ukraine l'économie du marché devient la réalité, y compris pour les appels d'offres. Il faut que les meilleurs candidats gagnent les marchés publics et pas ceux qui sont de la famille ou de l'entourage des autorités. Cela permettrait à l'État d'épargner des énormes quantités d'argents et avoir à nos enfants les manuels sans erreurs.

Olga, Kyiv-Limay"

 

reve002

 

"Je rêve qu'en Ukraine on extermine la corruption et c'est très simple à faire: chaque fonctionnaire, lors de son embauche, doit signer un papier qu'il est d'accord de subir les provocations avec des tentatives de dessous de table pour lui et les membres de sa famille. Y. Loutsenko en a la recette.

Olexis, Kharkiv-Courbevoie"

 

  reve003

 

"Nos pouvoirs c’est un régime. La démocratie est morte le jour où Ioustchenko n'a pas remporté des élections. Les Ukrainiens sont forts, ils savent obtenir ce qu'ils veulent. Je suis convaincue, que les ukrainiens vont vivre dans le pays démocratique. Je crois que nos morts assassinés dans les forêts de Carpates, ceux qui luttaient pour leur idée et l'amour pour leur terre natale pourront être fiers de leurs enfants. Gloire à l'Ukraine! Gloire à la nation! Gloire aux Ukrainiens!"

 

reve004

 

"Je souhaiterais à l'Ukraine de se libère du poids principal de sa vie économique, culturelle et sociale - la Russie!!! Et les pouvoirs prorusses

Dmytro Trofymenko"

 

reve005

 

"Des standards européens de la justice en Ukraine!

Khrystyna"

 

  reve007

 

"Le niveau et des standards de la médecine [ndt: européens]"

 

la suite prochainement...

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 10:07

http://www.sho.kiev.ua/sites/default/files/imagecache/article_main_thumb_486x313/3shala1.jpgCet été, Sorj Chalandon a été invité en Ukraine à l'occasion de la sortie de son roman "Retour à Killybegs", traduit en ukrainien. Perspectives Ukrainiennes présente des extraits de son interview réalisée par Iryna Slavisnka et Oleg Chynkarenko pour le magazine CHO.


- La préface du roman évoque des parallèles entre les destins irlandais et ukrainiens . De quel ordre sont les ressemblances entre ces deux nations ?


Je ne fais aucun parallèle historique. Quand j'ai appris que le livre serait traduit en ukrainien,  je voulais savoir s'il y avait un socle commun, s'il y avait des choses communes à ces deux pays. Je trouve que la bataille de la langue, le combat pour la nation et la famine entretenue sont trois choses qui sont extrêmement rares dans les pays européens. Je ne savais pas que des parallèles historiques pouvaient exister. J'avais entendu parler de la famine en Ukraine. Mais j'ai trouvé intéressant  de dire aussi que ce livre n'est pas traduit en ukrainien pour rien. 


- Qui vous a parlé de la famine ?
Dans les années 1970, j'avais lu (pour la première fois), mais c’est très lointain, un texte sur la famine en Ukraine. Et je pensais à l'Irlande en le lisant. Donc, je connaissais la famine parce que je me suis intéressé non pas à toutes les famines mais aux famines entretenues, voulues, aux famines officielles ou aux famines qu’on laisse se développer pour écraser un peuple, pour l’annihiler. Cela m’avait intéressé quand j’ai travaillé sur l’Irlande, quand j’ai appris et quand j’ai étudié la famine en Ukraine. Mais je ne fais pas de parallèles historiques, il n’y en a pas.


L’Irlande a perdu sa bataille, mais ce n’est pas le cas de l’Ukraine. Pourquoi, à votre avis, est-ce important de préserver sa langue nationale ?

Une langue c’est fondamental. Je pense que la langue c’est l’épiderme d’une Nation. Le problème c’est que les Britanniques l’ont interdite de façon tellement violente, tellement brutale que les Irlandais à un moment ont fini par céder. Ils l’ont perdue, ils parlent l’anglais. Mais en même temps, la première langue que l’on apprend à l’école c’est l’irlandais. La messe par exemple est en irlandais. A la télévision, à la radio, il y a des émissions en irlandais. Cependant parler l’irlandais c’est un effort plus qu’une volonté. Mais le mouvement républicain irlandais fait en sorte que les Irlandais reconquièrent leur langue. Il faut noter qu’il n’y a plus que quelques petits coins d’Irlande comme Gaeltacht où l’on refuse de parler l’anglais. En même temps une vieille irlandaise m’a dit un jour « l’anglais pour moi c’est une prise de guerre ».


Est-ce que pour vous c’était important d’être traduit en Ukraine ? L’Ukraine n’est pourtant pas un marché important pour ce livre.
Je ne préoccupe pas de cette considération économique. Ce qui est important pour moi, c’est mon attachement à  l’Irlande, à son peuple, à son courage, à sa lutte.

Vous pouvez lire l’interview en son intégralité en ukrainien sur le site du magazine CHO ( ici )

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 09:53

benedictebanet.jpgAprès des études de gestion, de cinéma et de sociologie, Bénédicte Banet commence sa carrière journalistique à l'international en suivant la dislocation de l'URSS au début des années 90. En France, elle se spécialise dans les conflits sociaux et devient la première femme Journaliste Reporter Images à couvrir le Paris-Dakar. Free-lance, elle travaille comme Journaliste Reporter d’Image pour France Télévision, la RTS, la RTBF et les agences de presse CAPA et 17 JUIN Media… En 1998, elle crée la société de production InSitu pour assurer les tournages news et magazines des chaînes étrangères ainsi que la réalisation de films d'entreprise. Depuis 20 ans, Bénédicte assure également la formation des reporters au CFPJ Paris. Passionnée par le documentaire, elle réalise et produit des projets "coup de cœur" tel que Plumes en exil (ARTE) et Vanuatu, le peuple de feu (Canal+, National Geographic), Prix spécial du Jury au festival ethnographique Ekoptofilm de Bratislava.


En 2013, elle a finalisé son film « Holodomor, le génocide oublié ». Il sera projeté à Paris au cinéma Action Christine le 23 novembre 2013 à 10h.

- Quelle place ce documentaire occupe-t-il dans votre carrière ?


 Ce film est pour moi un défi. Le premier défi était d’amener le projet de documentaire à son aboutissement, cette étape est atteinte pour la commémoration du 80ème anniversaire du Holodomor. Le deuxième défi est celui de la diffusion en télévision ou en salle pour toucher le maximum de personnes.


Ce film est dédié à tous les survivants que j’ai rencontrés. Ils m’ont touchée par leur émotion, leur souffrance mais aussi leur combativité et leur dignité.


 - Votre démarche est-elle d'essence historique, mémorielle ou sociologique ?


J’ai voulu traiter ce film au-delà d'un film historique,  comme un film de société.  Archives historiques, analyses de spécialistes s’intercalent avec le ressenti des ukrainiens d’aujourd’hui, leur vie au quotidien. Car la survie pour tout ukrainien de la ville ou de la campagne qui ne soit pas liée à l’économie mafieuse, dépend des produits de la terre, tout comme dans les années 30.


Ce film est pour moi un devoir de mémoire. La réalité du monde géopolitique aujourd’hui (comme par exemple en Somalie, en Syrie) montre que l’utilisation de la famine comme outil politique et arme de guerre est malheureusement toujours d’actualité.


En tant que citoyen d’un pays démocratique on ne peut rester endormi dans notre confort et laisser le monde se déchirer. Nous sommes tous concernés par l’histoire des autres. Le totalitarisme, quelle que soit la forme qu’il prend, doit être combattu.

benedicte-banet-holo.jpg
- Que vous inspirent les crispations qui surgissent dès que se pose la question de la reconnaissance du Holodomor comme génocide ?


Au niveau politique, si les pays européens restent indifférents à cette période de l’histoire, on peut légitimement s’interroger sur l’influence des intérêts économiques dans les relations entre l’Europe et la Russie, en autre le gaz et le marché potentiel que représente la Russie. L’Europe ne veut pas « contrarier son ami russe » !


Edouard Herriot, lors de sa visite en 1932, a déjà eu cette attitude. Les intérêts économiques et politiques lui ont fermé les yeux, d’autant plus que Staline déjà devenu maître dans l’art de la manipulation, avait su mettre en scène une Ukraine heureuse et en pleine expansion économique.


Staline avait peur de perdre l’Ukraine comme il l’avait écrit à Kaganovitch dans sa lettre d’août 1932. Aujourd’hui, Poutine suit une politique internationale qui s’inspire de celle du régime soviétique quant à la mainmise qu’il veut continuer à avoir sur les anciennes républiques de l’URSS.


Pour lui, l’Ukraine représente un autre enjeu : un débouché sur la mer Noire.


Le peuple ukrainien dont lahttp://a142.idata.over-blog.com/596x842/2/03/17/22/Documents/affiche_film_holodomor_web.jpg culture a été brisée par le Holodomor et par la période de terreur des années trente a profondément été blessé dans son âme. Le refus aujourd’hui  de le reconnaître comme un génocide par de nombreux pays, dont la France, est une seconde souffrance.


Ces souffrances se perpétuent de génération en génération consciemment ou inconsciemment.


J’espère que ce film pourra contribuer à une reconnaissance du Holodomor comme génocide.
 

Propos recueillis par Frédéric du Hauvel

 


Le film « Holodomor, le génocide oublié » sera projeté


A Paris : au cinéma Action Christine le 23 novembre à 10h suivi d’un débat avec l’historien Etienne Thévenin.
 

 

A Angers le 1er décembre.


Le film est disponible pour toute personne désirant organiser une projection publique. Le DVD sera en vente dans les prochaines semaines.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 11:24

 

vkraina1.JPGLes cartes géographiques passionnent les géographes, les voyageurs et, depuis relativement peu de temps, les collectionneurs. Un site présentant une collection de cartes anciennes des territoires ukrainiens a été récemment lancé sous le nom de Vkraina.com. Il est consultable en ukrainien et en anglais. La version française n’est pour l’instant pas prévue, mais le site vaut le détour pour admirer le travail minutieux réalisé par des cartographes français sur la représentation des territoires de l’Ukraine actuelle. Parmi eux, le célèbre Guillaume Levasseur de Beauplan, qui a joué un rôle non négligeable pour l’Etat ukrainien.

 

Andriy Ossadchouk, collectionneur à l’origine du site, nous parle du trésor que constituent ses cartes.

 

Andriy collectionne les cartes de manière systématique depuis 5 ans. Les cartes de cette collection datent de Renaissance tardive jusqu’à la disparition de l’Etat cosaque, démantelé par Catherine II à la fin du XVIIIe siècle. Andriy a réalisé que la cartographie ancienne reste assez accessible et qu’avec quelques efforts on peut rapidement obtenir des résultats spectaculaires et constituer une belle collection thématique.

 

Selon lui, c’est grâce aux travaux  des cartographes français des XVIe-XVIIe siècle, et notamment Guillaume Beauplan, Nicolas et Guillaume Sansons, de Fer, La Rouge, que le nom « Ukraine », alors déclassé par la Moscovie-Russie, n’a pas disparu des cartes du monde. Ce sont eux qui ont fixé ce nom pour le territoire situé entre les Carpates et la Moscovie sur les cartes européennes et ont diffusé cette connaissance à travers le monde occidental.

 

Andriy Ossadchouk compare Guillaume Levasseur de Beauplan pour l’Ukraine à Christophe Colomb pour l’Amérique : il l’a fait découvrir au monde occidental. C’est ensuite Nicolas Sansons qui a assuré la diffusion des renseignements fournis par Beauplan, en les reprenant et les rééditant.

 

« A une certaine époque la cartographie était une affaire d’Etat et était jalousement surveillée. Le nom « Ukraine » ne faisait pas fantasmer, ni à Varsovie ni à Moscou. Il représentait un grand territoire à part, séparé de la Pologne et de la Moscovie. Cela incitait toujours les deux capitales à éviter son utilisation par tous les moyens jusque dans les années 1920. Paradoxalement, ce sont les Soviétiques qui ont réintroduit le nom « Ukraine » sur la scène inte

 

rnationale. Malheureusement, le peuple ukrainien l’a payé très cher » - explique Andriy Ossadchouk.

 

carte-d-Ukraine-1720---telle-que-Voltaire-la-connaissait.jpg

Une pièce maîtresse manque pour l’instant à la collection : l’édition originale de la carte de Guillaume Levasseur de Beauplan, éditée en 1660 à Rouen. En effet, le travail de Beauplan, extrêmement intéressant, a failli ne jamais être édité, en raison de difficultés de financement. Sa carte n’a paru qu’en édition originale très limitée même pour cette époque. Néanmoins, des éditions plus tardives de cette carte sont visibles sur le site Vkraina.com.

 

Par ailleurs, la carte de Beauplan est la première carte aussi précise d’un pays européen. Notons que ni l’Italie, ni la France, ni aucune autre région européenne ne possédait de carte de ce format et avec de tels détails.

 

Même après tous les efforts des cartographes des siècles précédents, l’Ukraine reste souvent une tache blanche entre la Pologne et la Russie pour les Européens.

 

Que faudrait-il faire pour que ce blanc se remplisse de couleurs et de traits ? Selon Andriy Ossadchouk, « pour cela tout habitant entre Lviv et Louhansk doit effectuer  un travail sur lui-même, et prendre conscience de son identité. Tant que tous les habitants de l’Ukraine ne comprendront pas qu’ils sont les citoyens d’un grand pays avec une grande histoire,  le trou restera. Pourtant, même en Europe, peu de pays ont une histoire aussi riche que celle de l’Ukraine.».

 

Je comparerais l’Ukraine à Apple après le premier départ de Steeve Jobs : une belle histoire sur le déclin, qui a pourtant un énorme potentiel à développer. Tout dépend de nous-mêmes. – dit-il.

 

Par Olga Gerasymenko

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes
  • Contact

Recherche