Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 22:45

http://www.uz-left.narod.ru/txt/karmaliu/10b.jpgOustym Yakymovytch Karmаliouk (Устим Якимович Кармалюк), 10 mars 1787 – 22 octobre 1835, était un hors la loi qui devint un héros populaire.
Il est souvent désigné comme le « Robin des Bois ukrainien ».


Karmaliouk est né serf dans le village de Holovchyntsi, district de Lityn dans la Gubernia (province) de Podolie. On sait peu de choses sur les premières années de sa vie sauf qu'il était alphabétisé et parlait couramment le russe, le polonais et le yiddish en plus de sa langue natale ukrainienne, ainsi qu'il est attesté par les documents de la police de son temps. A l’âge de 17 ans, il fut requis pour travailler comme domestique dans le manoir de son propriétaire, mais il était notoirement insolent. A la suite de quoi, son seigneur décida de l’envoyer dans l’Armée russe pour l'éloigner de ceux qu’il incitait à la révolte.

Le révolté

Il reçut, sous la contrainte, une formation dans l'Armée Impériale russe et servit au cours des guerres napoléoniennes de 1812 dans un régiment de uhlans.
Mais il finit par déserter, revint dans sa région et organisa des bandes rebelles qui attaquaient les marchands et les propriétaires fonciers, tout en distribuant une part du butin aux pauvres.

Il fut capturé en 1814 et condamné à Kamianets-Podilskyi à recevoir 500 coups de "spitzruten" (baguette de fusil), une punition militaire typique. Il fut aussi condamné à servir pendant 25 ans dans un régiment en Crimée, mais parvint de nouveau à s’enfuir pour revenir dans le nord de la Podolie. Il organisa de nouvelles bandes rebelles dans les régions de Proskuriv, Letytchiv et Lityn, tout en parvenant à se ménager un large soutien chez les serfs, les Juifs et aussi les Polonais. Les rébellions s’intensifièrent au cours des années et s'étendirent non seulement à d'autres parties de la Podolie, mais aussi dans les provinces adjacentes de Volhynie, de la Kyivchtchyna et de Bessarabie. Au début des années 1830 l' « armée » de guérilleros de Karmaliouk était forte d’environ 20.000 hommes. Elle avait réalisé plus de 1.000 raids sur les terres des propriétaires fonciers polonais et russes au cours des 20 années précédentes.

La réponse du Tsar consista à faire stationner des unités militaires dans les régions les plus durement touchées. Karmaliouk fut capturé à quatre reprises et condamné à la déportation en Sibérie. Chaque fois, il parvenait à s’enfuir et revenait dans les districts de Lityn et de Letychiv. Une tour du château de Kamianets-Podilskyi porte le nom de ce prisonnier célèbre.

À la différence des Haidamaks du siècle précédent, Karmaliouk ne montrait aucune aversion envers les personnes appartenant aux différents groupes ethniques et minorités de l’Ukraine, les Juifs en particulier et, en conséquence ceux-ci l'ont soutenu massivement.
Ses proches compagnons étaient les Polonais Jan et Alex Glembovski, Feliks Jankovski et Alexander Wytwycki et aussi les Juifs Avrum El Izkovytch, Abrachko Duvydovytch Sokolnytsky et Aron Viniar. Beaucoup de Juifs ont été poursuivis pour leur participation aux raids de Karmalyuk ou pour complicité. En général, Karmaliouk a inspiré une loyauté sans précédent de la part de ses partisans.

Mort de Karmaliouk

Le 22 octobre 1835, une troupe tsariste encercla le groupe de Karmaliouk qui était hébergé dans la maison d'un paysan Ukrainien du nom d'E. Protskova située dans le hameau de Chlyakhovi-Korytchyntsi près de Derajnia. Là, au cours du combat qui suivit, Karmaliouk fut tué d’un coup de feu. Il avait 48 ans. Son corps fut ramené à Letytchiv où il fut enterré. Aujourd’hui une statue l'honore à cet endroit.

L'homme qui tua Karmaliouk, le noble polonais F. Rutkovsky, reçu une médaille du Tsar lui-même ainsi qu’une pension à vie.
Selon la légende, Karmaliouk était protégé contre les balles et a été tué par la seule chose qui pouvait l’atteindre, un bouton de vêtement en plomb.

Karmaliouk dans l’Art et la littérature

Karmaliouk a été l’objet de nombreuses œuvres artistiques et de chansons folkloriques. Il est parfois considéré comme "le Houdini de Podolie", puisqu’aucune prison n'était capable de le retenir très longtemps.

Affectueusement, il est connu comme le dernier Haidamak d'Ukraine.

Karmaliouk fut le sujet de trois portraits du peintre russe Vasily Tropinin. Il existe quelques versions différentes sur les rapports de Karmaliouk avec l'artiste.
Selon une version Tropinin a été présenté à Karmaliouk par son ami médecin Prokopy Danylevsky qui avait soigné des gens de Karmaliouk. Selon une autre version, Tropinin a peint Karmaliouk dans sa prison. Trois portraits de Karmaliouk par Tropinin ont survécu. Le premier est conservé au musée d’art Nizhny Tagil, un autre est gardé dans la Gallerie Tretyakov et le troisième se trouve au Musée d’Etat russe (Государственный Русский музей).
Karmaliouk a été le héro d'un certain nombre de poèmes du compositeur de chansons Tomasz (Tymko) Padura, dont certains sont devenus des chansons folkloriques.

 

Traduction de l'anglais par Tymko

Source



Partager cet article

Repost 0
Published by Perspectives Ukrainiennes - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • Le blog de Perspectives Ukrainiennes
  • : Les actualités et l'histoire ukrainiennes : les informations auxquelles les francophones n'ont pas d'accès ailleurs
  • Contact

Recherche