Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 09:38

olga-Camel.jpgEn février 2014, Olga Camel a donné une conférence à l’Inalco s’intitulant « Les femmes créatrices ukrainiennes dans le domaine de l’art et de la littérature », à l’occasion de la parution du « Dictionnaire universel des créatrices » (Editions Des Femmes). Elle a écrit les articles consacrés aux femmes ukrainiennes et raconte à « Perspectives Ukrainiennes » comment s’est déroulé son travail.

 

Tout d’abord, de quel ouvrage s’agit-il ?

Voici la présentation de l’éditeur : « Le Dictionnaire universel des créatrices » est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l’histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation. Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d’engagement et de travaux en France, dans le monde et à l’Onu avec le comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) qui a aujourd’hui Nicole Ameline à sa tête. Renouant avec une généalogie jusque-là privée de mémoire, il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l’activité humaine. Son chantier d’étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et s’étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes. Créatrice, toute femme qui fait oeuvre. »

 

Olga Camel : Il s’agit d’un dictionnaire encyclopédique, car il est sorti en 3 tomes. C’est un travail de très grande envergure : 165 pays ont participé, presque tous les pays du monde, 1600 auteurs de tous les continents, 12 000 articles, près de 5 000 pages… Des lettrines ont été réalisées par Sonya Rykiel, la grande prêtresse de la mode. Elles sont très colorées. Un code couleurs a été créé pour chaque domaine : le rouge pour les arts, le vert pour la littérature, le mauve pour la science. Plusieurs femmes célèbres ont assisté au lancement officiel du dictionnaire. On m’a sollicitée pour diriger la partie sur l’Ukraine. Mes domaines de prédilection sont la littérature et les arts (notamment le théâtre). Dans l’ouvrage figurent des actrices, chanteuses, écrivaines, compositrices, réalisatrices, peintres, mais aussi des scientifiques – mathématiciennes, économistes… J’ai demandé si les femmes politiques étaient considérées comme des créatrices. Il y a eu un débat au sein de la rédaction à l’issue duquel il a été décidé que oui, elles sont aussi des créatrices et elles méritent d’être mentionnées.

 

Lessya-oukrainka.jpgJ’ai été très contente de diriger le « Secteur Ukraine ». Comment ai-je fait mon choix ? J’ai essayé d’écrire le maximum d’articles afin d’inclure le plus grand nombre de créatrices ukrainiennes, mais à la fin il a fallu faire un choix, car il y avait trop d’articles. J’ai proposé une cinquantaine de personnages et une quarantaine a été retenue. Un détail important : lorsque j’ai exprimé mon regret de ne pas avoir pu inclure dans cet ouvrage tous les articles que j’ai écrits, ma rédactrice en chef m’a proposé de lui envoyer mes articles. Il est possible que cela devienne un projet de livre à part entière sur les femmes ukrainiennes créatrices. Parmi celles qui ne figurent pas au dictionnaire, il y a par exemple Anne de Kiev. Les rédacteurs de l’ouvrage ont considéré qu’elle n’avait pas joué un rôle politique considérable ! Ce qui n’est pas tout à fait correct ! Mais on peut y trouver Roxolana (Roxelane), sultane turque, une femme politique de première importance et un personnage presque romanesque. Elle avait 15 ans lorsqu’elle a quitté son village natal dans les Carpates (ça c’est ma région !), et a été capturée par les Turcs. Elle s’est retrouvée dans le harem de Soliman le Magnifique. Elle est devenue une femme très influente de son époque : parlant plusieurs langues, elle a traité avec des diplomates ; par amour pour elle Soliman a chassé 36 femmes de son harem. C’est une très belle histoire…kira mouratova

 

Un article assez important a été écrit sur Ioulia Timochenko et son parcours politique. Parmi celles que j’ai présentées, il y a Kira Muratova – une figure emblématique du cinéma. Parmi les actrices, j’ai évoqué uniquement Maria Zankovetska, la plus grande actrice ukrainienne du XIXe siècle. Mais il y a d’autres actrices qui auraient mérité d’y être : Natalia Oujvii, qui était extraordinaire. Un peu moins importante - la femme de Les’ Kourbas, Valentyna Tchystiakova… Je voudrais mentionner Kateryna Naletova (1787-1869) – comédienne et chanteuse du premier théâtre en Ukraine, qui a collaboré vec Ivan Kotliarevsky, le directeur artistique du théâtre de Poltava et le fondateur de la littérature ukrainienne moderne.

 

Ces pièces constituent les fondements du théâtre ukrainien. Naletova a marqué son époque ! Au XIXe siècle le théâtre ukrainien et la langue ukrainienne ont été interdits en Ukraine par l’empire russe. Les troupes ukrainiennes se sont fait connaître en Russie, ils ont joué notamment à St-Petersbourg et à Moscou. Si le projet du livre dont j’ai parlé voit le jour, j’écrirai sur les femmes de cette époque-là.

 

Marko-Vovtchok.jpgMaintenant en ce qui concerne les femmes de lettres : la première femme de lettres ukrainienne était Marko Vovtchok (née Maria Vilinska). Elle était russo-ukrainienne, de langue maternelle russe. Elle a épousé Opanas Markovytch, ethnographe, et l’a converti à la cause ukrainienne. Elle a dénoncé dans son oeuvre la condition des serfs et la misère paysanne. Marko Vovtchok a vécu en Europe Occidentale, notamment en France. A Paris elle devient l’amie et collaboratrice du célèbre éditeur P-J Stahl (pseudonyme Hetzel) et publie en français des contes pour enfants. Elle est l’auteur original de « Maroussia », récit pour enfant, ouvrage couronné par l’Académie française. Elle fait partie des femmes très courageuses. Lessya Oukraïnka, poétesse et dramaturge, a contribué au réveil du sentiment national ukrainien. Exploitant des thèmes de la littérature mondiale, elle était à l’avant-garde des forces créatrices qui ont amené la littérature ukrainienne à un niveau universel. Natalya Kobrynska, romancière et pionnière du mouvement féministe en Galicie (l’Ukraine occidentale). Olha Kobylianska, originaire de Bukovine, a trouvé un chemin vers les lettres ukrainiennes et s’est surtout fait connaître par la prose. Ces deux écrivaines se sont battues pour les droits des femmes.

 

J’aimerais évoquer Valentine Marcadé, qui a écrit un ouvrage sur l’art en Ukraine (« Art d’Ukraine », L’Age d’Homme Editions, 1990). Elle a fait des recherches très approfondies. Sonia Delaunay et Alexandra Exter y figurent en tant que peintres ukrainiennes. Un article est consacré aussi à Lina Kostenko, figure essentielle de la renaissance poétique d’après 1956. Elle est l’une des représentantes principales de la « génération des années 60 ». Pendant longtemps elle a été en conflit avec le pouvoir soviétique, elle a fait la grève de la faim et a refusé de se plier et de produire des oeuvres dans l’esprit de l’idéologie officielle.

dictionnaire-femmes-creatrices.jpg

Comment avez-vous entendu parler de ce projet de dictionnaire ?...  Le processus même a été intéressant ?

C’est l’édition qui m’a contactée à l’INALCO, où j’ai enseigné la littérature ukrainienne. J’étais ravie de leur dire oui ! Je suis contente des résultats de notre collaboration. En France l’on s’intéresse de plus en plus à l’Ukraine, surtout depuis les récents événements. Ce dictionnaire sera disponible dans plusieurs bibliothèques parisiennes. La parution de cet ouvrage est très importante pour la culture ukrainienne. Il faut comprendre le contexte dans lequel les créatrices ukrainiennes ont travaillé, sous les différents régimes, de l’empire austro-hongrois à l’empire russe et au régime stalinien, souvent sous le poids de la censure et leur rendre un bel hommage. Aujourd’hui, heureusement, de  nombreuses femmes peuvent créer librement.

 

Dans le nouveau projet, mon livre, ça serait bien de parler des femmes actuelles qui écrivent de plus en plus. Dans ce dictionnaire encyclopédique figurent également les écrivaines contemporaines, par exemple Maria Matios, une très bonne romancière, traduite en plusieurs langues, qui fait en même temps de la politique, ou encore Evguenia Kononenko et Oksana Zabouzko pour ne citer que les plus connues…

Propos recueillis par Olena Codet

Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Rencontre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche